La bdfci vous propose de suivre l'actualité du Festival de Cannes


Affaire Weinstein: l'Académie des Oscars réagit

La situation du producteur hollywoodien déchu de son propre empire se dégrade d'heure en heure et entraîne des répercussions en cascade.
À l'issue d'une réunion exceptionnelle de son comité exécutif, l'Académie des Oscars a décidé à une majorité de plus des deux tiers d'exclure Harvey Weinstein (à la une de Time, photo) dont les productions dans le cadre de Miramax puis de la Weinstein Company ont accumulé quelque 81 statuettes, celle du meilleur film lui ayant été décernée à titre personnel pour Shakespeare in Love de John Madden, en 1999, dont l'un des rôles principaux était tenu par l'une de ses accusatrices, Gwyneth Paltrow.
Dans un communiqué, l'Académie a précisé : "Non seulement nous prenons nos distances avec quelqu'un qui ne mérite pas le respect de ses collègues, mais nous envoyons un message pour affirmer que le temps de l'ignorance délibérée et de la complicité honteuse vis-à-vis des comportements d'agression sexuelle et du harcèlement sur le lieu de travail dans notre industrie est terminé."
De son côté, la guilde des producteurs américains a décidé à son tour de se réunir en urgence afin d'étudier "des procédures disciplinaires". Dans la foulée d'une déclaration ferme soulignant que "ces faits relèvent d’un comportement impardonnable qui ne peut susciter qu'une condamnation nette et sans appel", le Festival de Cannes a été interpellé par certains internautes sur les réseaux sociaux qui réclament à leur tour que Harvey Weinstein soit déchu de ses prix parmi lesquels figurent deux Palmes d'or obtenues par Pulp Fiction de Quentin Tarantino en 1994 et Fahrenheit 9/11 de Michael Moore en 2004.
Parmi les réactions les plus étranges à cette affaire sordide, Woody Allen a déclaré à la BBC "compatir avec Harvey", alors même que celui par lequel le scandale est arrivé, le journaliste Ronan Farrow, n'est autre que le fils qui l'a renié, au point de renoncer au prénom qu'il lui avait donné, Satchel, et à son patronyme légal, Allen.
Simultanément, en France, l'Elysée a annoncé étudier sérieusement l'éventualité de lui retirer la légion d'honneur qui lui avait été remise par le Président Nicolas Sarkozy le 7 mars 2012, à la suite des cinq Oscars obtenus par The Artist de Michel Hazanavicius.
En France, tandis que Twitter a vu #balancetonporc devenir le hashtag vedette du week-end, dans une tribune publiée par le Journal du dimanche, Isabelle Adjani pousse un coup de gueule salutaire. On y lit notamment que « quand une actrice se fait séduisante pour décrocher un rôle, ce n’est pas pour se faire violer ! […] Laissons savoir à ces messieurs les harceleurs que les actrices, tout comme les ouvrières, les agricultrices ou les ingénieurs, les commerciales ou les institutrices, les mamans ou les putains, sont toutes libres de baiser, libres d’avorter. Et libres de parler. »

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 16/10/2017 à 09:47

Le Festival du film britannique de Dinard 2017 livre son palmarès

AB

La 28e édition du Festival du film britannique de Dinard, qui s’est tenue du 27 au 30 septembre, a décerné ses prix. Présidé par l’actrice et réalisatrice française Nicole Garcia, le jury, composé de la comédienne française Clémence Poésy, de l’acteur français Vincent Elbaz, de l’écrivain et scénariste français Philippe Besson, de la monteuse française Annette Dutertre, de l’acteur britannique Roger Allam et du producteur et vendeur britannique Michael Ryan, a désigné l’ensemble de ses lauréats.

 Seule_la_terre

Hitchcock d’or Ciné+ : grand prix du jury
Seule la terre de Francis Lee
Prix de la mise en scène au Festival de Sundance, le film est distribué en France par Pyramide. Sa sortie hexagonale est prévue pour le 6 décembre 2017.

Hitchcock du meilleur scénario Allianz
Daphne de Peter Mackie Burns

Mention spéciale du jury
Pili de Leanne Welham

Hitchcock du public Première
Pili de Leanne Welham

Le jury Shortcuts, présidé par l’acteur britannique Phil Davis et composé de la productrice française Manon Ardisson, de la journaliste française Stéphanie Chermont et de l’acteur britannique Michael Smiley, a décerné les prix suivants :

Hitchcock Shortcuts du jury
We Love Moses de Dionne Edwards

Ciné+ s’engage à acheter et diffuser le court métrage lauréat sur son antenne.

Mention spéciale
The Party d’Andrea Harkin

Hitchcock du public Shortcuts
The Driving Seat de Phil Lowe

Autres prix

Hitchcock coup de cœur décerné par l’association La Règle du Jeu.
Seule la terre de Francis Lee

Enfin, le Hitchcock d’honneur Barrière a été décerné à Jim Broadbent.

 

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 04/10/2017 à 10:36

Deauville 2017: une réalisatrice à l'honneur

Le jury de la 43e édition du Festival du film américain, qui s'est tenu du 1er au 10 septembre, était présidé par Michel Hazanavicius, le juy de la révélation par Emmanuelle Bercot.

Grand Prix :
The Rider de Chloé Zhao, sortie en avril 2018

Prix du jury :
A Ghost Story de David Lowery
Brooklyn Yiddish de Joshua Z Weinstein, sortie le 25 octobre

Prix de la critique internationale :
A Ghost Story de David Lowery

Prix Kiehl's de la révélation :
A Ghost Story de David Lowery

Prix du public de la ville de Deauville :
Mary de Mark Webb, sortie le 13 septembre

Prix littéraire Lucien Barrière :
Claire Vaye Watkins pour son roman Les sables de l’Amargosa

Prix d’Ornano-Valenti :
Jeune femme de Léonor Serraille, sortie le 1er novembre

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 10/09/2017 à 19:50

CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE

jacques-tourneur-1

JACQUES TOURNEUR

Du 30 août au 8 octobre 2017 Cinémathéque Française

En partenariat avec le 70ème Festival du Film de Locarno

Ses films fantastiques : Vaudou, la Féline, L'Homme-Léopard ou encore Rendez-vous avec la peur, à la fois angoissants et poétiques, ont révolutionné le genre. Mais Jacques Tourneur s'est aussi révélé dans de remarquables films noirs, de colorés récits d'aventures et des westerns originaux. Hommage en 35 films et une conférence, pour débuter en beauté notre nouvelle saison.

Conférence de Fernando Ganzo, "Qui êtes-vous Jacques Tourneur ?" (Jeudi 7 septembre 19h).

En librairie le 7 septembre 2017 : Jacques Tourneur, ouvrage collectif dirigé par Fernando Ganzo. Presse Capricci : presse@capricci.fr

Article rédigé et proposé par B.G
le 02/09/2017 à 10:51

74ème Festival international du film de Venise

venezia74

Le 74ème Festival international du film de Venise, organisé par La Biennale di Venezia, se déroulera au Lido de Venise du 30 août au 9 septembre 2017, dirigé par Alberto Barbera.

Les membres du jury présidé cette année par Annette Bening ont également posé pour les photographes : côté actrices, la Française Anna Mouglalis (J’ai toujours rêvé d’être un gangster), la Britannique Rebecca Hall (The Town, Iron Man 3) et l’Italienne Jasmine Trinca (Romanzo Criminale). Et du côté des metteurs en scène, le Britannique Edgar Wright (la Cornetto Trilogy, Baby Driver), le Mexicain Michel Franco (Chronic), la Hongroise Ildikó Enyedi (Simon  le mage) et le Taïwanais Yonfan (Lei Wangzi). Enfin, le critique de cinéma australien David Stratton complète le jury de cette 74e édition.  Le festival se tiendra jusqu'au 9 septembre.

