La bdfci vous propose de suivre l'actualité du Festival de Cannes


Les sorties de la semaine

A.[2]

Beaucoup de films cette semaine avec bien sûr en ligne de mire la palme d’or cannoise et le magnifique film de Hirokazu Kore-eda, UNE AFFAIRE DE FAMILLE. C’est une comédie dramatique sur la filiation avec des moyens pas très légaux mais qui prêtent plus à sourire que condamnables au regard des gens qui nous gouvernent qui commettent des délits bien plus importants en toute impunité. Et si le film a contrarié le gouvernement japonais au dernier festival de Cannes, qu’il se rassure, ce genre de bricole des plus pauvres existe aussi dans nos contrées. Donc bien sûr une AFFAIRE DE FAMILLE est le film à voir cette semaine. Nul besoin d’être un cinéphile pur et dur tant il s’adresse à tous les publics.
UTØYA, 22 JUILLET le film choc de la semaine qui retrace les attentats d’Utøya, en Norvège lorsque le terroriste d’extrême droite Anders Behring Breivik avait fait 77 morts à Oslo et sur l’île d’Utøya en 2011. Le film a été présenté au festival de l’Étrange en septembre dernier. Côté blockbuster MORTAL ENGINES par les producteurs du Seigneur des anneaux et du Hobbit nous dit l'affiche et un thriller HUNTER KILLER sur fond de troisième guerre mondiale... Un indépendant us NOUS LES COYOTES, c'est toujours bon à prendre.
Et puis les sempiternelles sorties de Noël, dont on retiendra un SPIDER-MAN : NEW GENERATION en animation et en 3D (dans certaines salles), et pour les plus de 5 ans PACHAMAMA une coproduction majoritaire française et son sympathique message écologiste, un film famille pour tous RÉMI SANS FAMILLE du roman d’Hector Malot, une valeur sûre. Côté reprise C’est YENTL qui attire notre attention avec la grandiose Barbra Streisand qui non seulement joue dans le film mais l’a réalisé également, et une curiosité de l’époque, musicale aussi mais d’un autre genre le FARINELLI de Gérard Corbiau, que ceux qui ont vu ne peuvent pas oublier et bien sûr LE DERNIER NABAB d’Elia Kazan avec le géantissime De Niro et un méconnu de René Clair C’EST ARRIVÉ DEMAIN, mais que les cinéphiles doivent se souvenir.

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 12/12/2018 à 10:41

Décès de Bernardo Bertolucci

Bernardo_Bertolucci

Réalisateur entre autres du Dernier tango à Paris, ou encore du Dernier Empereur, pour lequel il avait reçu l'Oscar du meilleur réalisateur, le cinéaste italien Bernardo Bertolucci s’est éteint à l’âge de 77 ans à Rome, rapportent ce lundi 26 novembre les médias italiens.

Article rédigé et proposé par B.G
le 26/11/2018 à 10:29

Voyage à travers le cinéma politique et poétique de Chapour Haghighat

ÉVÉNEMENT Festival des films de Chapour Haghighat, le réalisateur franco-iranien au cinéma Les Trois Luxembourg à Paris.

Article rédigé et proposé par B.G
le 23/11/2018 à 16:59

Mort de Stan Lee, créateur des superhéros Marvel

Stan_LeeLe scénariste, créateur de personnages iconiques comme Spider-Man, Hulk, Iron-Man, les X-Men, ou Black Panther pour Marvel Comics, devenus des stars de l'industrie cinématographique américaine, est décédé le 12 novembre à l'âge de 95 ans.

Stan Lee, le scénariste américain qui a créé pour l'éditeur Marvel Comics des personnages iconiques comme Spider-Man, les X-Men ou Hulk, faisant rêver des générations entières de fans de bande dessinée est décédé, lundi, à l'âge de 95 ans.
"Marvel et l'ensemble de la Walt Disney Company saluent la vie et la carrière de Stan Lee et présentent leur gratitude éternelle pour les exploits inégalables qu'il a accomplis dans leurs murs. À chaque fois que vous ouvrirez un comic-book, Stan sera là", a déclaré Marvel, dont il était encore président d'honneur, dans un communiqué.
"Stan Lee était aussi extraordinaire que les personnages qu'il a créés. Un vrai superhéros pour les fans Marvel à travers le monde, Stan avait le pouvoir d'inspirer, de divertir et de connecter les gens", a déclaré Bob Iger, le Pdg du groupe Disney, qui a racheté Marvel pour 4 Md$ en 2009, permettant aux superhéros de Stan Lee de devenir les stars du box-office mondial.
C'est dans un hôpital de Los Angeles, ville où ce New-Yorkais d'origine résidait, qu'il a trouvé la mort lundi matin, selon le média spécialisé dans les célébrités TMZ.

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 13/11/2018 à 14:00

Festival du film coréen à Paris

A_Cr

Le 13e Festival du Film Coréen à Paris (FFCP) se tiendra du 30 octobre au 6 novembre 2018. Une partie de la programmation à venir a été dévoilée et promet une nouvelle édition diversifiée.

Article rédigé et proposé par B.G
le 31/10/2018 à 17:05

Disparition de Philippe Gildas

Philippe_Gildas

Bien que notre site soit dédié principalement au cinéma, il n’est pas incohérent de saluer de temps en temps un personnage issu des médias, lorsque celui-ci a bénéficié d’une notoriété exceptionnelle alliée à un talent non des moindres. Ce fut le cas de Philippe Gildas, personnalité culte de Canal+ dans les années 80, à l’heure où la chaîne était regardable. Il fut cependant producteur aussi de quelques films.
Né le 12 novembre 1935 à Auray, dans le Morbihan, Philippe Leprêtre n'est devenu Gildas qu'en 1963. C'est sur les conseils de Jean Yanne qu'il se tourne vers le journalisme en 1960 alors qu'il se destinait à devenir professeur de lettres. D'abord secrétaire de rédaction au journal Combat, il intègre la sation de radio RTL où il deviendra directeur de l'information.
C'est en 1969 que Gildas passe de la radio à la télévision en intégrant l'ORTF au lendemain de la purge effectuée après Mai 68. Il y occupera les fonctions d'animateur (notamment du célèbre jeu La chasse au trésor diffusé sur Antenne 2), puis en deviendra rédacteur en chef. Le grand tournant de sa carrière coïncide avec la naissance de la chaîne Canal+ qu'il intègre en 1985. Il y produit le célèbre Top 50 et y présente diverses émissions dont Nulle part ailleurs qui naît en 1987 et deviendra un access prime time à succès et la vitrine en clair de la chaîne cryptée, lançant notamment les Nuls, les Guignols de l'info et le tandem formé par Antoine de Caunes et José Garcia. Il en assure les commandes pendant une décennie.
Simultanément, Philippe Gildas crée sa société de production, Ellipse, qui initie notamment une série d'animation inspirée des aventures de Tintin. En 2001, il est nommé président de la chaîne d'information i>Télévision, puis se partage entre la production et la présentation d'émissions sur d'autres chaînes du Groupe Canal+ avant de lancer lui-même la chaîne de télévision pour seniors Vivolta en décembre 2007. Marié à l'animatrice de radio Maryse depuis 1984, Philippe Gildas a publié en 2010 son autobiographie chez Flammarion, avec Gilles Verlant, sous le titre Comment réussir à la télévision quand on est petit, breton, avec de grandes oreilles ?
Il a par ailleurs prêté son concours à une dizaine de productions cinématographiques et audiovisuelles, que ce soit vocalement ou dans son propre rôle, qu'il s'agisse d'Hommes, femmes, mode d'emploi (1996) de Claude Lelouch ou Tanguy (2001) d'Etienne Chatiliez.

Article rédigé et proposé par B.G
le 28/10/2018 à 12:15

La cérémonie des César sera dédiée à Charles Aznavour

Charles_Aznavour

La 44e cérémonie des César sera dédiée à Charles Aznavour, décédé lundi à l'âge de 94 ans, a annoncé jeudi l'Académie des César.

"Charles Aznavour était un artiste absolu! Chanteur, auteur compositeur pour les chansons et pour les films... c'était aussi un immense acteur qui écrivait des scénarios ou encore des dialogues... Son parcours au cinéma fut admirable", a souligné le président de l'Académie des arts et techniques du cinéma, Alain Terzian, dans un communiqué.
"C’est en toute logique que lui sera décerné en 1997 un César d’Honneur pour l’ensemble de sa carrière et que Hollywood lui gravera une étoile parmi les stars sur le Walk of Fame" a-t-il rappelé, avant d’ajouter que "la 44e cérémonie des César lui rendra un vibrant hommage".
Monstre sacré de la chanson française, Charles Aznavour a aussi été acteur dans une soixantaine de films, chez François Truffaut, Claude Chabrol, Claude Lelouch, Volker Schlöndorff ou Atom Egoyan. Un hommage national lui sera rendu vendredi aux Invalides, en présence du président de la République Emmanuel Macron.

Article rédigé et proposé par B.G
le 04/10/2018 à 21:46

30 ans sinon rien !

A

Le Forum des images, qui a connu bien des métamorphoses depuis la Vidéothèque de Paris, souffle ses 30 bougies avec un programme inédit, 30 ans sinon rien !, du 17 septembre au 7 octobre.
Plutôt que de se mirer et s'admirer dans le miroir du passé, le Forum a choisi d'inviter à cette fête 30 cinéastes - d'Alejandro Jodorowsky à Christophe Honoré, de Nicolas Philibert à Valérie Donzelli, de Michel Ocelot à Céline Sciamma - qui ont compté pour lui ou pour qui, qui sait ?, il a compté.
30 cinéastes et deux acteurs, qui seront les visages de cet anniversaire : Adèle Haenel et Vincent Lacoste, deux artistes pour qui 30 ans, c'est encore demain.

