La bdfci vous propose de suivre l'actualité du Festival de Cannes


Robert De Niro en séance spéciale

Robert De Niro reviendra à Cannes cette année en guest star avec une projection unique dans le Grand Théâtre Lumière du Palais des Festivals où sera présenté Hands of Stone qui retrace le parcours du boxeur panaméen Roberto Durán avec Édgar Ramírez, dans lequel la star joue le rôle de son manager Ray Arcel.

Hands_of_Stone

Article rédigé et proposé par B.G
le 03/05/2016 à 19:31

PESHMERGA Dernière minute Festival de Cannes


Le festival de Cannes projettera en dernière minute en séance spéciale  le documentaire de Bernard Henri-Lévy PESHMERGA

P

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 27/04/2016 à 20:37

Le 69e Festival de Cannes sous la présidence de George Miller


comm

Pour la premiére fois, le jury du Festival de Cannes sera présidé par un cinéaste australien, en la personne de George Miller, a annoncé le Festival dirigé par Pierre Lescure et Thierry Frémaux dans la nuit. également scénariste et producteur, son dernier film, nouvel opus de sa saga mythique "Mad Max" démarré sa carriére sur la Croisette l'an dernier, en projection officielle hors compétition.

LE JURY

George MILLER – Président (Réalisateur, Scénariste, Producteur – Australie)

Arnaud DESPLECHIN (Réalisateur, Scénariste – France)
Kirsten DUNST (Actrice – États-Unis)
Valeria GOLINO (Actrice, Réalisatrice, Scénariste, Productrice – Italie)
Mads MIKKELSEN (Acteur – Danemark)
László NEMES (Réalisateur, Scénariste – Hongrie)
Vanessa PARADIS (Actrice, Artiste-interprète – France)
Katayoon SHAHABI (Productrice – Iran)
Donald SUTHERLAND (Acteur – Canada)

 

 Jury

 

 

 Le festival de Cannes rendra un hommage à Prince avec la projection du film Purple Rain 

 aede963acd952174873a2a96519e997e 

 

 Laurent Lafitte, maître de cérémonie du 69e Festival de Cannes

Le comédien, acteur et humoriste de 42 ans animera la cérémonie d'ouverture, le 11 mai, et la remise des prix lors de la cérémonie de clôture le 22 mai, toutes deux retransmises en direct et en clair sur Canal +.

LL

Naomi Kawase présidera le jury de la Cinéfondation et des courts métrages pour la 69e édition du Festival de Cannes.
A 27 ans, elle devient la plus jeune lauréate à recevoir la Caméra d'or pour Suzaku (Moe No Suzaku). Depuis, elle a présenté en compétitioné Shara (Sharasojyu) en 2003, La forêt de Mogari (Mogari no Mori) en 2007, pour lequel elle reçoit le grand prix, Hanezu l’esprit des montagnes (Hanezu no tsuki) en 2011 et Still the Water (Futatsume no mado) en 2014. En 2013, elle est membre du jury des longs métrages au côté du président Steven Spielberg.

NK

 

CINÉFONDATION
 
 Le Jury de la Cinéfondation présidé par Naomi KAWASE, réalisatrice japonaise  sera composé de
 
Marie-Josée CROZE - actrice – Canada, France
Jean-Marie LARRIEU - réalisateur, scénariste – France
Radu MUNTEAN - réalisateur, scénariste – Roumanie
Santiago LOZA - réalisateur, auteur dramatique, écrivain - Argentine
 
Le Jury devra également désigner la Palme d’or du Court métrage parmi les 10 films sélectionnés en Compétition. La Palme du Court sera remise lors de la cérémonie de Clôture du 69e Festival de Cannes, dimanche 22 mai.

 jury-cinef-courts-metrages-art



L'affiche officielle du 69Festival de Cannes
,
qui se déroulera du 11 au 22 mai sous la présidence du réalisateur australien George Miller, a été conçue à partir de photogrammes du film Le mépris de Jean-Luc Godard.