Sans_titre_1

 1.[1]

Sélection officielle

Film d’ouverture : Downsizing d’Alexander Payne (USA)

Human Flow d’Ai Weiwei (Allemagne, USA)
Mother! de Darren Aronofsky (USA)
Suburbicon de George Clooney (USA)
The Shape of Water de Guillermo del Toro (USA)
L’insulte de Ziad Doueiri (France, Liban)
La villa de Robert Guédiguian (France)
Lean on Pete d’Andrew Haigh (Royaume-Uni)
Mektoub, my love : Canto Uno d’Abdellatif Kechiche (France, Italie)
The Third Murder de Koreeda Hirokazu (Japon)
Jusqu’à la garde de Xavier Legrand (France), premier film
Amore e Malavita de Manetti Bros. (Italie)
Foxtrot de Samuel Maoz (Israël, Allemagne, France, Suisse)
Three Billboards outside ebbing, Missouri de Martin McDonagh (Royaume-Uni)
Hannah d’Andrea Pallaoro (Italie, Belgique, France)
Downsizing d’Alexander Payne (USA), ouverture
Angels wear white de Vivian Qu (Chine, France)
Una Famiglia de Sebastiano Riso (Italie)
First Reformed de Paul Schrader (USA)
Sweet Country de Warwick Thornton (Australie)
The Leisure Seeker de Paolo Virzi (Italie)
Ex Libris – the New York Public Library de Frederick Wiseman (USA), documentaire

Hors compétition

Brawl In Cell Block 99
Casa D’altri
Cuba And The Cameraman
Diva!
Happy Winter
Il Colore Nascosto Delle Cose
Il Signor Rotpeter
Jim & Andy: The Great Beyond - The Story Of Jim Carrey & Andy Kaufman With A Very Special, Contractually Obligated Mention Of Tony Clifton
La Mélodie
Le Fidèle
Loving Pablo
Making Of Michael Jackson’s Thriller
Michael Jackson’s Thriller 3d
My Generation
Our Souls At Night
Outrage Coda
Piazza Vittorio
Ryuichi Sakamoto: Coda
The Devil And Father Amorth
The Private Life Of A Modern Woman
This Is Congo
Victoria & Abdul
Wormwood
Zama
Zhuibu (Manhunt)

Séances spéciales:

Casa d’Altri de Gianni Amelio (Italie)
Michael Jackson’s Thriller 3D de John Landis (USA)
Making of Michael Jackson’s Thriller 3D de Jerry Kramer (USA)

Fiction :

Our Souls at Night de Ritesh Batra (USA)
Il Signore Rotpeter d'Antonietta De Lillo (Italie)
Victoria & Abdul de Stephen Frears (Royaume-Uni)
La mélodie de Rachid Hami (France)
Outrage Coda de Takeshi Kitano (Japon), clôture
Loving Pablo de Fernando Leon de Aranoa (Espagne, Bulgarie)
Zama de Lucrecia Martel (Argentine, Brésil)
Diva ! de Francesco Patierno (Italie)
Le fidèle de Michaël R. Roskam (Belgique, France, Pays Bas)
Wormwood de Errol Morris (USA), Série TV
Il colore nascosto delle cose de Silvio Soldini (Italie, Suisse)
The private Life of a modern Woman de James Toback (USA)
Brawl in Cell Block 99 de S. Craig Zahler (USA)

Documentaire :

Cuba and the Cameraman de Jon Alpert (USA)
My Generation de David Batty (Royaume-Uni)
Piazza Vittorio d’Abel Ferrara (Italie)
The Devil and the Father de William Friedkin (USA)
This is Congo de Daniel McCabe (Congo)
Ryuichi Sakamoto : Coda de Stephen Nomura Schible (USA, Japon)
Jim & Andy : the Great Beyond. The story of Jim Carrey, Andy Kaufman et Tony Clifton de Chris Smith (USA, Canada)
Happy Winter de Giovanni Totaro (Italie)

Sélection Orizzonti:

Disappearance d’Ali Asgari (Iran, Qatar), premier film
Espèces menacées de Gilles Bourdos (France, Belgique)
The Rape of Recy Taylor de Nancy Buirski (USA)
Caniba de Lucien Castaing-Taylor et Verena Paravel (France)
Les bienheureux de Sofia Djama (France, Belgique), premier film
Marvin d’Anne Fontaine (France)
Invisible de Pablo Giorgelli (Argentine, Brésil, Uruguay, Allemagne)
Brutti e Cattivi de Cosimo Gomez (Italie), premier film
The Cousin de Tzahi Grad (Israël)
The Testament d’Amichai Greenberg (Israël, Autriche), premier film
No Date, No Signature de Vahid Jalilvand (Iran)
Los versos del Olvido de Alireza Khatami (France, Allemagne, Pays Bas, Chili), premier film
La nuit où j’ai nagé de Damien Manivel et Igarashi Kohei (France, Japon)
Nico, 1988 de Susanna Nicchiarelli (Italie, Belgique), ouverture
Krieg de Rick Ostermann (Allemagne)
West of Sunshine de Jason Raftopoulos (Australie), premier film
Gatta Cenerentola d'Alessandro Rak, Ivan Cappiello, Marino Guarnieri, Dario Sansone (Italie), animation
Under the tree de Hafsteinn Gunnar Sigurðsson (Islande, Danemark, Pologne, Allemagne)
La vita in Comune d’Edoardo Winspeare (Italie)

Sélection Cinema nel Giardino:

Manuel de Dario Albertini (Italie)
Controfigura de Rä Di Martino (Italie, France, Suisse, Maroc)
Woodshock de Kate et Laura Mulleavy (USA)
Nato a casal di principe de Bruno Oliviero (Italie, Espagne)
Suburra – La Serie de Michele Placido, Andrea Molaioli, et Giuseppe Capotondi (Italie)
Tueurs de François Troukens et Jean-François Hensgens (Belgique, France)

Lions d'Or à Jane Fonda et Robert Redford

Deux légendes vivantes de Hollywood que la Mostra de Venise accueille : Robert Redford et Jane Fonda ont reçu ce soir un Lion d’Or d’honneur pour l’ensemble de leur carrière. Trente-sept ans après "Le cavalier électrique" de Sydney Pollack, ils se retrouvent enfin à l’écran dans " Our Souls at Night ", présenté hors compétition…

Présidé par l'actrice américaine Annette Bening, le jury international de la 74e Mostra de Venise, doyen des festivals de cinéma, a annoncé son palmarès.

Sélection officielle palmarès

Lion d'or :
The Shape of Water de Guillermo del Toro

Lion d'argent de la mise en scène :
Xavier Legrand pour Jusqu'à la garde (photo)

Grand Prix du jury :
Foxtrot de Samuel Maoz

Coupe Volpi du meilleur acteur :
Kamel El Basha pour L'insulte de Ziad Doueiri

Coupe Volpi de la meilleure actrice :
Charlotte Rampling pour Hannah d'Andrea Pallaoro

Prix du meilleur scénario :
Martin McDonagh pour Three Billboards Outside Ebbing, Missouri

Prix spécial du jury :
Sweet Country de Warwick Thornton

Prix Marcello Mastroianni du meilleur espoir :
Charlie Plummer for Lean on Pete d'Andrew Haigh

Prix Luigi de Laurentiis - Lion du futur de la 1ère œuvre :
Jusqu'à la garde de Xavier Legrand

Lion d'or d'honneur :
Robert Redford et Jane Fonda

Prix Jaeger LeCoultre Glory du réalisateur :
Stephen Frears

SF

 

Section Orizzonti palmarès

Meilleur film :
Nico, 1988 de Susanna Nicchiarelli

Meilleur réalisateur :
Vahid Jalilvand pour No Date, No Signature

Prix spécial du jury :
Caniba de Véréna Paravel et Lucien Castaing-Taylor

Prix de la meilleure actrice :
Lyna Khoudri pour Les bienheureux de Sofia Djama

Prix du meilleur acteur :
Navid Mohammadzadeh pour No Date, No Signature de Vahid Jalilvand

Prix du meilleur scénario :
Les versets de l'oubli d'Alireza Khatami

Prix du meilleur court métrage :
Gros chagrin de Céline Devaux

Venise Classics

Prix de la meilleure restauration :
Requiem pour un massacre d'Elem Klimov

Prix du meilleur documentairte sur le cinéma :
Le prince et le Dibbouk d'Elwira Niewiera et Piotr Rosolowski

Venise Réalité virtuelle

Prix de la meilleure Réalité virtuelle :
Arden's Wake d'Eugene YK Chung

Prix de la meilleure expérience
La camera insabbiata de Laurie Anderson et Huang Hsin-Chien

Prix de la meilleure histoire :
Bloodless de Gina Kim

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 01/09/2017 à 12:47

Locarno 70

BB

Du 2 au 12 août 2017, la planète cinéma prend ses quartiers d'été au bord du lac Majeur, où se tient le 70e festival de Locarno. Son directeur, Carlo Chatrian, nous présente cette édition, marquée notamment par une belle présence des comédiens et comédiennes français, de Mathieu Kassovitz à Isabelle Huppert et de Mathieu Amalric à Vanessa Paradis.

Jacques Tourneur

JT

La Rétrospective du 70e Locarno Festival sera consacrée au réalisateur français Jacques Tourneur (1904 – 1977). Faisant retour au dialogue que le Festival entretient avec le grand cinéma américain, la Rétrospective 2017 s’intéressera à un réalisateur qui n’est encore pas reconnu à la hauteur de son talent. Tourneur a souvent tourné des films de série « B », des films qui nous semblent aujourd’hui plus incisifs, plus visionnaires et plus actuels que leurs aînés. Car le réalisateur a toujours su mêler dans son travail l’imaginaire puissant des récits de genre et une poésie visuelle unique, héritée sans doute de sa double identité, européenne et américaine.

La Rétrospective se déroulera dans le cinéma historique de Locarno, entièrement restauré et rebaptisé le GranRex, qui dévoilera son nouvel aménagement à l’occasion de la 70e édition du Festival.

 Locarno 2017 : un Chinois remporte le Léopard d'or

LO

 

Le 70e festival international du film de Locarno, qui s'est tenu du 2 au 12 août, a promulgué son palmarès en distinguant une comédienne française.