 

Téléchargez le programme ici

Article rédigé et proposé par B.G
le 12/09/2018 à 20:41

L’Étrange festival – 24e édition

Af.[2]

Depuis vingt-quatre ans, Frédéric Temps déniche des perles mondiales de l’horreur, du fantastique, de l’inquiétant pour son Étrange Festival !
Fidèle à lui-même en proposant du 5 au 16 septembre de nombreuses exclusivités, des invités prestigieux et évidemment des films plus étranges les uns que les autres.

Article rédigé et proposé par B.G
le 05/09/2018 à 18:25

DEAUVILLE 2018 HOMMAGE À MORGAN FREEMAN

AF

Cette année, 15 films sont en compétition pour le Grand Prix et le Prix du Jury, le Prix de la critique et le Prix du public de la ville de Deauville. Cette année, le grand jury est réuni autour de Sandrine Kiberlain. Il se compose de : Sabine Azema, Alex Beaupain, Leila Bekhti, Stéphane Brizé, Sara Gireaudeau, Xavier Legrand, Pierre Salvadori et Leïla Slimani.
Le Jury de la révélation est composé de Cédric Kahn (président), Hubert Charuel, François Civil, Karim Leklou et Kate Moran. Il remettra le Prix Fondation Louis Roederer de la Révélation.
Deauville saison 9 présente le meilleur des séries TV en avant-première, la rencontre des écritures cinématographiques et télévisuelles par ceux qui tiennent la plume.

Le secret des Kennedy (Chappaquiddick) de John Curran (en ouverture)

La compétition

American Animals de Bart Layton (ACE)
Friday’s Child de A.J. Edwards (The Festival Agency
Nancy de Christina Choe (e-cinema)
Puzzle de Marc Turtletaub (Bac Films)
Diane de Kent Jones (Visit)
The Tale de Jennifer Fox (HBO&OCS)
Night Comes On de Jordana Spiro (Condor)
Monsters and Men de Reinaldo Marcus Green (Mars Films)
Dead Woman Walking de Hagar Ben-Asher (Blackpills & Seville)
We The Animals de Jeremiah Zagar (Cinetic & The Exchange)
Thunder Road de Jim Cummings (Paname)
Blindspotting de Carlos Lopes Estrada (Metropolitan Filmexport)
The Kindergarten Teacher de Sara Colangelo (Protagonist)
Leave No trace de Debra Granik (Condor).

Les premières

Searching - Portée disparue de Aneesh Chaganty (Sony)
Hot Summer Nights d’Elijah Bynum (ACE)
Ophelia de Claire McCarthy (Covert Media)
Arctic de Joe Penna (The Jokers)
Peppermint de Pierre Morel (Metropolitan Filmexport)
Galveston de Mélanie Laurent (The Jokers)
Here and Now (AMBI) de Fabien Constant
Line on Fire de Joseph Kosinski (TF1 Studio)
Les frères Sisters de Jacques Audiard (UGC), qui recevra le Prix du Festival du cinéma américain de Deauville

Les documentaires

The Great Buster: A celebration de Peter Bogdanovich (Cohen)
Elvis Presley: The Searcher de Thom Zimny (SONY & OCS)
Hal d’Amy Scott (UFO)
Whitney de Kevin Macdonald (ARP)
Be Natural: The Untold Story of Alice Guy-Blaché de Pamela B. Green (Film Sales Company)
Nice Girls Don’t Stay for Breakfast de Bruce Weber (The Jokers)
RBG - Ruth Bader Ginsbury de Betsy West et Julie Cohen (L’atelier).

Harry Potter à l’école des sorciers de Chris Colombus (Warner) Version remastérisée 4K

Opération finale de Chris Weitz avec Oscar Isaac et Mélanie Laurent et Sir Ben Kingsley, en sa présence  (Film de clôture)

Par ailleurs, le festival a annoncé qu’il rendrait hommage à Morgan Freeman, en sa présence. La comédienne et productrice Sarah-Jessica Parker sera également présente pour un autre hommage, en paralèlle de la présentation de son film Here and Now de Fabien Constant.

 Morgan_Freeman

Le jury de la 44e édition du Festival du film américain, qui s'est tenu du 31 août au 9 septembre, était présidé par la comédienne Sandrine Kiberlain, et le jury de la révélation par le réalisateur Cédric Kahn.

Grand prix :
Thunder Road de Jim Cummings (sortie le 12 septembre), photo

Prix du jury :
Night Comes On de Jordana Spiro
et
American Animals de Bart Layton

Prix de la critique internationale :
Blindspotting de Carlos López Estrada (sortie le 3 octobre)

Prix Kiehl's de la révélation :
We the Animals de Jeremiah Zagar

Prix du public de la ville de Deauville :
Puzzle de Marc Turtletaub

Prix littéraire Lucien-Barrière :
John Grisham pour son roman Le cas Fitzgerald (Editions Jean-Claude Lattès)

Prix d’Ornano-Valenti :
Les chatouilles d'Andréa Bescond et Eric Métayer, sortie le 14 novembre

Article rédigé et proposé par B.G
le 30/08/2018 à 20:24

VENEZIA 75

Af

La 75e édition de la Mostra de Venise, qui se tiendra du 29/08/2018 au 08/09/2018 a un a programme plutôt alléchant.
Présidée par Guillermo del Toro, cette session 2018 s'annonce comme un grand cru : vingt films en lice pour le Lion d'or et beaucoup de concurrents sérieux. Citons parmi les plus attendus Damien Chazelle, les frères Coen, Alfonso Cuarón, László Nemes, Carlos Reygadas, Jacques Audiard, Paul Greengrass, Yórgos Lánthimos et Mike Leigh qu'on avait plus vu depuis 2014, avec Mr Turner. Mais le hors-compétition n'est pas en reste avec tout de même Orson Welles revenu d'entre les morts, Emir Kusturica, Sergei Loznitsa, Errol Morris, Amos Gitaï, Tsai Ming-Liang, Frederick Wiseman, Pierre Schoeller et Zhang Yimou : de quoi ne plus trop savoir où donner de la tête.
La Mostra de Venise n’aura bientôt plus à envier au mastodonte cannois dont certains cinéastes se montrent de plus en plus en frileux à y participer et on les comprend

Le jury est présidé par Guillermo del Toro, lauréat du Lion d’or 2018 avec Shape of Water (la Forme de l’eau en français).
Le jury est composé des membres suivants :

Guillermo_del_Toro

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice française de Un beau dimanche, entre autres
Taika Waititi, le réalisateur de Thor : Ragnarok
Christoph Waltz, acteur allemand remarqué notamment dans Django Unchained de Tarentino
Naomi Watts, actrice et productrice britannique, a joué dans Twin Peaks
Sylvia Chang, actrice et réalisatrice taïwanaise, notamment Love Education
Trine Dyrholm, actrice danoise entre autres dans Soap, Nico
Paolo Genovese, cinéaste italien : Perfetti sconosciuti
Małgorzata Szumowska, réalisatrice polonaise, par exemple de Cialo, Twarz

JURY.[1]

Compétition

First Man de Damien Chazelle (Ouverture)
Doubles Vies d'Olivier Assayas
Les Frères Sisters de Jacques Audiard
Vox Lux de Brady Corbet
The Ballad of Buster Scruggs de Joel et Ethan Coen
Roma d'Alfonso Cuarón
22 July de Paul Greengrass
Suspiria de Luca Guadagnino
Werk ohne Autor de Florian Henckel von Donnersmarck
The Nightingale de Jennifer Kent
The Favourite de Yórgos Lánthimos
Peterloo de Mike Leigh
Capri-Revolution de Mario Martone
What You Gonna Do When The World's On Fire ? de Roberto Minervini
Sunset de László Nemes
Frères Ennemis de David Oelhoffen
Nuestro Tiempo de Carlos Reygadas
At Eternity's Gate de Julian Schnabel
Acusada de Gonzalo Tobal
Killing de Shinya Tsukamoto

Hors compétition

The Other Side of the Wind d'Orson Welles
They'll Love Me When I'm Dead de Morgan Neville
L'Amica Geniale de Saverio Costanzo
Il Diario di Angela - noi due Cineasti de Yervant Gianikian
A Letter to a Friend in Gaza d'Amos Gitaï
Aquarela de Viktor Kossakovsky
El Pepe, una Vida suprema d'Emir Kusturica
Process de Sergei Loznitsa
Carmine Streets Guitars de Ron Mann
ISIS tomorrow. The Lost Soul of Mosul de Francesca Mannochi & Alessio Romenzi
American Dharma d'Errol Morris
Introduzione All'Oscuro de Gastón Solnicki
1938 Diversi de Giorgo Treves
Your Face de Tsai Ming-Liang
Monrovia, Indiana de Frederick Wiseman
Una storia senza Nome de Roberto Andò
Les Estivants de Valeria Bruni Tedeschi
A Star is Born de Bradley Cooper
Mi Obra Maestra de Gastón Duprat
A Tramway in Jerusalem d'Amos Gitaï
Un Peuple et son Roi de Pierre Schoeller
Dragged Across Concrete de S. Craig Zahler
The Mountain de Rick Alverson
La Quietud de Pablo Trapero
Shadow de Zhang Yimou

Sélection Orizzonti

Sulla mia pelle de Alessio Cremonini
Manta Ray de Phuttiphong Aroonpheng
Soni de Ivan Ayr
The River d'Emir Baigazin
La noche de 12 años de Alvaro Brechner
Deslembro de Flavia Castro
The Announcement de Mahmut Fazil CoÅŸkun
Charlie says de Mary Harron
Amanda de Mikhaël Hers
The Day I lost my shadow de Soudade Kaadan
L'Enkas de Sarah Marx
The Man who Surprised Everyone de Natalya Merkulova & Alexey Chupov
Memories of my body de Garin Nugroho
As I Lay Dying de Mostafa Sayyari
La profezia dell'armadillo d'Emanuele Scaringi
Stripped de Yaron Shani
Jinpa de Pema Tseden
Tel Aviv on fire de Sameh Zoabi