A

Café Society de Woody Allen en ouverture du 69è Festival de Cannes.
Woody Allen présentera le 11émaiéCafé Societyéen ouverture du 69e Festival de Cannes à il viendra pour la 14è fois hors compétition et pour la 5eéfois en ouverture aprés  Manhattan  en 1979, New York Stories en 1989, Hollywood Ending en 2002 et Midnight in Paris en 2011. La leçon de cinéma
Personne ne devrait râler cette année pour le choix du film d'ouverture, une valeur sûre, mais on avait bien aimé l'an dernier le choix du film d'Emmanuelle Bercot La Tête haute

Cafe_society

 

Cannes Classics Sélection complèteBT

À l’occasion de Cannes Classics, Bertrand Tavernier présentera son nouveau documentaire intitulé Voyage à travers le cinéma français.
Le film, d’une durée de 3h15, un "travail de citoyen et d’espion, d’explorateur et de peintre, de chroniqueur et d’aventurier qu’ont si bien décrit tant d’auteurs, de Casanova à Gilles Perrault, n’est-ce pas une belle définition du métier de cinéaste que l’on a envie d’appliquer à Renoir, à Becker, au Vigo de Zéro de conduite, au Duvivier de Pépé le Moko, aussi bien qu’à Truffaut, Franju ou Demy. À Max Ophuls et aussi à Bresson. Et à des metteurs en scène moins connus qui, au détour d’une scène ou d’un film, illuminent une émotion, débusquent des vérités surprenantes. Je voudrais que ce film soit un acte de gratitude envers tous ceux, cinéastes, scénaristes, acteurs et musiciens qui ont surgi dans ma vie. La mémoire réchauffe : ce film, c’est un peu de charbon pour les nuits d’hiver", explique le réalisateur.

Neuf documentaires sur le cinéma sont programmés cette année :

The Cinema Travelers de Shirley Abraham et Amit Madheshiya (2016, 1h36, Inde). Présenté et produit par Cave Pictures (Inde).
The Family Whistle de Michele Russo (2016, 1h05, Italie). Présenté par American Zoetrope. Produit par Ulisse Cultural Association.
Cinema Novo de Eryk Rocha (2016, 1h30, Brésil). Présenté par FiGa Films. Produit par Aruac Filmes & Coqueirão Pictures, coproduit par Canal Brasil & FM Produções.
Midnight Returns: The Story of Billy Hayes and Turkey de Sally Sussman (2016, 1h39, États-Unis). Présenté et produit par Midnight Return LLC, en association avec Old Forest Hill Productions, Inc.
Bright Lights: Starring Carrie Fischer and Debbie Reynolds de Alexis Bloom et Fisher Stevens (2016, 1h35, États-Unis). Présenté par HBO Documentary Films, produit par HBO et RatPac Documentary Films.
Gentleman Rissient de Benoît Jacquot, Pascal Mérigeau et Guy Seligmann (2015, 1h14 minutes, France). Présenté et produit par Sodaperaga et Ciné+ (Bruno Deloye).
Close Encounters With Vilmos Zsigmond de Pierre Filmon (2016, 1h18, France). Présenté et produit par FastProd, Lost Films et Radiant Images avec la participation de TCM Cinéma. Sortie en salles françaises, distribué par Lost Films.
Et la femme créa Hollywood de Clara et Julia Kuperberg (2015, 52mn, France). Présenté et produit par Wichita Films et OCS.
Bernadette Lafont et Dieu créa la femme de Esther Hoffenberg (2016, 65mn, France). Présenté et produit par Arte France, Lapsus, Inthemood et l’INA.

Comme chaque année, Cannes Classics présentera une vingtaine de copies restaurées. Pour cette édition, un effort particulier a été fait pour inviter des pays jamais encore sélectionnés pour leur travail patrimonial (Slovénie, Suisse, Pakistan, République tchèque, Cuba, Thaïlande, Hongrie, Pologne).