Compétition internationale
Léopard d'or : Mrs. Fang de Wang Bing (photo)
Prix spécial du jury : As boas maneiras de Juliana Rojas et Marco Dutra
Prix de la mise en scène : F.J. Ossang pour 9 doigts
Prix d'interprétation féminine : Isabelle Huppert pour Madame Hyde de Serge Bozon
Prix d'interprétation masculine : Elliott Crosset Hove pour Vinterbrødre de Hlynur Pálmason

Section Cinéastes d'aujourd'hui
Léopard d'or : 3/4 d'Ilian Metev
Prix spécial du jury Ciné+ : Milla de Valerie Massadian
Prix du meilleur réalisateur émergent : Kim Dae-hwan pour Cho-haeng
Mentions spéciales : Distant Constellation de Shevaun Mizrahi et Verão Danado de Pedro Cabeleira
Prix du meilleur premier film : Sashishi Deda d'Ana Urushadze
Pris Swatch Art Peace Hotel : Meteorlar de Gürcan Keltek
Mention spéciale : Dene Wos Guet Geit de Cyril Schäublin
Prix Don Quichotte : Wajib d'Annemarie Jacir

Léopards de demain
Léopard d'or du meilleur court métrage international : Antonio e Catarina de Cristina Hanes
Léopard d'argent : Shmama de Miki Polonski
Niomination de Locarno pour les European Film Awards - Prix Pianifica : Jeunes hommes à la fenêtre de Loukianos Moshonas
Prix Medien Patent Verwaltung AG : Kapitalistis de Pablo Muñoz Gomez
Mention spéciale : Armageddon 2 de Corey Hughes

Compétition nationale
Léopard d'or du meilleur court métrage suisse : Rewind Forward de Justin Stoneham
Léopard d'argent : 59 secondes de Mauro Carraro
Prix de la révélation suisse : Les intranquilles de Magdalena Froger
Prix Variety de la Piazza Grande : Drei Zinnen de Jan Zabeil

 

 

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 06/08/2017 à 12:36

CINÉMA EN PLEIN AIR 2017 LA VILLETTE

960-w-beaucardet-web-1

Du 20 juillet au au 20 août

Après les déboires de l’année dernière où les projections durent s’arrêter pour finalement être poursuivies à l’intérieur d’une salle pour question de mise en sécurité de la Prairie du Triangle, les choses ayant évolué depuis et l’espace mis en sécurité les projections reprendront cette année en plein air

Article rédigé et proposé par B.G
le 19/07/2017 à 23:19

ANNECY 2017

AH

Le Festival : la référence mondiale du cinéma d'animation
Depuis 1960, Annecy est devenue la capitale mondiale du film d’animation !
L'animation ne se limite pas au traditionnel "dessin animé". Cet art à part entière, a su se développer et gagner en renommée au fil des décennies !
Chaque année en juin, le Festival réunit plusieurs milliers d'aficionados ; animateurs reconnus ou artistes en herbe, réalisateurs et producteurs, enseignants et étudiants, graphistes ou artistes, passionnés ou néophytes, grand public... se retrouvent et échangent.
Toutes les nationalités se retrouvent pour élire le meilleur film d’animation de l’année, et décerner de nombreux prix...
Pour le grand public, c'est une occasion unique d’assister à des premières mondiales en salle, de profiter de projections gratuites en plein air sur le Pâquier, dans une ambiance chaleureuse et internationale.
C'est également un lieu stratégique où les producteurs et diffuseurs de nombreux pays viennent vendre ou acheter les dernières nouveautés sous les chapiteaux du Marché International du Film d’Animation.

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 17/06/2017 à 11:14

Cannes 2017: La Semaine de la critique révèle sa sélection

AB

 

Charles Tesson, le délégué général de la Semaine de la critique, a dévoilé la sélection de cette 56e édition, parmi laquelle figure en compétition sept longs métrages (dont pour la première fois un film d'animation et un documentaire) et dix courts métrages. 

Film d'ouverture :
Sicilian Ghost Story de Fabio Grassadonia et Antonio Piazza (Séance spéciale), 2e film (Italie/France), distribué par Jour2Fête, sortie le 15 novembre

Séances spéciales longs métrages

Petit Paysan, de Hubert Charuel
Une vie violente, de Thierry de Peretti

Compétition - longs métrages :

La familia de Gustavo Rondon Cordova, 1er film (Vénézuela/Chili/Norvège)
Los perros de Marcela Said, 2e film (Chili/France), distribué par Nour Films
Oh Lucy ! d’Atsuko Hirayanagi, 1er film (Japon/États-Unis)
Gabriel e a montanha de Fellipe Gamarano Barbosa, 2e film (Brésil/France), distribué par Version Originale/Condor (sortie le 16 août 2017)
Ava de Léa Mysius, 1er film (France). Produit par F comme Film et Trois brigands productions, distribué par Bac Films (sortie le 21 juin 2017).
Tehran taboo (Téhéran tabou) d’Ali Soozandeh, film d’animation, 1er film (Allemagne/Autriche)., dstribué par ARP Sélection
Makala d’Emmanuel Gras, film documentaire, 2e film (France). Produit par Bathysphere, distribué par Les Films du Losange.

Reprise de la 56e Semaine de la Critique à la Cinémathèque française

B.[1]

 

 

 

 

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 10/06/2017 à 17:51

La reprise de la Quinzaine des Réalisateurs

R

La reprise de la Quinzaine des Réalisateurs
au FORUM DES IMAGES
du 1er au 11 juin 2017

Comme chaque année, le Forum des images reprend les films de la Quinzaine des Réalisateurs, tout de suite après le Festival de Cannes.
Ainsi du 1er au 11 juin 2017, le public parisien pourra découvrir la sélection des 20 longs métrages et 10 courts métrages de la 49e édition de la Quinzaine.

Les dates et horaires de l'ensemble des projections sont accessibles sur ce lien
Agenda Projections - Reprise de la Quinzaine des Réalisateurs

Plusieurs projections se dérouleront en présence des réalisateurs ou des équipes de films, notamment :

Ôtez-moi d'un doute de Carine Tardieu, le 1er juin à 20h00 et 4 juin à 21h00
Mobile Homes de Vladimir de Fontenay, le 2 juin à 20h00
La Bouche de Camilo Restrepo, le 3 juin à 16h30 (Programme de courts métrages 1)
Jeannette l'enfance de Jeanne d'Arc de Bruno Dumont, le 3 juin à 19h00
Nothingwood de Sonia Kronlund, le 6 juin à 20h00
Un beau soleil intérieur de Claire Denis, le 7 juin à 20h30
A l'Ouest du Jourdain de Amos Gitaï, le 8 juin à 19h00
Tijuana Tales de Jean-Charles Hue, le 10 juin à 16h30 (Programme de courts métrages 2)
Frost de Sharunas Bartas, le 11 juin à 16h30

Article rédigé et proposé par B.G
le 06/06/2017 à 12:45

Cannes 2017: 113 personnalités pour les 70 ans du Festival

AN

113 personnalités, palmées, primées, et membres des jurys, ayant marqué l’Histoire du Festival, sont venues célébrer cette 70e édition anniversaire, en ce 23 mai.  

Les Palmes :

Laurent CANTET (Palme d’or 2008), Cristian MUNGIU (Palme d’or 2007), Jerry SCHATZBERG (Palme d’or 1973), Claude LELOUCH (Palme d’or 1966), Michael HANEKE (Palme d’or 2009, 2012), Jane CAMPION (Palme d’or 1993), Ken LOACH (Palme d’or 2006, 2016), Nanni MORETTI (Palme d’or 2001), Costa GAVRAS (Palme d’or 1993), Bille AUGUST (Palme d’or 1988, 1992), Mohammed LAKDAR-HAMINA (Palme d’or 1975)
Agnès VARDA (Palme d’honneur 2015), Jean-Pierre LEAUD (Palme d’honneur 2016)

Les jurys 2017:

Pedro ALMODÓVAR (président), Maren ADE, Jessica CHASTAIN, FAN Bingbing, Agnès JAOUI, PARK Chan-wook, Will SMITH, Paolo SORRENTINO, Gabriel YARED
Uma THURMAN (présidente du jury Un certain regard), Mohamed DIAB (jury Un certain regard), Reda KATEB (jury Un certain regard), Joachim LAFOSSE (jury Un certain regard)

Les prix d'interprétation :

Vincent LINDON (prix d'interprétation 2015), Kirsten DUNST (prix d'interprétation 2011), Élodie BOUCHEZ (prix d'interprétation 1998), émilie DEQUENNE (prix d'interprétation 1999), Mads MIKKELSEN (prix d’interprétation 2008, jury 2010), Emmanuelle BERCOT (prix d'interprétation 2015), Christoph WALTZ (prix d’interprétation 2009), Bérénice BEJO (prix d'interprétation 2013), Juliette BINOCHE (prix d’interprétation 2010), Benicio DEL TORO (prix d’interprétation 2008, jury 2010), Séverine CANEELE (prix d'interprétation 1999)