 

Venise 2018 -Vanessa Redgrave à l’honneur

 Vanessa_Redgrave_Lion_dor

L’actrice reçoit un Lion d’or pour l’ensemble de sa carrière. Une séance spéciale de son dernier film The Aspern Papers de Julien Landais, sera organisée dans la salle du Casino. Elle y joue aux côtés de sa fille Joely Richardson et de Jonathan Rhys Meyers

David Cronenberg reçoit un lion d'or pour l'ensemble de sa carrière des mains de Guillermo Del Toro 

David_Cronenberg

 Venise 2018 - Le Lion d'or pour un film Netflix

Le jury officiel de la 75e Mostra était présidé par le réalisateur mexicain Guillermo del Toro, celui d'Orrizonti par la réalisatrice grecque Athina Rachel Tsangari, celui du Lion du futur par le réalisateur irano-américain Ramin Bahrani, celui de Venise Réalité virtuelle par la réalisatrice danoise Susanne Bier et celui de Venise Classics par le réalisateur italien Salvatore Mereu.
Avec Alfonso Cuarón, Osella d'or pour le scénario d'Y tu mamá también en 2001, Prix Laterna Magica pour Les fils de l'homme en 2006 et Lion du futur pour Gravity en 2013, c'est la 2e fois d'affilée qu'un cinéaste mexicain décroche le Lion d'or de Venise après Guillermo del Toro (La forme de l'eau) qui présidait cette année le jury de la Mostra. Nul ne sait exactement à ce jour quelle sera la stratégie de Netflix, qui devrait diffuser Roma en 2019 sur sa plateforme, concernant sa distribution internationale, et annonce sa sortie américaine pour décembre, c'est-à-dire avec les Oscars et les Golden Globes en ligne de mire. Il sera présenté entre-temps en avant-première française à Lyon dans le cadre du Festival Lumière, en octobre prochain. Tourné en 65mm et en noir et blanc, Roma puise dans les souvenirs familiaux de Cuarón pour dépeindre la société mexicaine des années 70 : « Il s’agit du premier film dans lequel je peux complètement intégrer tout ce que je souhaite transmettre au cinéma, a confié récemment le cinéaste au site IndieWire. On y trouve plusieurs formes et couleurs d’émotions que je travaille depuis mes débuts comme réalisateur. » A noter que Roma a également été sélectionné aux festivals de Telluride, de Toronto et de New York.
Lion d'argent de la mise en scène pour son western Les frères Sisters, Jacques Audiard a suscité ce tweet enthousiaste de la ministre de la Culture, Françoise Nyssen : " À travers le cinéma français, c'est la France tout entière qui rayonne. Félicitations à Jacques Audiard, sacré meilleur réalisateur à la Mostra de Venise pour Les frères Sisters. Son Lion d'argent fait notre fierté. "
Lauréats anglo-saxons pour les prix d'interprétation en la personne de l'acteur américain Willem Dafoe, pour At Eternity's Gate de Julian Schnabel dans lequel il incarne le peintre Vincent Van Gogh, et de la britannique Olivia Colman pour The Favourite de Yorgos Lanthimos, où elle campe la dernière reine de la dynastie des Stuart, le film ayant obtenu par ailleurs le grand prix du jury.
Les frères Coen décrochent le prix du meilleur scénario pour la version cinéma de leur série en 6 épisodes The Ballad of Buster Scruggs.
Le deuxième long métrage de la réalisatrice australienne Jennifer Kent (remarquée pour Mister Babadook en 2014), présenté dans la section Orrizonti, réussit un joli doublé en obtenant le prix spécial du jury, tandis que son interprète principal, Baykali Ganambarr (dont c'est la première apparition à l'écran), décroche le prix Marcello Mastroianni du meilleur espoir.
Autre talent français récompensé à la Mostra, le réalisateur Benjamin Nuel obtient le prix de la meilleure histoire dans la catégorie Réalité virtuelle pour L'île des morts.

Sélection officielle

Lion d'or :
Roma d'Alfonso Cuarón

Roma_by_Alfonso_Cuaron

Lion d'argent de la mise en scène :
Jacques Audiard pour Les frères Sisters (sortie le 19 septembre)

Grand prix du jury :
The Favourite de Yórgos Lánthimos (sortie le 16 janvier 2019)

Coupe Volpi du meilleur acteur :
Willem Dafoe pour At Eternity's Gate de Julian Schnabel

Coupe Volpi de la meilleure actrice :
Olivia Colman pour The Favourite de Yórgos Lánthimos

Prix du meilleur scénario :
Joel et Ethan Coen pour The Ballad of Buster Scruggs

Prix spécial du jury :
The Nightingale de Jennifer Kent

Prix Marcello Mastroianni du meilleur espoir :
Baykali Ganambarr pour The Nightingale de Jennifer Ken

Prix Luigi-de-Laurentiis

Lion du futur de la 1ère œuvre :
Yom Adaatou Zouli (The Day I Lost My Shadow) de Soudade Kaadan

Lion d'or d'honneur :
David Cronenberg et Vanessa Redgrave

Prix Jaeger-LeCoultre Glory du réalisateur :
Zhang Yimou

Orrizonti

Meilleur film :
Kraben Rahu (Manta Ray) de Phuttiphong Aroonpheng

Meilleur réalisateur :
Emir Baigazin pour Ozen (The River)

Prix spécial du jury :
Anons (The Announcement) de Mahmut Fazıl Coşkun

Prix de la meilleure actrice :
Natalia Kudryashova pour Tchelovek Kotorij Udivil Vseh (The Man Who Surprised Everyone) de Natasha Merkulova et Alekseï Chupov

Prix du meilleur acteur :
Kais Nashif pour Tel Aviv on Fire de Sameh Zoabi

Prix du meilleur scénario :
Jinpa de Pema Tseden

Prix du meilleur court métrage :
Kado d'Aditya Ahmad

Venise Réalité virtuelle

Prix de la meilleure immersion en réalité virtuelle :
Spheres : Chorus of the Cosmos d'Eliza McNitt

Prix de la meilleure expérience :
Buddy VR de Chuck Chae

Prix de la meilleure histoire :
L'île des morts de Benjamin Nuel

Venise Classics

Prix de la meilleure restauration :
La nuit de San Lorenzo de Paolo et Vittorio Taviani

Prix du meilleur documentaire sur le cinéma :
The Great Buster : A Celebration de Peter Bogdanovich


L’actrice italienne Ottavia Piccolo, s’est vue refoulée par trois policiers alors qu’elle se présentait au Palais des festivals pour assister à la cérémonie de clôture de la Mostra sous le prétexte qu’elle portait un foulard aux couleurs du drapeau italien, vert, blanc et rouge, autour du cou, ce qui représente un signe de ralliement d'un mouvement antifasciste, le groupe ANPI. Il s'agit d'un mouvement célèbre en Italie, fondé en résistance à Mussolini à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ottavia Piccolo est effectivement une actrice engagée, qui venait de participer à un rassemblement de l'ANPI pour défendre les "travailleurs pauvres." L'actrice s'insurge et finit par rentrer dans le palais après l'intervention d'un supérieur.
Incident révélateur de la poussée fasciste en Italie

 Giornate degli Autori (Venice Days) de la Mostra de Venise 

Af_Venice_Days

Sélection

Les Tombeaux Sans Noms, de Rithy Panh
C’est ça l’amour, de Claire Burger
Continuer, de Joachim Lafosse
Domingo, de Clara Linhart e Felipe Barbosa
Joy, de Sudabeh Mortezai
José, de Li Cheng
Mafax, de Bassam Jarbawi
Pearl, de Elisa Amiel
Ricordi?, de Valerio Mieli
Three Adventures of Brooke, de Yuan Qing
Ville Neuve, de Felix Oufour-Laperrière

Hors compétition

Le Suicide d’Emma Peters, de Nicole Palo

Événements spéciaux

As We Were Tuna, de Francesco Zizola
Dead Women Walking, de Hagar Ben-Asher
Goodbye Marilyn, de Maria Di Razza
Happy Lamento, de Alexander Kluge
Il bene mio, de Pippo Mezzapesa
The Ghost of Peter Sellers, de Peter Medak
Why Are We Creative?, de Hermann Vaske

 Cest_ca_lamour

 Venise 2018 - "C’est ça l’amour" couronné aux Giornate degli Autori

C’est ça l’amour de Claire Burger a remporté le GdA Director’s Award lors des Giornate degli Autori de Venise. Il s'agit du premier long métrage solo de Claire Burger, réalisatrice de Party Girl avec Marie Amachoukeli et Samuel Theis, caméra d'or à Cannes en 2014. Ce prix s'accompagne d'une dotation de 20 000 €, à partager entre la réalisatrice et Indies Sales Company, son vendeur international.
Produit par Dharamsala, C’est ça l’amour sortira en salle sous bannière Mars Films.
Le jury, présidé par le réalisateur Jonas Carpignano, et composé de jeunes cinéphiles de 28 Times Cinema, a salué "un film extrêmement personnel de la réalisatrice, une œuvre très pertinente sur les différentes situations auxquelles nous sommes confrontés dans nos vies, que nous soyons au prise avec une relation décevante, ou que nous ayons le cœur brisé pour la première fois. Nous choisissons ce film pour sa sensibilité et sa qualité, qui sont totalement maîtrisées par la réalisatrice."
Deux autres longs métrages étaient en lice pour ce prix, Pearl d’Elsa Amiel et Ville neuve de Félix Dufour-Laperrière.  

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 29/08/2018 à 08:43

Locarno 2018

La 71e édition du Festival de Locarno (1er au 11 août 2018), qui sera la dernière de Carlo Chatrian en partance pour Berlin, s'ouvrira et se clôturera par un film français en section Piazza Grande.