Die letzte chance (La dernière chance) de Leopold Lindtberg (1945, 1h53, Suisse)
Dolina Miru (La vallée de la paix) de France Stiglic (1956, 1h30, Slovénie)
Ikarie XB 1 de Jindřich Polák (1963, 1h28, République tchèque)
Jago hua savera (Quand naîtra le jour) de Aaejay Kardar (1958, 1h34, Pakistan)
Memorias del subdesarrollo (Mémoires du sous-développement) de Tomás Gutiérrez Alea (1968, 1h37, Cuba)
Santi-Vina de Thavi Na Bangchang (1954, 1h54, Thaïlande)
Szerelem (Amour) de Károly Makk (1971, 1h32, Hongrie)
Howards End (Retour à Howards End) de James Ivory (1992, 2h20, Royaume-Uni/Japon)
Le Décalogue 5 (Tu ne tueras point) et 6 (Tu ne seras pas luxurieux) de Krzysztof Kieślowski (1989, 57mn et 58mn, Pologne)
Momotarô, Umi no shinpei (Momotaro, le divin soldat de la mer) de Mitsuyo Seo (1945, 1h14, Japon)
One-Eyed Jacks (La vengeance aux deux visages) de Marlon Brando (1961, 2h21, États-Unis)
Solyaris (Solaris) de Andreï Tarkovski (URSS, 1972, 2h47, Fédération de Russie)
Ugetsu monogatari (Les contes de la lune vague après la pluie) de Kenji Mizoguchi (1953, 1h37, Japon)
Dragées au poivre de Jacques Baratier (1963, 1h34, France)
Valmont de Milos Forman (1989, 2h17, France)
Gueule d’amour de Jean Grémillon (1937, 1h32, France)
Masculin féminin de Jean-Luc Godard (1966, 1h44, France)
Indochine de Régis Wargnier (1992, 2h32, France)
Adieu Bonaparte de Youssef Chahine (1984, 1h54, France, Égypte)
Pit and The Pendulum (La chambre des tortures) de Roger Corman (1961, 1h20, États-Unis)
Rendez-vous de juillet de Jacques Becker (1949, 1h39, France)                                                                                                                                             Le Décalogue de Krzysztof Kieślowski - Tu ne tueras point (Dekalog V Pologne 1988, 60mn), Tu ne seras pas luxurieux (Dekalog VI Pologne 1988, 61mn)

 

Cette nouvelle édition de Cannes Classics proposera également la Leçon de cinéma par William Friedkin ainsi qu’une célébration de l’année 1966, avec la projection des deux Palmes d’or Signore & Signori de Pietro Germi et Un homme et une femme de Claude Lelouch, les 70 ans de la Fipresci, avec le premier prix remis par la Fédération, Farrebique de Georges Rouquier en 1946, ainsi qu’un homme croisé à Raymond Depardon et Frederick Wiseman avec la projection de Faits divers du premier et Hospital du second. Enfin, deux séances spéciales sont prévues : Terrore nella spazio de Mario Bava et Tiempo de morir d’Arturo Ripstein.

 La leçon de cinéma de William Friedkin


WF

Aprés une année d'abstention, le Festival de Cannes renoue avec La leçon de cinéma pour cette 69è édition. La Leçon de Cinéma du 69è Festival de Cannes sera donnée par le cinéaste américain William Friedkin. Aprés Martin Scorsese, Nanni Moretti, Wong Kar-Wai, Quentin Tarantino, Marco Bellocchio ou encore Philip Kaufman et Jacques Audiard, le réalisateur de L'exorciste Le convoi de la peur,ou encore Killer Joe sera sur la scène de la salle Buñuel du Palais des Festivals pour dialoguer avec le public dans une rencontre animée par le critique Michel Ciment.

La rencontre aura lieu le 18 mai.

 