Les invités :

Oliver STONE, Diane KRUGER (maîtresse des cérémonies en 2007), Monica BELLUCCI (maîtresse des cérémonies en 2002 et 2017), Lambert WILSON (maître des cérémonies en 2014 et 2015), Sandrine BONNAIRE (présidente Œil d’or 2017), Nastassja KINSKI, Gaspar NOE, Abel FERRARA, Salma HAYEK, Sofia COPPOLA, Mathieu KASSOVITZ, Charlize THERON, MAÏWENN, Alfonso CUARÓN, Guillermo DEL TORO, Dario ARGENTO, Alejandro G. IÑÁRRITU, Elle FANNING, Agustin ALMODÓVAR, Laetitia CASTA, Cécile DE FRANCE, Colin FARRELL, Emmanuelle BÉART, Valérie DONZELLI, Marion COTILLARD, Nicolas WINDING REFN, Emmanuelle DEVOS, Naomi KAWASE, Abderrahmane SISSAKO, Jacques DOILLON, Laura MORANTE (maîtresse des cérémonies en 2004), Fatih AKIN, André DUSSOLLIER, Tilda SWINTON, Adrian BRODY, Nicole GARCIA, Jean-Pierre JEUNET, Marthe KELLER, Michel HAZANAVICIUS, Kristin SCOTT-THOMAS (maîtresse des cérémonies en 2010), SHU-QI, Diego LUNA, Paul LAVERTY, Yorgos LANTHIMOS, Tonie MARSHALL, Elie SULEIMAN, Jerzy SKOLIMOWSKI, Valeria GOLINO, Gael GARCÍA BERNAL, Ludivine SAGNIER, Matteo GARRONE, Céline SALLETTE, Antonio BANDERAS, Édouard BAER (maître des cérémonies en 2008 et 2009), Ariane LABED, Amos GITAI, Virginie LEDOYEN (maîtresse des cérémonies en 2002), Ferid BOUGHEDIR, Sergio CASTELLITO, JIA Zhang-ke, Alain CAVALIER, Benoît JACQUOT, Raoul PECK, BONG Joon-ho, Barbet SCHROEDER, Jean-Paul GAULTIER, Michèle RAY-GAVRAS, Brillante MENDOZA.

 

 

 

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 30/05/2017 à 11:54

Cannes 2017 : la Palme d'or décernée à 'The Square' de Ruben Östlund (palmarès complet)

B

Pedro Almodóvar et ses jurés de la 70e édition du Festival de Cannes ont créé la surprise en couronnant The Square du Suédois Ruben Öslund. Les jurys de la Caméra d'or et du court métrage ont aussi décerné leurs prix. 

À nouveau, ce n'est pas un des favoris des critiques ou des festivaliers qui décroche la récompense suprême. Pedro Almodóvar et ses jurés ont couronné The Square. Pour la première fois en compétition, après avoir décroché le prix du jury à Un certain regard pour Snow Therapy en 2014, le Suédois Ruben Östlund, 43 ans, décroche la Palme d’or. Ce film caustique, réflexion sur notre société et son individualisme à travers l’art contemporain, de 2h20, n’était pourtant pas parmi les favoris pour le fameux trophée.
"The Square est censé nous rappeler nos responsabilité sociales. Je voulais parler de cela à notre époque où il se passe tout un tas de choses, et pourtant on ne réagit pas", a déclaré le cinéaste quelques minutes après avoir reçu la Palme d’or. Son prochain film, Le triangle de la tristesse, se penchera sur le monde de la mode, a-t-il révélé. "Il (Östlund) a réalisé ce film extrêmement drôle d'une main de maître. Ça parle du politiquement correct, une dictature qui peut-être aussi horrible que n'importe quelle autre. Ce sujet aussi sérieux a été traité avec une imagination incroyable", a commenté Pedro Almodóvar. The Square est coproduit par Philippe Bober (The Coproduction Office) et sera distribué en France par Bac.
Le jury a donc préféré The Square pour la Palme d’or aux deux favoris 120 battements par minute et Faute d’amour. Ils repartent toutefois chacun avec une récompense. Le grand prix pour le film de Robin Campillo, déjà lauréat du prix Fipresci et de la Queer palm, qui raconte le combat des militants d’Act Up dans les années Sida (Les Films de Pierre/Memento le sortira le 23 août) et remporte aussi le prix du cœur de nombreux festivaliers, comme la standing ovation qui a suivi l’annonce l’a rappelée. 
Et le prix du jury pour le film d’Andreï Zvyagintsev (Pyramide, 20 septembre), qui dépeint à travers l'histoire d'un couple à la recherche de leur enfant, ne supportant plus leurs disputes pour ne pas le garder, dans une société russe déshumanisée. Le cinéaste ayant été auparavant distingué du prix du scénario pour son précédent film, Leviathan en 2014, et du prix du jury Un certain regard pour Elena en 2011.

Le jury a par ailleurs primé à deux reprises You Were Never Really Here de la Britannique Lynne Ramsay (coproduit par Pascal Caucheteux, que sortira SND), par le prix du scénario à la cinéaste et le prix d’interprétation à l’Américain Joaquin Phoenix. Il est consacré pour sa partition dans le rôle d'un vétéran de l'Irak, traumatisé, mutique et ultraviolent, qui doit exfiltrer une adolescente d'un réseau de prostitution. 
Le jury a attribué le prix du scénario ex aequo à Yórgos Lánthimos pour Mise à mort du cerf sacré (Haut et Court le sortira le 1er novembre). In the Fade (Pathé), qui marque le retour de l’Allemand Fatih Akin à Cannes, a été distingué à travers sa principale interprète, Diane Krüger, qui composait ici son premier rôle en allemand. Elle incarne Katja, une femme allemande qui décide de se venger de terroristes néonazis qui ont tué dans un attentat son mari, un ancien trafiquant de drogue d'origine turque, et son fils de six ans.
Autre comédienne à être récompensée, Nicole Kidman, via un prix spécial décerné par le jury à l’occasion du 70e anniversaire. Souvent venue à Cannes, la comédienne était la plus présente cette année avec deux films en compétition, Mise à mort du cerf sacré et Les proies, ainsi que dans deux œuvres hors compétition How to Talk to Girls at Parties et dans la saison 2 de Top of the Lake de Jane Campion.
Les proies (en salle le 23 août, Universal), remake du film de Don Siegel, vaut également à sa réalisatrice Sofia Coppola, venue une première fois à Cannes en 2006 en compétition avec Marie Antoinette, puis en 2013 en ouverture d’Un certain regard avec The Bling Ring, le prix de la mise en scène.

La Caméra d’or revient pour la 3e année consécutive à un film français, Jeune femme de Léonor Séraille, indissociable de son interprète Laetitia Dosch, produit par Sandra de Fonseca, avec Bertrand Gore et Nathalie Mesuret, au sein de Blue Monday (Shellac en distribution). Le film était sélectionné à Un certain regard. Formée à La fémis, Léonor Séraille évoque dans son long une trentenaire en crise. 
Ce palmarès vient clore une 70e édition marquée par la polémique Netflix, née autour de la sélection de deux films,Okja et The Meyerowitz Stories, en compétition. Pedro Almodóvar avait déclaré dès le début du Festival qu'il ne se voyait pas récompensé des films qui ne sortiraient pas en salle, réduisant ainsi d'autant plus la compétition. 
Cette édition aura aussi été rythmée par les célébrations de ses 70 ans avec la présence d'un parterre exceptionnel de personnalités du 7e art, malgré les risques d'attentats et les mesures de sécurité qui ont dû être prises dans ces circonstances.

FESTIVALDECANNES2017-CEREMON

PALMARÈS 

Palme d'or : The Square de Ruben Östlund

Grand prix : 120 battements par minute de Robin Campillo

Prix de la mise en scène : Sofia Coppola pour Les proies

Prix du jury : Faute d'amour d'Andreï Zvyagintsev

Prix du scénario attribué ex aequo : Yórgos Lánthimos pour Mise à mort du cerf sacré et Lynne Ramsey pour You Were Never Really Here

Prix d'interprétation féminine : Diane Krüger dans In the Fade de Fatih Akin

Prix d'interprétation masculine : Joaquin Phoenix dans You Were Never Really Here de Lynne Ramsey

Caméra d'or, décerné par un jury présidé par Sandrine Kiberlain : Jeune femme de Léonor Séraille (Blue Monday), présenté à Un certain regard

Le jury du court métrage et de la Cinéfondation, présidé par Cristian Mungiu, a attribué deux prix :Palme d'or du court métrage : Xiao Cheng er yue (Une nuit douce) de Qiu Yang

Mention spéciale : Katto (Le plafond) de Teppo Airaksinen

UN CERTAIN REGARD - PALMARÈS

XVM8849664a-430b-11e7-8dae-0f9b3513599d

PRIX UN CERTAIN REGARD
LERD (Un homme intègre) réalisé par Mohammad RASOULOF

PRIX D'INTERPRÉTATION FÉMININE
JASMINE TRINCA pour FORTUNATA réalisé par Sergio CASTELLITTO