Af

Section Piazza Grande

- Les beaux esprits de Vianney Lebasque (France) (Ouverture)
- Blackkklansman, j’ai infiltré le Ku Klux Klan de Spike Lee (États-Unis)
- Coin coin et les Z’inhumains de Bruno Dumont (France)
- Blaze d’Ethan Hawke (États-Unis)
- Le vent tourne de Bettina Oberli (Suisse, France)
- Liberty de Leo McCarey (États-Unis)
- L’ordre des médecins de David Roux (France)
- L’ospite de Duccio Chiarini (Italie, Suisse, France)
- Manila in the Claws of Light de Lino Brocka (Philippines)
- Pajaros de verano de Cristina Gallego et Ciro Guerra (Colombie)
- Ruben Brandt, Collector de Milorad Krstic (Hongrie)
- Seven de David Fincher (États-Unis)
- Searching d’Aneesh Chaganty (États-Unis)
- The Equalizer 2 d’Antoine Fuqua (États-Unis)
- Un nemico che ti vuole bene de Denis Rabaglia (Italie, Suisse)
- Was uns nicht Umbringt de Sandra Nettelbeck (Allemagne)
- I Feel Good de Benoît Delépine et Gustave Kervern (France) (Clôture)

Section Concorso Internazionale

- Glaubenberg de Thomas Imbach (Suisse)
- A Family Tour de Liang Ying (Taiwan, Hong Kong, Singapour, Malaisie)
- Diane de Kent Jones (États-Unis)
- La flor de Mariano Llinas (Argentine)
- Yara d’Abbas Fahdel (Liban, Irak, France)
- Menocchio d’Alberto Fasulo (Italie, Roumanie)
- Tarde para morir joven de Dominga Sotomayor (Chili, Brésil, Argentine, Pays-Bas, Qatar)
- Ray & Liz de Richard Billingham (Grande-Bretagne)
- Gangbyub Hotel de Hong Sangsoo (Corée du Sud)
- A Land Imagined de Siew Hua Yeo (Singapour, France, Pays-Bas)
- M de Yolande Zauberman (France)
- Sibel de Çagla Zencirci et Guillaume Giovanetti (Turquie, France, Allemagne, Luxembourg)
- Genèse de Philippe Lesage (Canada)
- Wintermärchen de Jan Bonny (Allemagne)
- Alice T. de Radu Muntean (Roumanie, France, Suède)

Jury Concorso Internazionale

Jia Zhang-ke (Président du jury)
Emmanuel Carrère
Sean Baker
Tizza Covi
Isabella Ragonese

Jury

Section Concorso Cineasti

 - Alles ist gut d'Eva Trobisch (Allemagne)
- Ceux qui travaillent d'Antoine Russbach (Suisse, Belgique)
- Chaos de Sara Fattahi (Autriche, Syrie, Liban, Qatar)
- Closing Time de Nicole Vögele (Suisse, Allemagne)
- Familia Sumergida de Maria Alché (Argentine, Brésil, Allemagne, Norvège)
- Fausto d'Andrea Bussmann (Mexique, Canada)
- Hatzlila de Yona Rozenkier (Israël)
- Jiao qu de niao de Qiu Sheng (Chine)
- L'époque de Matthieu Bareyre (France)
- Likemeback de Leonardo Guerra Seragnoli (Italie, Croatie)
- Nebula de Tarik Aktas (Turquie)
- Siyabonga de Joshua Magor (Afrique du Sud, Royaume-Uni)
- Sophia Antipolis de Virgil Vernier (France)
- Tegnap de Balint Kenyeres (Hongrie, Allemagne, France, Pays-Bas, Maroc, Suède)
- Tempora d'André Novais Oliveira (Brésil)
- Trote de Xacio Baño (Espagne, Lituanie)

Le jury de cette section est présidé par Andrei Ujica (cinéaste, Roumanie), accompagné de Ben Rivers (cinéaste, Royaume-Uni) et Laetitia Dosch (actrice, Suisse-France)

Section Fuori Concorso

- Amur senza fin de Christoph Schaub (Suisse)
- De chaque instant de Nicolas Philibert (France, Japon)
- Insulaire de Stéphane Goël (Suisse)
- Mudar la piel d'Ana Schulz et Cristóbal Fernández (Espagne)
- My home, in Libya de Martina Melilli (Italie)
- Narcissister organ player de Narcissister (Etats-Unis)
- Ora e sempre riprendiamoci la vita de Silvano Agosti (Italie)
- Acid Forest de Rugile Barzdziukaite (Lituanie)
- Sembra mio figlio de Costanza Quatriglio (Italie, Croatie, Belgique)
- The Sentence de Rudy Valdez (États-Unis)
- Walking on Water d'Andrey Paounov (États-Unis, Italie)

La grande Rétrospective du Locarno Festival sera dédiée à Leo McCarey (1898-1969), un auteur et réalisateur, lauréat de trois Oscars, qui a laissé une empreinte indélébile sur le cinéma burlesque (Laurel & Hardy, les Marx Brothers, Harold Lloyd) comme sur la grande saison de la comédie (Cary Grant, Charles Laughton, Bing Crosby).

Leo_McCarey

 

 Léopard d'Honneur à Bruno Dumont

Bruno Dumont recevra le Pardo d’onore Manor lors de la 71e édition du Locarno Festival. Le réalisateur français sera l’invité du Festival, sur la Piazza Grande, le samedi 4 août à l’occasion de la première mondiale de la série Coincoin et les z'inhumains.

 Bruno_Dumont

Locarno 2018 - Singapour en or

L’édition 2018, la sixième et dernière sous la direction artistique de Carlo Chatrian, s’est achevée avec succès. Au total, 293 films ont été projetés dont 18 en plein air sur la Piazza Grande, et 15 dans le cadre de la compétition internationale.

Selon le directeur artistique de la manifestation, Carlo Chatrian, “Locarno 71 a été une édition riche et diversifiée, dans la tradition d’un festival qui n’a pas peur d’approcher des extrêmes et d’unir réflexion et sourire. […] Dans la recherche esthétique d’une forme en phase avec une réalité qui change rapidement, où les images semblent omniprésentes, les films primés racontent un monde où l’homme n’est pas encore la mesure de toutes choses. Avec 12 femmes primées – dont deux réalisatrices suisses – sur 25 récompenses, la 71e édition a confirmé que Locarno est un festival où l’on dessine le futur.”
Parmi les grands invités de cette année, on retiendra la présence sur la Piazza Grande, de Ethan Hawke et de Ted Hope, les conversations avec le public de Meg Ryan et Bruno Dumont. Sans oublier la masterclass de Kyle Cooper; le souvenir de Vitttorio Taviani évoqué par son frère Paolo, la sympathie de Diego Abantatuono et de Sandra Milo.

Locarno

Compétition internationale

Pardo d’or
A Land Imagined de Yeo Siew Hua (Singapour-France-Pays-Bas), photo

Prix spécial du jury
M de Yolande Zauberman (France)

Prix de la mise en scène
Tarde para morir joven de Dominga Sotomayor (Chili-Brésil-Argentine-Pays-Bas-Qatar)

Prix d'interprétation féminine
Andra Guți pour Alice T. de Radu Muntean (Roumanie-France-Suède)

Prix d'interprétation masculine
Ki Joo-Bong pour Gangbyun Hotel (Hotel by the River) de Hong Sangsoo (Corée du Sud)

Mention spéciale
Ray & Liz de Richard Billingham (Grande-Bretagne)

Section Cinéastes d'aujourd'hui

Pardo d’oro
Chaos de Sara Fattahi (Autriche-Syrie-Liban-Qatar)

Prix du meilleur cinéaste émergent décerné par la ville et la région de Locarno
Dead Horse Nebula de Tarık Aktaş (Turquie)

Prix spécial du jury Ciné+
Closing Time de Nicole Vögele (Suisse-Allemagne)

Mentions spéciales

Fausto d'Andrea Bussmann (Mexique-Canada)
Rose, personnage de L’époque de Matthieu Bareyre (France)

Signs of Life

Prix du meilleur film
The Fragile House (Hai shang cheng shi) de Lin Zi

Prix de la Fundación Casa Wabi y Mantarraya
Le discours d'acceptation glorieux de Nicolas Chauvin de Benjamin Crotty (France)

Premiers films

Prix Swatch de la meilleure première œuvre
Alles ist Gut d'Eva Trobisch (Allemagne)

Swatch Art Peace Hotel
Rugstus miskas (Acid Forest) de Rugilė Barzdžiukaitė (Lituanie)

Mention spéciale
Tirss, rihlat alsoo'oud il almar'i (Erased, ascent of the Invisible) de Ghassan Halwani (Liban)

Compétition internationale

Pardino d’or du meilleur court métrage - SRG SSR
D'un château l'autre d'Emmanuel Marre (Belgique-France)

Pardino d’argent - SRG SSR
Heart of Hunger de Bernardo Zanotta (Pays-Bas)

Prix de la mise en scène - Pianifica
El laberinto de Laura Huertas Millán (France-Colombie-États-Unis)

Prix Medien Patent Verwaltung AG
Je sors acheter des cigarettes d'Osman Cerfon (France)

Mention spéciale
La maxima longitud de un puente de Simón Vélez (Colombie-Argentine)

Compétition nationale

Pardino d’or du meilleur court métrage - Swiss Life
Los que desean d'Elena López Riera (Suisse-Espagne)

Pardino d’argent - Swiss Life
Abigaïl de Magdalena Froger (Suisse)

Prix du meilleur espoir suisse 
Ici le chemin des ânes de Lou Rambert-Preiss (Suisse)Prix du Public UBSBlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan de Spike Lee (États-Unis)

Prix Variety Piazza Grande
Le vent tourne de Bettina Oberli (Suisse-France)

Meg Ryan - Leopard Club Award

Meg_Ryan

L'actrice américaine  honorée pour l'ensemble de sa carrière au Locarno festival en août.