La conférence de presse du festival de Cannes 2016

 
Quelques inconnus, quelques connus qui reviennent, quelques habitués voilà le lot de cette nouvelle sélection 2016 annoncée par Thierry Frémaux et Pierre Lescure. Le jury sera annoncé lui dans quelques jours en espérant que cette année celui-ci soit à la hauteur des films présentés. À ce propos revenons un peu sur l’année dernière où on entendait çà et là que c’était une année à « mauvais films », mais je vois qu’au classement des meilleurs films de l’année, établi notamment par Télérama, ce sont la plupart des films de Cannes qui figurent au peloton de tête. Alors dire qu’à Cannes ce ne sont pas les meilleurs films, c’est un peu exagéré, certes dans l’année on peut voir d’aussi bons films que ceux présentés sur la Croisette, mais quand même… Mais c’est vrai ç’est une tradition cannoise que de dire « cette année c’était nul », ça fait bien de jouer les blasés. Allons allons reprenons-nous et penchons-nous sur cette sélection qui semble être alléchante. Un Woody Allen en ouverture ça ne se refuse pas. Et puis ceux dont on avait qu’un seul ou 2 films, mais dont on se rappelle : Park Chan-Wook,  Andrea Arnold enfin, Sean Penn et son lot de stars, tiens cette année comme l’a fait justement remarquer un journaliste dans la salle, ce sera une année à stars, Nicole Garcia pour notre plus grand plaisir, Bruno Dumont et "Ma loute", ça donne envie, Jim Jarmusch toujours là quand il faut, Cristian Mungiu dont hélas on a l’impression que l’on ne voit que ses films à Cannes, et pourtant quel cinéaste, Paul Verhoeven qu’on attend avec impatience, Brillante Mendoza un habitué maintenant et d’autres encore plus habitués, Ken Loach dont on pensait qu’il ne viendrait plus d’après ses déclarations, Xavier Dolan qui va faire le buzz comme d’hab, les Dardenne qui font partie de la famille maintenant, Pedro Almodóvar qu'on n'avait pas vu depuis quelque temps et que nous aimons tant, et puis les petits nouveaux venus, Filho Kleber Mendonça dont le seul film sorti chez nous "Les Bruits de Recife"  fut très apprécié, Maren Ade cinéaste allemande, dont les films ont été vus et primés à la Berlinale. Et puis, et puis Alain Guiraudie dont "L’inconnu du lac" présenté à Un Certain Regard  fit pas mal de bruit, tant est si bien que le film ne fut pas projeté dans toutes les villes. Mine de rien c’est le troisième film de Guiraudie présenté sur la Croisette, puisque "le Roi de l’évasion" fut programmé à la Quinzaine en 2009, le voici en compétition comme l'ami Bruno Dumont qui chaque année râle comme un malade. Voilà pour ce premier jet de cette sélection 2016, d’aures films sont encore à venir. Et la première grande nouveauté cette année : pas de film de clôture, mais la palme d’or projetée après l’annonce du palmarès. Ça y est ça va commencer à râler. Je sens venir les grincheux de tous bords. C’est aussi cela Cannes. Bon festival.
 
Compétition officielle
 
Agassi (The Handmaiden) de Park Chan-Wook
American Honey de Andrea Arnold
Aquarius de Filho Kleber Mendonça
Bacalaureat (Baccalauréat) de Cristian Mungiu
Elle de Paul Verhoeven
La fille inconnue de Jean-Pierre et Luc Dardenne
I, Daniel Blake de Ken Loach
Julieta de Pedro Almodóvar
Juste la fin du monde de Xavier Dolan
The Last Face de Sean Penn
Loving de Jeff Nichols
Ma’ Rosa de Brillante Mendoza
Ma Loute de Bruno Dumont
Mal de pierres de Nicole Garcia
Paterson de Jim Jarmusch
Personal Shopper d'Olivier Assayas
The Neon Demon de Nicolas Winding Refn
Rester vertical d’Alain Guiraudie
Sieranevada de Cristi Puiu
Toni Erdmann de Maren Ade
 
Hors compétition
 
The BFG (Le BGG – Le bon gros géant) de Steven Spielberg
Goksung de Na Hong-Jin
Money Monster de Jodie Foster
The Nice Guys de Shane Black
 
Séances de minuit 
 
Gimme Danger de Jim Jarmusch
Bu-San-Haeng (Train to Busan) de Yeon Sang-Ho
Blood father de Jean-François Richet
 
Séances spéciales
 
Hissein Habré, une tragédie tchadienne de Mahamat-Saleh Haroun
L’ultima spiaggia (La dernière plage) de Thanos Anastopoulos, Davide Del Degan
Exil de Rithy Panh 
Le cancre de Paul Vecchiali 
La mort de Louis XIV d'Albert Serra
Wrong Elements de Jonathan Littell
La Forêt de Qinconces de Grégoire Leprince-Ringuet
Chouf de Karim Dridi
Peshmerga, de Bernard-Henri Lévy 
 