PRIX DE LA POÉSIE DU CINÉMA
BARBARA réalisé par Mathieu AMALRIC

PRIX DE LA MISE EN SCÈNE
Taylor SHERIDAN pour WIND RIVER

PRIX DU JURY
LAS HIJAS DE ABRIL réalisé par Michel FRANCO

BILAN

Les films: en fait les films présentés à Cannes chaque année c’est un peu comme le saucisson de Noël, la même chose que le reste de l’année mais avec une guirlande autour. Alors après c’est à nous de dire si c’est bon ou pas. Cette année l’accent a été mis essentiellement sur le cinéma d’auteur et les choses s’annonçaient plutôt bien avec la présentation des « Fantômes d’Ismaël » en ouverture. Plus film d’auteur que ça en ouverture faut chercher loin. Dans l’ensemble si les films étaient quoiqu’on en dise de qualité, la morosité ambiante s’installant dès les premiers jours sur cette 70e édition en ces temps troublés ne fit qu’aggraver nos humeurs chancelantes. Et c’est ainsi que le jury de Pedro Almodóvar devant cette programmation d’une noirceur déferlante a décidé de donner la palme d’or à la seule comédie (sarcastique il est vrai) de la sélection, le film The Square du Suédois Ruben Öslund dont le film Snow Therapyfut en sélection à Un certain regard en 2014.
Jacques Doillon dans la compétition à Cannes cela ne s’était pas vu depuis longtemps et ce fut une surprise. Son Rodin restera malgré tout sur le côté et c’est dommage car son film aurait mérité quelque chose, mais qu’à cela ne tienne la sélection de son film en compétition permettra à Doillon un retour sur les écrans après une période discrète, malgré la sortie de son film magnifique Mes séances de lutte en 2013 et qui passa pratiquement inaperçu.
Inutile de revenir ici sur la polémique Netflix mais c’est quand même scier un peu la branche sur laquelle on est assis.
La météo: et bien un sans-faute, une agréable douceur qui nous fit profiter des séances du Cinéma de la plage en soirée et nous offrit les moments les plus festifs de cette 70e édition anniversaire avec également 2 concerts : Ciné-concert de rébétiko avec Tony Gatlif et la présentation de son film Djam, un concert de Matthieu Chedid (M) pour les 70 ans du festival, et également des films mémorables avec la présentation entre autres du chef-d'œuvre de Hugh Hudson Les Chariots de feu dans une copie optimale restaurée en 4K. Un régal.
La sécurité: draconienne comme on pouvait s’y attendre, bras écartés, palpations pour certains qui ne pouvaient pas passer sous les portiques en raison de porteur de pacemaker, défibrillateur ou autres, sécurité renforcée encore après l’attentat du mardi de Manchester. Les alentours du palais entourés d’un cordon de véhicules de police, c’était assez impressionnant, par contre pas un seul véhicule notamment le matin à la Quinzaine des réalisateurs où s’entassaient des centaines de personnes sous le auvent du Théâtre Croisette. À peine un fourgon en milieu d’après-midi. Il fallait le dire.
Un festival en demi-teintes en ces temps troublés ce qui ne gâcha certes pas la fête mais le cœur n’y était pas comme d’habitude.

 

 

 

 

 

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 29/05/2017 à 22:18

Cannes 2017: cérémonie d’ouverture

Quand Monica Bellucci en maîtresse de cérémonie illumine le Palais des festivals par un discours d’ouverture dans la grande tradition cannoise

À l’intérieur du Palais, le Festival a pu commencer. D’abord, ce sont Louane et Benjamin Biolay qui sont arrivés sur scène pour y interpréter Le Cinéma de Claude Nougaro, accompagnés à la danse par la chorégraphe espagnole Blanca Li, vêtue d’une robe de flamenco rouge. Après cette parenthèse musicale, Monica Bellucci, maîtresse de cérémonie, s’est avancée sur la scène. Dans une robe voluptueuse bleu nuit, l’actrice italienne de 52 ans a livré un discours dans lequel elle a loué le pouvoir fédérateur du cinéma : "Toutes les voix peuvent être écoutées, parce que le langage du cinéma n’appartient à aucun territoire", a estimé la comédienne. "Seuls la musique et les mathématiques sont des langages qui ont la même force." Monica Bellucci a alors invité Pedro Almodóvar à la rejoindre sur scène. Après une vidéo rétrospective de son œuvre, le président du jury 2017 a expliqué comment il appréhendait cette responsabilité: "Je promets de donner mon meilleur et mon pire, je promets d’être subjectif, passionné mais flexible", a lancé le réalisateur de Tout sur ma mère, avant de jurer de dédier "tout (son) corps et toute (son) âme à cette tâche." Les autres membres du jury l’ont ensuite rejoint pour la traditionnelle photo de groupe. Après avoir découvert des extraits de films de la sélection officielle et avant l’ouverture officielle du Festival, les téléspectateurs ont eu droit à une séquence inattendue. Celle d’un baiser, échangé par Alex Lutz et Monica Bellucci dans le cadre d’un sketch. Alors que l’humoriste venait d’arriver sur scène, la comédienne l’a invité à danser avant de l’embrasser, sous les regards surpris des membres du jury. Après cette séquence, la jeune actrice Lily-Rose Depp et le réalisateur iranien Asghar Farhadi sont apparus sur la scène, afin de déclarer ouverte la 70e cérémonie du Festival de Cannes, marquant la fin de la cérémonie d’ouverture. Une dernière intervention qui a laissé le champ libre à la projection des Fantômes d’Ismaël, et à dix jours durant lesquels les plus hautes figures du cinéma mondial célébreront le septième art.

Quelques minutes auparavant Monica Bellucci se livrait à la séduction du photocall pour le plus grand plaisir  des photographes

Article rédigé et proposé par B.G
le 18/05/2017 à 09:09

Cannes 2017: l'Acid dévoile sa programmation de 12 longs métrages

Pour ses 25 ans, l'Acid propose une programmation, du 18 au 27 mai, de 10 films, enrichie cette année d'autres titres dans le cadre d'une carte blanche offerte à une association étrangère de cinéastes, en l'occurrence aux Serbes de Bande à part.

bandeau_cannes_les_films_bd2

Sélection

L'assemblée  de Mariana Otero (documentaire) - produit par Buddy Movies, Archipel 35, distribué par Epicentre Films
Avant la fin de l'été de Maryam Goormaghtigh (documentaire) 1er film - produit par 4 A 4 Productions, Intermezzo Films, distribué par Shellac
Belinda de Marie Dumora (documentaire) - produit par Gloria Films, vendu par Be for films
Le ciel étoilé au-dessus de ma tête de Ilan Klipper 2e film - produit par Bathysphère Productions, distribué par Happiness Distribution
Avec Laurent Poitrenaux, Camille Chamoux, Maryline Canto, Alma Jodorowsky, Michèle Moretti, François Chattot, Franck Williams...
Coby de Christian Sonderegger (documentaire) 1er film - produit par Ciaofilm, Willow Film, vendu par Alpha Violet
Sans adieu de Christophe Agou (documentaire ) 1er film - produit par Les Enragés, distribué par New Story
Kiss and Cry de Lila Pinell et Chloé Mahieu 1er film - produit et vendu par Ecce Films, distribué par UFO Distribution
Last Laugh de Zhang Tao 1er film - produit par House on Fire, Butong Pictures (Hong Kong, France), vendu par MPM Films
Scaffolding de Matan Yair 1er film - produit par Green Productions, Film Produkcja (Israël, Pologne), vendu par New Europe Film Sales

Séance spéciale

Pour le réconfort de Vincent Macaigne - 1er film - Produit par CG Cinéma, Les Canards Sauvages, distribué par UFO
avec Emmanuel Matte, Pascal Rénéric, Laure Calamy, Pauline Lorillard, Joséphine de Meaux

bandeau_cannes_acid_trip

Programme ACID TRIP #1 : SERBIE

L'Acid inaugure une programmation offerte à une association étrangère de cinéastes indépendants impliquée dans les problématiques de diffusion des œuvres et de formation des publics. Cette année, c'est l’association de cinéastes serbes Bande à part, qui programme le Festival du Film d'Auteurs de Belgrade, et inaugure cette carte blanche avec deux longs métrages et un programme de courts métrages :
Requiem pour Madame J. de Bojan Vuletic - 2e film, vendu par Soul Food
L'humidité de Nikola Ljuca - 1er film, vendu par Soul Food
Courts métrages : Dos patrias de Kosta Ristic, Transition de Milica Tomovic, Sortie de secours de Vladimir Tagic, A Handful of stones de Stefan Ivancic, If I Had It My Way I Would Never Leave de Marko Grba Singh

 

 

 

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 09/05/2017 à 18:14

Cannes 2017 : La Quinzaine dévoile sa sélection

A.[1]

Cette sixième sélection d'Édouard Waintrop, qui a choisi d'accueillir notamment Philippe Garrel, Bruno Dumont, Abel Ferrara et Amos Gitai, est également marquée par la présence de sept réalisatrices.