 

 

 

 

 

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 01/08/2018 à 21:06

Disparition de Claude Lanzmann

Shoah

Journaliste, écrivain et cinéaste, Claude Lanzmann s’est éteint ce jeudi 5 juillet à l’âge de 92 ans.
Il avait réalisé un de ces films que si on l’avait vu on n’oublierait jamais, un de ces films reçu comme un coup de poing dans l’estomac, que même le plus blasé des cinéphiles ne laisserait pas indemne, vous savez un peu comme Johnny Got His Gun, ce film bien sûr c’est SHOAH, film-fleuve de 9h30, sorti en 1985, un film devenu film-monde, film culte, d’un genre nouveau, sans images d’archives, seuls des témoignages terrifiants où victimes et bourreaux sont unis par la force de l’Histoire et du cinéaste pour nous raconter l’horreur et l’innommable. On n’oublierai jamais pas plus qu’aujourd’hui à l’annonce de sa mort on n’oubliera pas l’homme.
Merci Claude Lanzmann.

Article rédigé et proposé par B.G
le 05/07/2018 à 12:22

Cinéma plein air La Villette

Af.[1]

Avec l’été qui s’annonce chaud profitez de soirées à la fraîche du 18 juillet au 19 août
Si on chantait…
Depuis 28 étés, la prairie du triangle de La Villette devient la plus grande salle de cinéma de Paris à ciel ouvert. Venez (re)voir des films sur le thème de la chanson. 25 soirées pour donner l’occasion à Wes Anderson, François Truffaut, ou encore Xavier Dolan de nous faire voyager en musique. Alors à vos micros ! #CineVillette

Et demandez le programme

Article rédigé et proposé par B.G
le 02/07/2018 à 21:29

Festival des cinémas arabes (1ère édition)

Cette première édition du Festival des cinémas arabes, qui compte un volet compétitif et un professionnel, se déroulera du 28 juin au 8 juillet à l’Institut du monde arabe. Hiam Abbass en est la présidente d’honneur.

Af

Article rédigé et proposé par B.G
le 28/06/2018 à 11:53

Champs-Élysées Film Festival 2018

7e édition du Champs-Élysées Film Festival, qui se déroulera du 12 au 19 juin 2018.

A.[2]

Le Champs-Élysées Film Festival s’ouvrira le 12 juin 2018 avec la projection de How to Talk to Girls at Parties de John Cameron Mitchell. La projection se déroulera en présence du réalisateur au Gaumont Marignan et sera suivie d’une soirée thématique, en lien avec l’univers du film, à la Maison du Danemark. Présenté hors compétition lors du dernier Festival de Cannes, le long métrage, qui réunit Elle Fanning, Nicole Kidman, Alex Sharp et Ruth Wilson, sortira le 27 juin, distribué par ARP Sélection.
John Cameron Mitchell est également l’un des invités d’honneur de cette 7e édition de la manifestation parisienne et donnera à cette occasion une masterclass le 13 juin au Publicis Cinémas, au cours de laquelle il évoquera l’ensemble de sa carrière. Elle sera modérée par le journaliste Romain Burrel.

Longs métrages américains en compétition :

1985 de Yent Tan, première internationale
Hale County This Morning, This Evening de Ramell Ross, documentaire, première française
Madeline’s Madeline de Josephine Decker, première française
My Name Is Myeisha de Gus Krieger, première internationale
Thunder Road de Jim Cummings
Tyrel de Sebastián Silva, première internationale

Longs métrages français en compétition :

68, mon père et les clous de Samuel Bigiaoui, documentaire
Cassandro The Exotico de Marie Losier
Contes de juillet de Guillaume Brac
Funan de Denis Do, animation
Naufragés volontaires de Didier Nion
La trajectoire du homard de Vincent Giovanni et Igor Mendjis

PALMARÈS

- Le Prix du Jury du Film Américain Indépendant à Sollers point – Baltimore de Matt Porterfield (sortie le 29 Aout
2018 par JHR films) / Dotation de 10 000 € par la Banque Transatlantique.
- Les Prix du Jury du Film Français Indépendant à Contes de Juillet de Guillaume Brac (sortie le 25 Juillet 2018 par
les films du Losange) ex aequo avec 68 mon père et les clous de Samuel Bigiaoui / Dotation de 10 000 € par la
Banque Transatlantique.
- Les frères Zellner ont remis le Prix du Public du Film Américain Indépendant à 1985 de Yen Tan
Chloé Grace Moretz a remis le Prix du Public du Film Français indépendant au film La Trajectoire du Homard de
Vincent Giovanni et Igor Mendjisky.
Le Jury Etudiant composé de 6 étudiants et parrainé par Loic Paillard et Benjamin Diouris a attribué les prix étudiants
aux films 1985 de Yen Tan avec une Mention spéciale pour Madeline’s Madeline de Josephine Decker.
COURTS MÉTRAGES
Présidé par Katell Quillévéré, le jury court-métrage, composé de Hubert Charuel, Esther Garrel, Arnaud Valois et Christophe
Taudière a remis :
- Le Prix du Jury du court métrage américain à The Shivering truth de Vernon Chatman & Cat Solen / Dotation de 2
000 € à destination du réalisateur par la Banque Transatlantique.
- Le Prix du Jury du court métrage français à Plus Fort que moi de Hania Ourabah / Dotation de 2 000 € à destination
du réalisateur par la Banque Transatlantique.
- Le Prix du Public du court métrage français a été attribué à You look so good de Marina Ziolkowski et le Prix du
Public du court métrage américain à Absent de Sudarshan Suresh.
- Le Prix France Télévisions du court métrage doté d’un achat par France Télévisions, a été remis à Ordalie de Sacha
Barbin pour les français et à Ready for love de Dylan Pasture & Lauren McCune pour les américains.

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 12/06/2018 à 12:41

Annecy 2018

Du 11 juin 2018 au 16 juin 2018

B.[1]

Festival international de cinéma d'animation avec une section compétitive (environ 210 films), un panorama, des hommages, rétrospectives. Sa volonté est de promouvoir et de faire connaître tout le cinéma d'animation mondial (55 pays représentés) et d'être une plateforme de rencontres pour les professionnels du domaine

Dilili à Paris de Michel Ocelot (France) Distributeur Mars Films sortie le 10 octobre 2018  Ouverure

En compétition (10 titres)

Funan de Denis Do (photo, Belgique, Cambodge, France, Luxembourg). Distributeur : Bac Films (13 mars 2019) 
Le chat Cendrillon (Gatta Cenerentola) d’Alessandro Rak, Ivan Cappiello, Marino Guarnieri et Dario Sansone (Italie)
La casa lobo de Cristóbal León et Joaquín Cociña (Chili)
Le mur de Cam Christiansen (Canada)
Miraï, ma petite sœur de Mamoru Hosoda (Japon), qui sera présenté à la Quinzaine des réalisateurs, à Cannes. Distributeur : Wild Bunch (non daté)
Okko et les fantômes (Okko’s Inn) de Kitaro Kosaka (Japon). Distributeur : Eurozoom
Parvana, une enfance en Afghanistan de Nora Twomey (Canada, Irlande). Distributeur : Le Pacte (27 juin)
Seder-Masochism de Nina Paley (États-Unis)
Tito et les oiseaux de Gustavo Steinberg, Gabriel Matioli Yazbek Bitar et André Catoto Dias (Brésil).Vendeur international : Indie Sales
Virus tropical de Santiago Caicedo (Colombie)

Hors compétition

Captain Morten and the Spider Queen de Kaspar Jancis (Belgique, Estonie, Irlande, Royaume-Uni)
Cats and Peachtopia de Gary Wang (Chine)
Chris the Swiss de Anja Kofmel (Suisse)
Kikoriki : déjà vu de Denis Chernov (Russie)
La tour de Mats Grorud (France, Norvège, Suède)
Liz and the Blue Bird de Naoko Yamada (Japon)
L’ultime fiction de Ashkan Rahgozar (Iran)
Maquia – When the Promised Flower Blooms de Mari Okada (Japon)
Marnie’s World de Christoph et Wolfgang Lauenstein (Allemagne)
North of Blue de Joanna Priestley (États-Unis)
On Hapiness Road de Hsin-Yin Sung (Taïwan)
The Angel in the Clock de Miguel Ángel Uriegas (Mexique)
Un homme est mort d’Olivier Cossu (France), initié par l'unité fiction d'Arte France

 

 Dans les (nombreuses) séances événements proposées en parallèle, les festivaliers pourront découvrir Have a Nice Day (Rouge Distribution) "un rendez-vous que nous avions manqué l’an dernier", a rappelé Marcel Jean, le film de Jian Liu (annoncé à Annecy) ayant du être déprogrammé au dernier moment, à la suite "de pressions officielles", avaient alors justifié les organisateurs sur leur site.
Outre le dernier long métrage de Michel Ocelot, Dilili à Paris, projeté en ouverture du festival, avant sa sortie le 10 octobre (distributeur : Mars), sont également attendus la "projection en exclusivité mondiale de la version non finalisée" de Hotel Transylvanie 3 : des vacances monstrueuses de Genndy Tartakovsky (en sa présence), comme déjà annoncé, ou, dans un autre registre, Ce magnifique gâteau !, moyen métrage de Marc James Roels et Emma De Swaef, coproduit par Vivement Lundi ! et Beast Animation, lui aussi sélectionné à La Quinzaine des réalisateurs, Les Indestructibles 2, à l'occasion de la remise du Cristal d'honneur à son réalisateur, Brad Bird, ainsi que les premières images de Dragons 3 en présence de Dean DeBlois.