Un certain regard
 
After the Storm de Kore-eda Hirokazu
Apprentice de Boo Junfeng
Caini (Dogs) de Bogdan Mirica
La danseuse de Stéphanie di Giusto
Eshtebak (Clash) de Mohamed Diab (Film d'ouverture)
Fuchi ni tatsu (Harmonium) de Fukada Kôji
Hymyilevä mies (The Happiest Day in the Life of Olli Mäki) de Juho Kuosmanen
Me’ever laharim Vehagvaot (Beyond the Mountains and Hills) de Eran Kolirin
Omor Shahsiya (Personal Affairs) de Maha Haj
La larga noche de Francisco Sanctis de Francisco Marquez et Andrea Testa
Pericle il nero de Stefano Mordini
The Transfiguration de Michael O’Shea
Captain Fantastic de Matt Ross
Uchenik (Le disciple) de Kirill Serebrennikov
Voir du pays de Muriel et Delphine Coulin
Varoonegi de Behnam Behzadi
Hell or high water de David Mackenzie
La tortue rouge de Michaël Dudok De Wit
 
Jury un certain regard
 
Marthe KELLER - Présidente
actrice (Suisse)
 
MK
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
Jessica HAUSNER réalisatrice et productrice (Autriche)
Diego LUNA acteur, réalisateur et producteur (Mexique)
Ruben ÖSTLUND réalisateur (Suède)
Céline SALLETTE actrice (France)
 
Palmarès un certain regard
 
The Happiest Day in The Life of Olli Mäki (Hymyilevä Mies) Prix un certain regard
Harmonium de Kôji Fukada prix du jury
Captain Fantastic Prix de la mise en scène
Voir du pays Prix du scénario
La tortue rouge Prix spécial du jury
 
Jury de la Caméra d'Or
 
Catherine CORSINI - Présidente
(réalisatrice, Société des Réalisateurs de Films - SRF)
CC
Jean-Christophe BERJON (Syndicat Français de la Critique de Cinéma - SFCC)
Alexander RODNYANSKY (personnalité invitée – Producteur, Russie)
Isabelle FRILLEY (Fédération des Industries du Cinéma, de l’Audiovisuel et du Multimédia - FICAM)
Jean-Marie DREUJOU (Association Française des directeurs de la photographie Cinématographique - AFC)
 
  
Film de clôture
 
Pour la première fois, le Festival rediffusera la Palme d'or en clôture.
 
Moi, Daniel Blake de Ken Loach
 
Le palmarès complet du jury présidé par George Miller

Palme d'or : Moi, Daniel Blake de Ken Loach (Grande-Bretagne)
Grand prix : Juste la fin du monde de Xavier Dolan (Québec)
Prix de la mise en scène ex aequo : Cristian Mungiu pour Baccalauréat (Roumanie) et Olivier Assayas pour Personal Shopper (France)
Prix du jury : American Honey d'Andrea Arnold (Grande-Bretagne)
Prix du scénario : Asghar Farhadi pour Le client (Iran)
Prix d'interprétation féminine : Jaclyn Jose pour Ma'Rosa de Brillante Mendoza (Philippines)
Prix d'interprétation masculine : Shahab Hosseini pour Le client d'Asghar Farhadi (Iran)
Palme d'honneur : Jean-Pierre Léaud
Caméra d'or, décerné par le jury présidé par Catherine Corsini : Divines de Houda Benyamina (France), présenté à la Quinzaine des réalisateurs 

Le jury du court métrage et de la Cinéfondation, présidé par Naomi Kawase, a attribué deux prix :
Palme d'or du court métrage : A moça que dançou com o diablo (La jeune fille qui dansait avec le diable) de João Paulo Miranda Maria
Mention spéciale : Timecode de Juanjo Giménez(Espagne)
 
Conférence de presse du jury
 
 
 
 
 
Article rédigé et proposé par B.G
le 26/03/2016 à 00:17

Retour Haut de page