Film d'ouverture
Un beau soleil intérieur de Claire Denis - produit par Curiosa (vendu par Films Distribution, distribué par Ad Vitam, sortie le 11 octobre)

Sélection
A Ciambra de Jonas Carpignano
Alive in France d'Abel Ferrara
Bushwick de Cary Murnion et Jonathan Milott (acquis en France et en Corée par Netflix)
Cuori puri de Roberto De Paolis - 1er film
Frost de Sharunas Bartas
I Am Not a Witch de Nyoni Rungano - 1er film
Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont - (distribué par Memento)
L’amant d’un jour de Philippe Garrel - produit, vendu et distribué par SBS (sortie le 26 mai)
L’intrusa de Leonardo Di Costanzo
La defensa del dragón de Natalia Santa - 1er film
Nothingwood de Sonia Kronlund - 1er film (distribué par Pyramide Distribution, sortie le 14 juin)
Marlina the Murderer in Four Acts de Surya Mouly
Mobile Homes de Vladimir de Fontenay (distribué par Nour Films, sortie prévue à l'automne)
Ôtez-moi d’un doute de Carine Tardieu - produit par Karé Productions (distribué et vendu par SND, sortie le 6 septembre)
The Florida Project de Sean Baker (distribué par Le Pacte)
The Rider de Chloé Zhao
West of the Jordan River (Field Diary Revisited) d'Amos Gitai

Film de clôture
Patti cake$ de Geremy Jasper - 1er film (distribué par Diaphana)

Séance spéciale
A fábrica de nada de Pedro Pinho (distribué par Météore Films)

Courts métrages
Água mole de Laura Goncalves et Alexandra Ramires
Copa-loca de Christos Massalas
Crème de menthe de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
Farpões, baldios de Marta Mateus
La bouche de Camilo Restrepo
Min börda de Niki Lindroth Von Bahr
Nada de Gabriel Martins
Retour à Genoa city de Benoît Grimalt
Tijuana tales de Jean-Charles Hue
Trešnje de Turić Dubravka

 

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 08/05/2017 à 10:57

Cannes 2017: Cannes Classics dévoile une sélection aux couleurs du 70e anniversaire

Le_salaire_de_la_peur

Cannes Classics se compose ainsi de 22 longs métrages, une sélection de courts métrages et cinq documentaires. Les films sont projetés comme voulu par les ayants droit, en DCP 2K ou DCP 4K, et L’Atalante de Jean Vigo en 35mm comme souhaité par Gaumont. Une partie de la Sélection sera intitulée "une brève histoire du Festival de Cannes", et proposera des films ayant marqué le Festival  :

- 1946 : La bataille du rail (Battle of the Rails) de René Clément (1h25, France) : grand prix international de la mise en scène et prix du jury international
- 1953 : Le salaire de la peur (The Wages of Fear) de Henri-Georges Clouzot (1952, 2h33, France, Italie) : grand prix (photo)
- 1956 : Körhinta (Merry-Go-Round / Un petit carrousel de fête) de Zoltán Fábri (1955, 1h30, Hongrie) : en compétition
- 1957 : Ila Ayn? (Vers l’inconnu ?) de Georges Nasser (1h30, Liban) : en compétition
- 1967 : Skupljači Perja (I Even Met Happy Gypsies / J’ai même rencontré des Tziganes heureux) d’Aleksandar
Petrović (1h34, Serbie) : en compétition, grand prix spécial du jury, prix de la critique internationale - Fipresci ex aequo
- 1967 : Blow-up de Michelangelo Antonioni (1966, 1h51, Royaume-Uni, Italie, États-Unis) : grand prix international du Festival
- 1969 : Matzor (Siege / Siège) de Gilberto Tofano (1h29, Israël) : en compétition
- 1970 : Soleil O (Oh, Sun) de Med Hondo (1h38, Mauritanie, France) : Semaine de la critique
- 1976 : Babatu, les trois conseils de Jean Rouch (1h33, Niger, France) : en compétition
- 1976 : Ai no korîda (In the Realm of the Senses / L’empire des sens) de Nagisa Oshima (1h43, France, Japon) : Quinzaine des réalisateurs
- 1980 : All that Jazz (Que le spectacle commence) de Bob Fosse (1979, 2h03, États-Unis) : Palme d’or
- 1981 : Człowiek z żelaza (Man of Iron / L’homme de fer) d’Andrzej Wajda (2h33, Pologne) : Palme d’or
- 1982 : Yol – The Full Version (The Way / La permission) de Yilmaz Güney, réalisé par Serif Gören (1h53, Suisse) : Palme d’or, prix de la critique internationale - Fipresci
- 1983 : Narayama Bushikō (Ballad of Narayama / La ballade de Narayama) de Shôhei Imamura (2h13, Japon) : Palme d’or
- 1992 : El sol del membrillo (Le songe de la lumière) de Victor Erice (2h20, Espagne) : en compétition, prix du jury, prix de la critique internationale – Fipresci

1951-1999 : Une brève histoire des courts métrages présentés par le Festival de Cannes. Un programme préparé par Christian Jeune et Jacques Kermabon, avec dans l’ordre : Spiegel van Holland (Miroirs de Hollande) de Bert Haanstra (1951, 10mn, Pays-Bas) , La Seine a rencontré Paris de Joris Ivens (1958, 32mn, France), Pas de deux de Norman McLaren (1968, 13mn, Canada), Harpya de Raoul Servais (1979, 9mn, Belgique), Peel de Jane Campion (1986, 9mn, Australie), L’interview de Xavier Giannoli (1998, 15mn, France), When the Day Breaks d’Amanda Forbis et Wendy Tilby (1999, 10mn, Canada).

Seront également au programme de cette nouvelle édition de Cannes Classics :

- Madame de… de Max Ophüls (1953, 1h45, France)
- L’Atalante de Jean Vigo (1934, 1h28, France) en copie restaurée 35mm
- Native Son (Sang noir) de Pierre Chenal (1951, 1h47, Argentine)
- Paparazzi de Jacques Rozier (1963, 18mn, France)
- Belle de jour de Luis Buñuel (1967, 1h40, Espagne-France)
- A River Runs Through It (Et au milieu coule une rivière) de Robert Redford (1992, 2h04, États-Unis)
- Lucía de Humberto Solas (1968, 2h40, Cuba)

Cannes Classics proposera également l’histoire du cinéma par le 7e art lui-même, à travers la présentation de cinq documentaires :

- La belge histoire du Festival de Cannes (The Belgian’s Road to Cannes) de Henri de Gerlache (2017, 1h02, Belgique).
- David Stratton - A Cinematic Life de Sally Aitken (2017, 1h37, Australie).
- Filmworker de Tony Zierra (2017, 1h29, États-Unis)
- Becoming Cary Grant (Cary Grant - De l’autre côté du miroir) de Mark Kidel (2017, 1h25, France)
- Jean Douchet, l’enfant agité de Fabien Hagège, Guillaume Namur, Vincent Haasser (2017, 1h30, France)

-ÉVÉNEMENTS 70EME ANNIVERSAIRE :

TOP OF THE LAKE: CHINA GIRL de Jane CAMPION Ariel KLEIMAN
24 FRAMES de Abbas KIAROSTAMI
TWIN PEAKS de David LYNCH
COME SWIM de Kristen STEWART
NOS ANNEES FOLLES d'André Téchiné - Séance Hommage au cinéaste
DJAM de Tony Gatlif - Evénement Ciné-concert (Cinéma de la Plage)
LES CHARIOTS DE FEU de Hugh HUDSON (Cinéma de la Plage)
À l’occasion de la projection des Chariots de Feu de Hugh Hudson au Cinéma de la Plage, le Festival reçoit l’équipe de la Candidature aux Jeux Olympiques de Paris 2024. En présence du kayakiste Tony Estanguet (Co-président de Paris 2024) et de la Ministre des Sports Laura Flessel.

 

 

 

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 04/05/2017 à 14:04

Cannes 2017: Desplechin en ouverture

Pour ouvrir les festivités le 17 mai, le festival a choisi le film d’un grand nom français, Arnaud Desplechin. Il présentera, hors compétition, Les fantômes d’Ismaël dans lequel il retrouve Mathieu Amalric et Hippolyte Girardot, entourés de nouveaux venus dans son univers : Marion Cotillard, Charlotte Gainsbourg, Louis Garrel et Alba Rohrwacher.

Les_fantmes_dIsmal

Article rédigé et proposé par B.G
le 04/05/2017 à 12:51

Cannes 2017: une actrice française pour présider la Caméra d'or

SK.[1]

L'actrice française Sandrine Kiberlain présidera le jury de la Caméra d'or

Article rédigé et proposé par B.G
le 04/05/2017 à 11:08

Cannes 2017 : une actrice américaine pour présider Un certain regard

L’actrice américaine Uma Thurman présidera le jury d’Un certain regard.