Découvrez les jurys  içi

Funan

Palmarès

Cristal du long métrage
Funan de Denis Do 

Prix du jury
Parvana, une enfance en Afghanistan de Nora Twomey

Mention du jury
The Wolf House de Cristóbal León et Joaquin Cocina

Prix du public Première
Parvana, une enfance en Afghanistan de Nora Twomey

Prix du public
Weekends de Trevor Jimenez

Prix du film Off-Limits
Le déterrement de nous de Shirley Bruno
et Boy Transcoded from Phosphene de Rodrigo Faustini

Prix André-Martin pour un long métrage français
Le grand méchant renard et autres contes de Benjamin Renner et Patrick Imbert

Prix André-Martin pour un court métrage français
Ce magnifique gâteau ! de Marc James Roels et Emma de Swaef

Mention spéciale André-Martin pour un court métrage français
La chute de Boris Labbé

Cristal pour une production TV
Pig pour The Dam Keeper Poems: Yellow Flower et Hello Nice to Meet You d'Erick Ho

Prix du jury pour une série TV
Panda's Art de Daniel Chong (We are Bears)

Cristal pour un film de commande
Leica pour Everything in Black and White de Mateus de Paula Santos

Prix du jury pour un film de commande
Happy d'Alice Saey (Mark Lotterman)

Prix du jury pour un spécial TV
Look Who's Walking de Thomas Sheppard (The Robot Chicken Walking Dead Special)

Prix de la ville d'Annecy
Papillons d'Andrés Gómez Isaka et Mauricio Leiva Cock

Cristal du film de fin d'études
Barbeque de Jenny Jokela

Prix du jury
Inanimate de Lucia Bulgheroni

Mention du jury
Hybrids de Florian Brauch, Matthieu Pujol, Kim Tailhades, Yohan Thireau et Romain Thirion

Prix Festival Connexion - région Rhône-Alpes, en partenariat avec Lumières Numériques et Mèche Courte
Bloeistraat 11 de Nienke Deutz

Prix du jury junior pour un film de fin d'études
Inanimate de Lucia Bulgheroni

Prix du jury junior pour un court métrage
La mort, père & fils de Denis Walgenwitz et Vincent Paronnaud (Winshluss)

Prix jeune public
Vivat musketeers ! d'Anton Dyakov

Prix Fipresci
La chute de Boris Labbé

Prix Fondation Gan à la diffusion
Les hirondelles de Kaboul d'Éléa Gobbé-Mévellec et Zabou Breitman

Prix Sacem de la musique originale dans la catégorie longs métrages
Mychael & Jeff Danna pour Parvana, une enfance en Afghanistan de Nora Twomey

Prix Sacem de la musique originale dans la catégorie courts métrages
Denis Vautrin pour Cadavre exquis de Stéphanie Lansaque et François Leroy

Prix Canal+ aide à la création pour un court métrage
Bonheur de Steve Cutts

Crystal pour le Court métrage
Bloeistraat 11 de Nienke Deutz

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 11/06/2018 à 16:11

Cannes 2018 - La Semaine de la critique

AF

Charles Tesson, le délégué général de la Semaine de la critique, a dévoilé la sélection de cette 57e édition, qui se tiendra du 9 au 17 mai et sera présidée par Joachim Trier.

 

Film d'ouverture :
Wildlife de Paul Dano (États-Unis), 1er film, distribué par ARP Sélection

Compétition - longs métrages :
Chris the Swiss d’Anja Kofmel (Suisse-Croatie-Allemagne-Finlande), 1er film, distribué par Urban Distribution
Diamantino de Gabriel Abrantes & Daniel Schmidt (Portugal-France-Brésil), 1er film, produit par Les films du Bélier, coproduit par Syndrome Films, Daniel van Hoogstraten, vendu par Charades, distribué par UFO Distribution
Egy Nap (One Day/Un jour) de Zsófia Szilágyi (Hongrie), 1er film, produit par Partnersfilms LTD, Agi Pataki et Edina Kenesei
Fuga (Fugue) d'Agnieszka Smoczyńska (Pologne-République tchèque-Suède)
Woman at War de Benedikt Erlingsson (Islande-France-Ukraine), produit par Slot Machine, distribué par Jour2Fête, sortie le 4 juillet
Sauvage de Camille Vidal-Naquet (France), 1er film, produit par Les Films de la Croisade, vendu et distribué par Pyramide, sortie le 22 août 2018
Sir (Monsieur) de Rohena Gera (Inde-France), 1er film, produit par Inkpot Films et Rohena Gera, coproduit par Ciné-Sud Promotion, distribué par Diaphana

Séances spéciales :
Longs métrages:
Nos batailles de Guillaume Senez (Belgique-France), produit par Les Films Pelléas et Iota Production, vendu par BeFor FIlms, distribué par Haut et Court
Shéhérazade de Jean-Bernard Marlin (France), 1er film, produit par Geko Films, vendu par Alma Cinéma, distribué par Ad Vitam
Courts métrages :
La chute de Boris Labbé (France)
Third Kind de Yorgos Zois (Grèce-Hongrie)
Ultra Rêve de Caroline Poggi & Jonathan Vinel, Yann Gonzalez, Bertrand Mandico (France)

Compétition - courts métrages :
Amor, avenidas novas de Duarte Coimbra (Portugal)
Ektoras Malo : I teleftea mera tis chronias (Hector Malot: The Last Day of the Year) de Jacqueline Lentzou (Grèce)
Pauline asservie de Charline Bourgeois-Tacquet (France)
La persistente de Camille Lugan (France)
Mo-Bum-Shi-Min (Exemplary Citizen) de Kim Cheol Hwi (Corée)
Rapaz (Raptor/Rapace) de Felipe Gálvez (Chili)
Schächer de Flurin Giger (Suisse)
Tiikeri (The Tiger le tigre) de Mikko Myllylahti (Finlande)
Un jour de mariage (A Wedding Day) d'Elias Belkeddar (Algérie-France)
Ya normalniy (Normal) de Michael Borodin (Russie)

Film de clôture :
Guy d’Alex Lutz (France), produit par Illiade & Films, vendu par StudioCanal, distribué par Apollo Films Distribution

LE PALMARÈS

Prix décernés par le Jury

Joachim Trier, président du jury
Chloë Sevigny, Augustin Trapenard, Nahuel Pérez Biscayard & Eva Sangiorgi

Grand Prix Nespresso
DIAMANTINO de Gabriel Abrantes & Daniel Schmidt

Prix Fondation Louis Roederer de la Révélation
Félix Maritaud pour SAUVAGE de Camille Vidal-Naquet

Prix Découverte Leica Cine du court métrage
HECTOR MALOT, THE LAST DAY OF THE YEAR de Jacqueline Lentzou

Prix remis par les partenaires

Prix Fondation Gan à la Diffusion
Diaphana Distribution, distributeur français
pour MONSIEUR (Sir) de Rohena Gera

Prix SACD
Benedikt Erlingsson & Ólafur Egill Egilsson
auteur de KONA FER Í STRÍÐ (Woman at War)

Prix Canal+ du court métrage
UN JOUR DE MARIAGE (A wedding day) de Elias Belkeddar

 

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 01/06/2018 à 13:15

71e édition du Festival de Cannes: palmarès

FESTIVALDECANNES2018-CEREMON

La 71e édition du Festival de Cannes s'est achevée par la proclamation du palmarès par le jury que présidait Cate Blanchett, ainsi que celui de la Caméra d'or et celui des courts métrages.
La Palme d'or a été remise à Une affaire de famille de Hirokazu Kore-eda. Pour sa cinquième venue en compétition (il avait reçu le prix du jury en 2013 pour Tel père, tel fils) et son 13e long métrage, très bien accueilli sur la Croisette, le cinéaste japonais raconte l’histoire d’une famille qui chaparde dans des magasins pour vivoter et recueille une fillette maltraitée.
Le jury a également voulu et obtenu l’autorisation de décerner une Palme d’or spéciale au Livre d’image de Jean-Luc Godard, pour récompenser "un artiste qui fait avancer le cinéma", qui "a repoussé les limites, qui cherche sans arrêt à définir et à redéfinir le cinéma" a expliqué la présidente du jury, Cate Blanchett.

Un palmarès qui s’impose avec la palme méritée à Une affaire de famille de Hirokazu Kore-eda, qui n’a d’ailleurs guère plu au gouvernement japonais, on les rassure tout de suite le faits rapportés dans ce film existent dans tous les pays occidentaux et à plus grande échelle souvent. Une édition de très haute tenue avec hélas aucun film français au palmarès, et pourtant En guerre aurait remporté un prix en d’autres lieux. Mais force est de constater lorsque la barre est haute on ne voit pas le cinéma français au palmarès. C’est bien dommage.
Cette édition placée sous le signe de la femme notamment en raison du harcèlement dont elles sont victimes et dont l’affaire Weinstein est venue récemment défrayée la chronique , a été marquée par le discours violent d’Asia Argento qui a dû mettre mal à l’aise quelques spectateurs élitistes présents dans la salle, mais rassurez-vous ces gens-là ne seront jamais poursuivis, pas plus qu’Harvey Weinstein d’ailleurs.
Une palme spéciale à Jean-Luc Godard dont la conférence de presse (visio-conférence par smartphone a bouleversé le Palais),mais Jean-Luc ne fait rien comme les autres on le sait, à sa dernière venue à Cannes il avait invité un intermittent à sa conférence de presse.
Bien sûr il y a les éternels oubliés du palmarès, cette année c’est Leto qui fut un coup de cœur du Festival et qui repart bredouille, mais on se consolera car dans l’ensemble les meilleurs films ont été récompensés


Le palmarès complet :

Palme d'or : Une affaire de famille (Manbiki kazoku) de Hirokazu Kore-eda
Palme d'or spéciale : Jean-Luc Godard pour Le livre d'image
Grand prix : BlacKkKlansman de Spike Lee
Prix de la mise en scène : Paweł Pawlikowski pour Cold War (Zimna wojna)
Prix du jury : Capharnaüm (Capernaum) de Nadine Labaki
Prix du scénario ex æquo : Alice Rohrwacher pour Heureux comme Lazzaro (Lazzaro felice) et Jafar Panahi pour Trois visages (Three Faces)
Prix d'interprétation féminine : Samal Yeslyamova dans Ayka de Sergey Dvortsevoy
Prix d'interprétation masculine : Marcello Fonte dans Dogman de Matteo Garrone

Le jury de la Caméra d'or, présidé par Ursula Meier, a récompensé Girl de Lukas Dhont

Le jury des courts métrages et de la Cinéfondation ont décerné deux prix :

Palme du court métrage : All These Creatures de Charles Williams
Mention spéciale : Yan bian shao nian (On the Border) de Wei Shujun

Palmarès un certain regard

Prix Un certain regard : Gräns (Border) de Ali Abbasi
Prix du scénario : Sofia de Meryem Benm’barek
Prix d’interprétation : Victor Polster pour Girl de Lukas Dhont
Prix de la mise en scène : Sergei Loznitsa pour Donbass
Prix spécial du jury : Chuva é cantoria na aldeia dos mortos (Les morts et les autres) de João Salaviza et Renée Nader Messora

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 22/05/2018 à 14:23

Un certain regard - le jury

 

Benicio del Toro (Acteur)

Annemarie Jacir (Réalisatrice)
Kantemir Balagov (Réalisateur)
Virginie Ledoyen (Actrice)
Julie Huntsinger (Festival du Film de Telluride)

JURY CAMÉRA D’OR

Présidente
Ursula Meier (Réalisatrice, suisse)

Marie Amachoukeli (SRF) (Réalisatrice, française)
Iris Brey (SFCC)(Réalisatrice, auteure, critique de cinéma, franco-américaine)
Sylvain Fage (FICAM) (Président de Cinéphase, français)
Jeanne Lapoirie (AFC) (Directrice de la photographie, française)
Arnaud Larrieu & Jean-Marie Larrieu (Réalisateurs & scénaristes, français)

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 14/05/2018 à 13:17

CANNES 2018: La conférence de presse du jury

C'est lors de la cérémonie d'ouverture qu'un résumé détaillé en images nous a rappelé la carrière impressionnante de Cate Blanchett, elle fut de tous les grands films du cinéma mondial, elle fut la reine Elizabeth, reine des Elfes, actrice de cinéma, accro à l'héroïne, mondaine machiavélique, chanteuse folk, compagne de Robin des Bois... des grands rôles qui ont marqué à jamais le cinéma.

 JURY

Cate Blanchett (Présidente du Jury)

Chang Chen (Acteur)
Ava DuVernay (Réalisatrice)
Robert Guédiguian (Réalisateur)
Khadja Nin (Chanteuse du Burundi)
Léa Seydoux (Actrice)
Kristen Stewart (Actrice)
Denis Villeneuve (Réalisateur)
Andreï Zviaguintsev (Réalisateur)

Jury

Article rédigé et proposé par B.G
le 10/05/2018 à 17:54

CANNES 2018: c'est parti - ouverture


C'est avec le nouveau film d’Asghar Farhadi, Everybody Knows, que s’ouvrira la plus prestigieuse manifestation de cinéma au Monde, la 71e édition du festival de Cannes 2018. Le réalisateur d’Une séparation, Le Client et Le Passé, a réalisé ce film en s’inspirant d’un fait divers et se déroule en Espagne avec une distribution internationale des plus glamour qui devrait séduire le public élitiste de l’ouverture et espérons-le la presse qui découvrira le film en même temps que le public, une des nouveautés de cette 71e édition.
À noter que c’est un mardi que s’ouvre la manifestation cette année et non le mercredi comme les années précédentes et se terminera le samedi et non le dimanche.


Martin_Scorsese

C’est Martin Scorsese accompagné de Madame la Présidente Cate Blanchett qui ont déclaré ouvert la 71e édition du festival international du film de Cannes à l’issue d’une cérémonie sobre présentée par le trublion Édouard Baer et qui nous a permis d’entendre la belle voix de Juliette  Armanet qui interprétait « Les moulins de mon cœur" en hommage à Michel Legrand pour les 50 ans de L’Affaire Thomas Crown

Article rédigé et proposé par B.G
le 08/05/2018 à 09:15

Disparition de Pierre Rissient

C'est une figure majeure de la cinéphilie qui s'éteint, à 81 ans, en la personne de cet homme de l'ombre auquel Cannes Classics se préparait à rendre hommage en présentant la version restaurée de son second long métrage,Cinq et la peau (1982).

Pierre_Rissient

Né le 4 août 1936, Pierre Rissient se fait connaître en participant en 1953 à la fondation du cercle des cinéphiles du Cinéma Mac Mahon, salle de répertoire parisienne dont il assure par ailleurs la programmation, avec une prédilection assumée pour le cinéma hollywoodien et son quatuor de réalisateurs borgnes (John Ford, Raoul Walsh, Fritz Lang et André de Toth), deux d'entre eux faisant partie du fameux carré d'as des mac-mahoniens avec Otto Preminger et Joseph Losey (auquel Rissient consacrera une monographie parue aux Editions Universitaires en 1966), tout en assurant un soutien particulier aux victimes de la Liste Noire, qu'il s'agisse du réalisateur Jules Dassin ou du scénariste Dalton Trumbo.
Pour l'ex-président du Festival de Cannes, Gilles Jacob, "Pierre Rissient a été un super-découvreur de cinéastes d’un flair, d’une curiosité inestimables. Quand il aidait quelqu'un (Jane Campion), il le prenait sous son aile et l’aidait à déployer son art. Il a aimé et soutenu le festival de Cannes, j’en témoigne ici avec émotion et tristesse. (…) Ami de Fritz Lang, de Tavernier comme de grands poètes chinois, américains ou philippins, voyageur infatigable, cinéaste lui-même, monteur de films, il voyait d’un simple regard ce qui clochait. Pierre Rissient, le « patron », avait un œil. Le nôtre est humide..." Pour Alberto Barbera, le directeur artistique de la Mostra de Venise, "la scomparsa di Pierre Rissient, l'ultimo dei grandi cinefili, sembra sancire simbolicamente la fine di un'era. Lo ricorderemo con immensa gratitudine e affetto" ("La disparition de Pierre Rissient, le dernier des grands cinéphiles, semble sonner symboliquement le glas d'une époque. Nous nous souviendrons de lui avec une gratitude immense et affection").

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 07/05/2018 à 08:03

Cannes 2018 - L'Acid révèle sa programmation

L'Acid a dévoilé les films retenus dans le cadre de sa sélection cannoise, qui se tiendra du 9 au 18 mai.

A

 

LA SÉLECTION

L'amour debout de Michaël Dacheux (France), 1er long, produit par Perspective Films
Bad Bad Winter d'Olga Korotko (Kazakhstan), 1er long, produit par Seven Rivers Cinema Productions
Cassandro the exotico ! de Marie Losier (France), 2e long, documentaire, produit par Tamara Films, vendu par Urban Distribution International, distribué par Urban Distribution
Dans la terrible jungle de Caroline Capelle et Ombline Ley (France), 1er long, documentaire, produit par Macalube Films
Il se passe quelque chose d'Anne Alix (France), 1er long, produit par Shellac Sud, vendu et distribué par Shellac
Seule à mon mariage de Marta Bergman (Belgique), 1er long, produit par Frakas Production (Belgique), HiFilm Productions (Roumanie), Avenue B Productions (France) et Zelila Films (France), vendu par Cercamon
Thunder Road de Jim Cummings (États-Unis), 1e long, produit par Vanishing Angle
Un violent désir de bonheur de Clément Schneider (France), 1er long, produit par Les Films d'Argile
Nous, les coyotes de Hanna Ladoul et Marco La Via (France-États-Unis), 1er long, produit par Noodles et Studio Orlando, vendu par Cercamon

SÉANCES ACID TRIP (PORTUGAL)

Verão danado de Pedro Cabaleira, produit par Optec et Videolotion, vendu par Slingshot Films
Terra franca de Leonor Teles, produit par Uma pedra no sapato, vendu par Films Delight, distribué par Docks 66
Colo de Teresa Villaverde, produit par Alce Filmes et Sedna Films, vendu par Films Boutique

SÉANCE SPÉCIALE ACID PATRIMOINE

Reprise d'Hervé Le Roux (France), produit par Les Films d'Ici, ressortie le 30 mai chez JHR Films

Article rédigé et proposé par B.G
le 28/04/2018 à 10:55

Cannes Classics 2018

32 longs métrages ont été retenus pour cette édition de Cannes Classics qui rendra notamment hommage à Alice Guy, Jane Fonda et Orson Welles, et célèbrera le centenaire Ingmar Bergman, le 50e anniversaire de 2001 : l'odyssée de l'espace, mais aussi les 30 ans de la projection du Grand bleu.

Sans_titre_1

Alice Guy et Jane Fonda

- Be Natural: The Untold Story of Alice Guy-Blaché (Soyez naturel : l’histoire inédite d’Alice Guy-Blaché) de Pamela B. Green (2018, 2h, États-Unis), présenté par Wildwood Enterprises
- Jane Fonda in Five Acts de Susan Lacy (2018, 2h13, États-Unis), présenté par HBO Documentary Films. Produit par Pentimento Productions. En présence de Susan Lacy et de Jane Fonda.

Les 50 ans de 2001 : l’odyssée de l’espace

- 2001: A Space Odyssey (2001 : l’odyssée de l’espace) de Stanley Kubrick (1968, 2h44, Royaume-Uni, États-Unis), présenté par Warner Bros. Copie 70mm tirée à partir d’éléments du négatif original. Présenté par le réalisateur Christopher Nolan, le film sera projeté en salle Debussy, avec entracte de 15 minutes, dans l’exacte reproduction de l’expérience vécue par les spectateurs lors de la sortie du film au printemps 1968. En présence également de la fille de Stanley Kubrick, Katharina Kubrick, et de son coproducteur Jan Harlan.

Orson Welles

- The Eyes of Orson Welles (Les yeux d’Orson Welles) de Mark Cousins (2018, 1h55, Royaume-Uni), présenté par Bofa Productions.