UT.[1]

 La sélection Un Certain Regard se trouve sur le dossier Cannes

Article rédigé et proposé par B.G
le 04/05/2017 à 10:03

Cannes 2017: La sélection, le jury, les critiques

Retrouvez sur notre dossier ci-dessous la conférence de presse en intégralité, la sélection officielle, le jury des différentes sections

selec-2017-FR-newslet

 SÉLECTION OFFICIELLE

Film d’ouverture
Les Fantômes d’Ismaël d’Arnaud Desplechin (distribué par Le Pacte le 17 mai 2017, vendu par Wild Bunch) 1h54

120 battements par minute de Robin Campillo (distribué par Memento) 2h23
Aus dem nichts (In the Fade) de Fatih Akin - coproduit par Macassar (distribué par Pathé, vendu par Match Factory)
The Meyerowitz Stories de Noah Baumbach (acquis par Netflix) 1h45
Okja de Bong Joon-ho (film original Netflix, sortie mondiale prévue sur la plateforme le 28 juin) 2h
The Beguiled (Les proies) de Sofia Coppola (distribué par Universal Pictures Intl France, sortie le 23 août)
Rodin de Jacques Doillon - produit par Les Films du Lendemain, avec Artémis en Belgique (distribué et vendu par Wild Bunch, sortie le 24 mai en France) 2h
Happy End de Michael Haneke (distribué et vendu par Les Films du Losange, sortie le 18 octobre en France)
Wonderstruck de Todd Haynes (distribué par Metropolitan Filmexport)
Le Redoutable de Michel Hazanavicius - produit par Les Compagnons du cinéma (distribué par Studiocanal et vendu par Wild Bunch)
Geu-Hu (The Day After) de Hong Sang-soo (distribué par Capricci)
Hikari (Radiance - Vers la lumière) de Naomi Kawase (distribué par Haut et Court)
The Killing of a Sacred Deer (Mise à mort du cerf sacré) de Yórgos Lánthimos (distribué par Haut et Court, vendu par HanWay)
A Gentle Creature (Une femme douce) de Sergei Loznitsa -produit par Slot Machine en France (distribué par Haut et Court, vendu par Grandfilm) 2h23
Jupiter's Moon de Kornel Mundruczo (distribué par Pyramide Distribution, vendu par Match Factory)
L'amant double de François Ozon - produit par Mandarin (distribué par Mars Films, vendu par Films Distribution) 2h
You Were Never Really Here de Lynne Ramsay (distribué par SND)
Good Time de Benny Safdie et Josh Safdie (distribué par Ad Vitam, vendu par Memento) 1h35
Nelyubov (Loveless) de Andrey Zvyagintsev (distribué par Pyramide Distribution, vendu par Wild Bunch) 2h07
The square de Ruben Östlund (distribué par Bac Films, sortie au second semestre 2017)

UN CERTAIN REGARD

Barbara de Mathieu Amalric (ouverture) - produit par Waiting for cinéma (distribué par Gaumont)
La novia del desierto (La fiancée du désert) de Cecilia Atán, Valeria Pivato - 1er film (distribué par Memento Films Distribution)
Tesnota (Étroitesse) de Kantemir Balagov - 1er film
Aala kaf ifrit (La belle et la meute) de Kaouther Ben Hania (distribué par Jour2Fête)
L'Atelier de Laurent Cantet - produit par Archipel 35 (distribué par Diaphana Distribution, vendu par Films Distribution)
Fortunata (Lucky) de Sergio Castellitto (vendu par True Colors)
Las hijas de abril (Les filles d'avril) de Michel Franco
Western de Valeska Grisebach (vendu par Films boutique)
Posoki (Directions) de Stephan Komandarev
Out de György Kristóf - 1er film
Sanpo suru Shinryakusha (Before we Vanish) de Kiyoshi Kurosawa (vendu par Wild Bunch, distribué par Eurozoom)
En attendant les hirondelles (The Nature of Time) de Karim Moussaoui - produit par Les Films Pelléas (distribué par Ad Vitam, vendu par MK2) - 1er film
Lerd (Dregs) de Mohammad Rasoulof
Jeune femme de Léonor Serraille - produit par Blue Monday (distribué par Shellac, vendu par B for Films) -1er film
Wind River de Taylor Sheridan (distribué par Metropolitan Filmexport) - 1er film
Après la guerre d’Annarita Zambrano - produit par Sensito et Cinéma de Facto (distribué et vendu par Pyramide Distribution) - 1er film
La cordillera de Santiago Mitre (produit par Maneki en France, distribué par Memento, vendu par Films Factory)
Walking Post the Future de Li Ruijun

 

 

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 04/05/2017 à 08:54

Cannes 2017: l'affiche

C’est Claudia Cardinale qui a l’honneur de figurer sur l’affiche de cette 70e édition du Festival de Cannes. Sur un fond rouge, on y découvre l’actrice italienne dans ses jeunes années, tournoyant pieds nus devant un 70 écrit en chiffres d’or.

 Festival2017_22X30_DEF

Article rédigé et proposé par B.G
le 03/05/2017 à 19:30

CANNES 2017 : PEDRO ALMODÓVAR PRÉSIDENT

Le cinéaste espagnol présidera le jury du 70e Festival de Cannes.

thumb_7066_media_image_926x584

Pour sa 70e édition: le jury du Festival de Cannes sera cette année présidé par un cinéaste espagnol, l'emblématique Pedro Almodóvar, habitué d'une manifestation qui l'a plusieurs fois récompensé sans lui décerner pour autant la Palme d'or.

Cannes 2017 : Un cinéaste palmé pour présider le jury de la Cinéfondation

Le cinéaste roumain Cristian Mungiu présidera le jury de la Cinéfondation et des courts métrages, succédant ainsi à Naomi Kawase. 

 

thumb_15373_media_image_926x584

Cannes 2017: Claudia Cardinale s'affiche pour le Festival 

Festival2017_22X30_DEF

C’est Claudia Cardinale qui a l’honneur de figurer sur l’affiche de cette 70e édition du Festival de Cannes. Sur un fond rouge, on y découvre l’actrice italienne dans ses jeunes années, tournoyant pieds nus devant un 70 écrit en chiffres d’or.

Cannes 2017 : Le festival choisit sa maîtresse de cérémonie

Après Lambert Wilson puis Laurent Lafitte l'an passé, une actrice italienne qui rayonne à l'international orchestrera les cérémonies d'ouverture et de clôture du 70e Festival de Cannes.
Monica Bellucci se livrera à l'exercice de maîtresse de cérémonie pour célébrer le 70e Festival de Cannes, pour l'ouverture et la clôture, diffusées en direct sur Canal+.

MB 

Cannes 2017: une actrice française pour présider la Caméra d'or

Après Wim Wenders, Tim Roth, Abbas Kiarostami et dernièrement, Agnès Varda, Sabine Azéma, ou Catherine Corsini, l'an passé, Sandrine Kiberlain va présider le jury de la Caméra d'or de la 70e édition du Festival de Cannes.

SK

 Cannes 2017 : La Sélection officielle entre tradition et renouveau

Thierry Frémaux, délégué général du Festival, a présenté 49 titres pour sa dixième sélection officielle, en attendant quelques ajouts dans les jours qui viennent. Un choix final qui s’est "décidé très tardivement" a-t-il précisé en raison de films arrivés eux très tardivement qui a conduit à un "mode de sélection plus tendu, plus intense".
Auparavant, Pierre Lescure, le président de la manifestation a replacé cette 70e édition dans le contexte "historique et international intéressant, quelques jours après les élections présidentielles à suspens et quelques semaines avant les élections législatives. Le Festival sera un moment un peu suspendu avec un nouveau gouvernement".
Pour ouvrir les festivités le 17 mai, le festival a choisi le film d’un grand nom français, Arnaud Desplechin. Il présentera, hors compétition, Les Fantômes d’Ismaël dans lequel il retrouve Mathieu Amalric et Hippolyte Girardot, entourés de nouveaux venus dans son univers : Marion Cotillard, Charlotte Gainsbourg, Louis Garrel et Alba Rohrwacher.
La compétition compte à ce stade 18 titres, allant de noms très associés à Cannes, d’autres plus rarement venus et plusieurs cinéastes – 4 pour trois films - y faisant leurs premiers pas.
Fatih Akin, le cinéaste allemand d’origine turque, effectue lui un retour en compétition, où il a reçu le prix du scénario pour De l’autre côté en 2007, avec Aus dem nichts (In the fade), une histoire de vengeance dans la communauté turquo-allemande interprétée notamment par Diane Kruger. L’Américain Noah Baumbach entre pour sa part en Sélection officielle avec The Meyerowitz stories accompagné d’un quatuor de stars : Adam Sandler, Dustin Hoffman, Ben Stiller, et Emma Thompson. Côté américain encore, Sofia Coppola revient en compétition - où elle avait présenté Marie-Antoinette en 2006 avant The bling ring à Un certain regard en 2013 - pour The Beguiled (Les proies), avec Colin Farrell, Elle Fanning, Nicole Kidman et Kirsten Dunst, dans une œuvre inspirée, sans être un remake, du film éponyme de Don Siegel. En outre, Todd Haynes, dont Carol a été primé pour l’interprétation de Rooney Mara en 2015, est aussi en lice avec Wonderstruck, dans lequel il a réuni Michelle Williams et Julianne Moore dans une signée du scénariste d’Hugo Cabret, sur deux enfants sourds à des époques différentes. Enfin, les frères Safdie, Benny et Josh (auteurs notamment de Lenny & the kids), fouleront pour la première fois les marches cannoises avec leur film Good time, "un film de braquage" avec Robert Pattinson.
La Corée du sud, en force sur la Croisette avec cinq films à ce stade toutes sections confondues, est présente avec deux cinéastes en compétition. Bong Joon-Ho venu deux fois à Un certain regard, la rejoint avec Okja, un film d'aventure fantastique avec un monstre gentil, avec Tilda Swinton et Jake Gyllenhaal. Hong Sang-soo, sélectionné à plusieurs reprises dans cette section, sera présent avec Geu-Hu, un film en noir et blanc. Parallèlement le prolifique cinéaste présentera en séance spéciale Claire’s camera qu’il a filmé avec Isabelle Huppert pendant le festival de Cannes l’an dernier.
L’Autrichien Michael Haneke viendra briguer une troisième Palme d’or avec Happy end, un film sur une famille bourgeoise du Nord de la France vivant à côté des camps de migrants, avec Jean-Louis Trintignant, Isabelle Huppert et Mathieu Kassovitz.
Pour la deuxième fois en compétition, la britannique Lynne Ramsay aura finaliser le montage avec You were never really here, avec Joachim Phoenix.
Le Russe Andreï Zviaguintsev concourra avec Nelyubov (Loveless) "un road movie sur l’état de la Russie profonde", trois ans après avoir reçu le prix du scénario pour Léviathan.
Le grec Yorgos Lanthimos, deux ans après sa fable The Lobster, dévoilera The killing of the sacred Deer avec Nicole Kidman, Colin Farrell et Alicia Silverstone. L’Ukrainien Sergei Loznitsa briguera lui pour la troisième fois la Palme, après My Joy (2010) et Dans la brume (2012), avec The gentle creature, une libre adaptation de La Douce de Dostoïevski. Enfin, le Hongrois Kornél Mundruczó , prix Un certain regard l’an passé pour White dog, après avoir été sélectionné deux fois en compétition, proposera Jupiter’s moon, un film fantastique sur l'accueil des réfugiés.
Côté français, les quatre heureux élus de la compétition représentent un spectre large. Pour sa troisième participation à la compétition, Michel Hazanavicius présentera Le Redoutable, avec Louis Garrel dans la peau de Jean-Luc Godard, Stacey Martin en Anne Wiazemsky, ainsi que Bérénice Bejo et Micha Lescot, le tout d’après les récits d’Anne Wiazemski. Absent de Cannes depuis très longtemps, Jacques Doillon dévoilera son Rodin, avec Vincent Lindon (prix d’interprétation il y a deux ans pour La loi du marché) dans le rôle du sculpteur, et Izia Higelin. Robin Campillo lui n’est jamais venu avec sa casquette de réalisateur en sélection officielle. Il défendra son troisième long, 120 battements par minute, portrait du groupe activiste Act Up-Paris au début des années 90, avant les trithérapies, avec Adèle Haenel, Nahuel Perez Biscayart, Arnaud Valois et Antoine Reinartz.
Enfin, François Ozon, qui n’a concouru en compétition qu’avec Swimming pool et Jeune et jolie, défendra L’amant double avec Marine Vacth, Jérémie Rénier et Jacqueline Bisset, l'histoire d'une jeune femme qui tombe amoureuse de son psy et s'installe avec lui, avant de découvrir qu'il lui a caché une partie de son identité.

 

 

Sélection officielle

Film d’ouverture
Les Fantômes d’Ismaël d’Arnaud Desplechin (distribué par Le Pacte le 17 mai 2017, vendu par Wild Bunch)

Aus dem nichts (In the Fade) de Fatih Akin - coproduit par Macassar (distribué par Pathé, vendu par Match Factory)
The Meyerowitz Stories de Noah Baumbach (acquis par Netflix)
Okja de Bong Joon-ho (film original Netflix, sortie mondiale prévue sur la plateforme le 28 juin)
The Beguiled (Les proies) de Sofia Coppola (distribué par Universal Pictures Intl France, sortie le 23 août)
Rodin de Jacques Doillon - produit par Les Films du Lendemain, avec Artémis en Belgique (distribué et vendu par Wild Bunch, sortie le 24 mai en France)
Happy End de Michael Haneke (distribué et vendu par Les Films du Losange, sortie le 18 octobre en France)
Wonderstruck de Todd Haynes (distribué par Metropolitan Filmexport)
Le Redoutable de Michel Hazanavicius - produit par Les Compagnons du cinéma (distribué par Studiocanal et vendu par Wild Bunch)
Geu-Hu (The Day After) de Hong Sang-soo (distribué par Capricci)
Hikari (Radiance - Vers la lumière) de Naomi Kawase (distribué par Haut et Court)
The Killing of a Sacred Deer (Mise à mort du cerf sacré) de Yórgos Lánthimos (distribué par Haut et Court, vendu par HanWay)
A Gentle Creature (Une femme douce) de Sergei Loznitsa -produit par Slot Machine en France (distribué par Haut et Court, vendu par Grandfilm)
Jupiter's Moon de Kornel Mundruczo (distribué par Pyramide Distribution, vendu par Match Factory)
L'amant double de François Ozon - produit par Mandarin (distribué par Mars Films, vendu par Films Distribution)
You Were Never Really Here de Lynne Ramsay (distribué par SND)
Good Time de Benny Safdie et Josh Safdie (distribué par Ad Vitam, vendu par Memento)
Nelyubov (Loveless) de Andrey Zvyagintsev (distribué par Pyramide Distribution, vendu par Wild Bunch)                                                                                                                                                                           The square de Ruben Östlund (distribué par Bac Films, sortie au second semestre 2017)

 

Cannes 2017 : une actrice américaine pour présider Un certain regard

Le Festival de Cannes a dévoilé le nom de la présidente du jury d’Un certain regard, dont le palmarès sera dévoilé le samedi 27 mai.
L’actrice américaine Uma Thurman présidera le jury d’Un certain regard.

UT

Un certain regard

Barbara de Mathieu Amalric (ouverture) - produit par Waiting for cinéma (distribué par Gaumont)
La novia del desierto (La fiancée du désert) de Cecilia Atán, Valeria Pivato - 1er film (distribué par Memento Films Distribution)
Tesnota (Étroitesse) de Kantemir Balagov - 1er film
Aala kaf ifrit (La belle et la meute) de Kaouther Ben Hania (distribué par Jour2Fête)
L'Atelier de Laurent Cantet - produit par Archipel 35 (distribué par Diaphana Distribution, vendu par Films Distribution)
Fortunata (Lucky) de Sergio Castellitto (vendu par True Colors)
Las hijas de abril (Les filles d'avril) de Michel Franco
Western de Valeska Grisebach (vendu par Films boutique)
Posoki (Directions) de Stephan Komandarev
Out de György Kristóf - 1er film
Sanpo suru Shinryakusha (Before we Vanish) de Kiyoshi Kurosawa (vendu par Wild Bunch, distribué par Eurozoom)
En attendant les hirondelles (The Nature of Time) de Karim Moussaoui - produit par Les Films Pelléas (distribué par Ad Vitam, vendu par MK2) - 1er film
Lerd (Dregs) de Mohammad Rasoulof
Jeune femme de Léonor Serraille - produit par Blue Monday (distribué par Shellac, vendu par B for Films) -1er film
Wind River de Taylor Sheridan (distribué par Metropolitan Filmexport) - 1er film
Après la guerre d’Annarita Zambrano - produit par Sensito et Cinéma de Facto (distribué et vendu par Pyramide Distribution) - 1er film
La cordillera de Santiago Mitre (produit par Maneki en France, distribué par Memento, vendu par Films Factory)
Walking Post the Future de Li Ruijun

 

 Cannes 2017 : le jury de la 70e édition au complet

Jury

Pedro ALMODÓVAR – Président
(Réalisateur, Scénariste, Producteur – Espagne)

Maren ADE (Réalisatrice, Scénariste, Productrice – Allemagne)
Jessica CHASTAIN (Actrice, Productrice – États-Unis)
FAN Bingbing (Actrice, Productrice – Chine)
Agnès JAOUI (Actrice, Scénariste, Réalisatrice, Artiste-interprète – France)
PARK Chan-wook (Réalisateur, Scénariste, Producteur – Corée du sud)
Will SMITH (Acteur, Producteur, Musicien – États-Unis)
Paolo SORRENTINO (Réalisateur, Scénariste – Italie)
Gabriel YARED (Compositeur – France)

 

 

 
Article rédigé et proposé par lenono
le 31/03/2017 à 11:31

Retour Haut de page