Centenaire Ingmar Bergman

- Bergman – ett år, ett liv (Bergman – A Year in a Life) de Jane Magnusson (2018, 1h56, Suède), présenté par B-reel Films. Produit par Mattias Nohrborg, Cecilia Nessen, Fredrik Heinig pour B-reel Film, avec SvT, Nordsvensk, FRSM, Reel Ventures, SF et avec le soutien de SFI, NFI et NFTV. Distribution : Carlotta Films. En présence de Jane Magnusson.

- Det sjunde inseglet (Le septième sceau / The Seventh Seal) d’Ingmar Bergman (1957, 1h36, Suède), présenté par Swedish Film Institute. Numérisation et restauration 4K à partir du négatif original et du mixage final sur bande magnétique menées par le Swedish Film Institute. Distribution salles : Studiocanal et Carlotta Films.

 Searching for Ingmar Bergman de Margarethe von Trotta distribute par Épicentre Films

La suite de la sélection

Battement de cœur (Beating Heart) d’Henri Decoin (1939, 1h37, France), présenté par Gaumont. Restauration 2K en association avec le CNC. Travaux image effectués par Eclair, son restauré par L.E. Diapason en partenariat avec Eclair.
Ladri di biciclette (Le voleur de bicyclette / Bicycle Thieves) de Vittorio De Sica (1948, 1h29, Italie), présenté par Fondazione Cineteca di Bologna, Stefano Libassi’s Compass Film et Istituto Luce-Cinecittà. Une restauration de la Fondazione Cineteca di Bologna
Enamorada d’Emilio Fernández (1946, 1h39, Mexique), présenté par The Film Foundation.
Tôkyô monogatari (Voyage à Tokyo / Tokyo Story) de Yasujiro Ozu (1953, 2h15, Japon), présenté par Shochiku
The Apartment (La garçonnière) de Billy Wilder (1960, 2h05, États-Unis), présenté par Park Circus
Démanty noci (Les diamants de la nuit / Diamonds of the Night) de Jan Němec (1964, 1h08, République tchèque), présenté par National Film Archive, Prague
Voyna i mir. Film I. Andrei Bolkonsky (Guerre et Paix. Film I. Andrei Bolkonsky / War and Peace. Film I. Andrei Bolkonsky) de Sergey Bondarchuk (1965, 2h27, Russie), présenté par Mosfilm Cinema Concern.
La religieuse (The Nun) de Jacques Rivette (1965, 2h15, France), présenté par Studiocanal.
Četri balti krekli (Quatre chemises blanches / Four White Shirts) de Rolands Kalnins (1967, 1h20, Lettonie), présenté par National Film Centre of Latvia
La hora de los hornos (L’heure des brasiers / The Hour of the Furnaces) de Fernando Solanas (1968, 1h25, Argentine), présenté par Cinemateca y archivo de la imagen nacional (CINAIN)
oão a faca e o rio (João et le couteau / João and the Knife) de George Sluizer (1971, 1h30, Pays-Bas), présenté par EYE Filmmuseum, Stoneraft Film en association avec Haghefilm Digital.
Coup pour coup (Blow for Blow) de Marin Karmitz (1972, 1h29, France), présenté par MK2.
Fad,jal (Grand-père, raconte-nous) de Safi Faye (1979, 1h52, Sénégal, France), présenté par le CNC et Safi Faye.
Cinq et la peau (Five and the Skin) de Pierre Rissient (1981, 1h35, France, Philippines), présenté par TF1 Studio
A ilha dos amores (L’île des amours / The Island of Love) de Paulo Rocha (1982, 2h49, Portugal, Japon), présenté par Cinemateca Portuguesa – Museu do Cinema
Driving Miss Daisy (Miss Daisy et son chauffeur) de Bruce Beresford (1989, 1h40, États-Unis), présenté par Pathé
Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau (1990, 2h15, France), présenté par Lagardère Studios Distribution
Hyènes (Hyenas) de Djibril Diop Mambéty (1992, 1h50, Sénégal, France, Suisse), présenté par Thelma Film AG, avec le soutien de la Cinémathèque suisse
Précédé de Lamb (La Lutte sénégalaise) de Paulin Soumanou Vieyra (1963, 18 min, Sénégal

Cinéma de la plage

- Vertigo (Sueurs froides) d’Alfred Hitchcock (1958, 2h08, États-Unis), une présentation de Park Circus.
- Le spécialiste (Gli specialisti / Specialists) de Sergio Corbucci (1969, 1h45, France, Italie, Allemagne), une présentation de TF1 Studio. Version intégrale inédite restaurée en 4K à partir du négatif image original Technicolor - Techniscope et des magnétiques français et italien par TF1 Studio. Travaux numériques réalisés par le laboratoire L’Image Retrouvée, Paris/Bologne. Distribution salles : Carlotta Films.
- L'une chante, l'autre pas (One Sings the Other Doesn't) d'Agnès Varda (1977, 2h, France), une présentation de Ciné Tamaris. En présence d’Agnès Varda. Numérisation en 2k à partir du négatif original et restauration, étalonnage sous la supervision d’Agnès Varda et Charlie Van Damme. Avec l’aide du CNC, de la fondation Raja, Danièle Marcovici & IM production Isabel Marant, avec le soutien de Women in Motion / Kering. Ventes internationales par MK2 Films. Distribution salle : Ciné Tamaris (sortie en France le 4 juillet 2018).
- Grease de Randal Kleiser (1978, 1h50, États-Unis), une présentation de Park Circus et de Paramount Pictures. Restauration numérique 4K à partir du négatif caméra original. Le film sera projeté en présence de John Travolta.
- Out of Rosenheim (Bagdad Café) de Percy Adlon (1987, 1h44, Allemagne), une présentation de Studiocanal. Numérisation et restauration 4K. Travaux confiés au laboratoire Alpha Omega Digital à Munich et effectués sous la supervision constante du réalisateur Percy Adlon. Négatif original, conservé à Los Angeles en excellente condition, traité à Munich pour le scan et la restauration image par image. Le film sera projeté en présence de Percy Adlon.
- Le grand bleu (The Big Blue) de Luc Besson (1988, 2h18, France, États-Unis, Italie), une présentation de Gaumont. Restauration 2K, travaux image effectués par Eclair, son restauré par L.E Diapason en partenariat avec Eclair. Séance organisée à l’occasion des 30 ans de la projection du film en ouverture du Festival de Cannes 1988.
- El Massir (Le destin / Destiny) de Youssef Chahine (1997, 2h15, Égypte, France), en avant-première de la rétrospective intégrale à la Cinémathèque française en octobre 2018, une présentation d’Orange Studio et MISR International films, avec le soutien du CNC, encouragé par La Cinémathèque française. Restauration en 4K au laboratoire Eclair Ymagis par Orange Studio, MISR International Films et la Cinémathèque française avec le soutien du CNC.
- Le silence des agneaux (The Silence of the Lamb) de Jonathan Demme USA 1991 distribué par Ciné Sorbonne sortie le 20 juin 2018
                                                                                                                                                                                                                                                                        

 

 

 

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 24/04/2018 à 10:56

Cannes 2018 - La 50e sélection de la Quinzaine des réalisateurs

Cette septième et dernière sélection, signée par Edouard Waintrop, est notamment marquée par une forte présence latino-américaine, mais aussi française, l'animation étant représentée par deux titres.

A_v

 

  

Film d'ouverture
Pájaros de verano (Les oiseaux de passage) de Cristina Gallego et Ciro Guerra, distribué par Diaphana

Film de clôture
Troppa grazia de Gianni Zanazi

Sélection

Aminde Philippe Faucon, produit par Istiqlal, vendu par Pyramide International, distribué par Pyramide Distribution
Carmen y Lola de Arantxa Echevarria
Climax de Gaspar Noé, produit par Rectangle Productions et Wild Bunch, distribué par Wild Bunch Distribution
Cómprame un revólver (Buy me a Gun) de Julio Hernández Cordón
Les confins du monde de Guillaume Nicloux, produit par Les Films du Worso et Les Armateurs*, vendu par Alma Cinéma, distribué par Ad Vitam
El Motoarrebatador (The Snatch Thief) de Agustín Toscano
En liberté ! de Pierre Salvadori, produit par Les Films Pelléas, vendu par MK2, distribué par Memento Films Distribution
Joueurs (Treat me Like Fire) de Marie Monge, produit par The Film, vendu par Playtime, distribué par Bac Films
Le monde est à toi de Romain Gavras, produit par Iconoclast et Chi-Fou-Mi, vendu et distribué par Studiocanal, sortie le 22 août 2018
Leave no Trace de Debra Granik, distribué par Condor Distribution
Los silencios de Beatriz Seigner, distribué par Pyramide Distribution
Mandy de Panos Cosmatos
Ming wang xing shi ke (The Pluto Moment) de Zhang Ming
Mirai (Mirai ma petite soeur) de Mamoru Hosoda, distribué par Wild Bunch Distribution
Petra de Jaime Rosales
Samouni Road de Stefano Savona, distribué par Jour2Fête
Teret (The Load) de Ognjen Glavonic
Weldi (Mon cher enfant) de Mohamed Ben Attia, distribué par Bac Films

Courts métrages

Basses de Félix Imbert
Ce magnifique gâteau ! de Emma De Swaef et Marc James Roels
La chanson (The Song) de Tiphaine Raffier
La lotta de Marco Bellocchio
Las cruces de Nicolas Boone
La nuit des sacs plastiques (The Night of the Plastic Bags) de Gabriel Harel
O órfão (The Orphan) de Carolina Markowicz
Our Song to War de Juanita Onzaga
Skip Day de Patrick Bresnan & Ivette Lucas
Le sujet (The Subject) de Patrick Bouchard

Le carrosse d’or

Martin Scorsese est le lauréat 2018 du Carrosse d’or décerné par la SRF, qui salue "un cinéaste d’exception et une source d’inspiration intarissable".
À cette occasion, une journée exceptionnelle avec Martin Scorsese est organisée le 9 mai. Elle débutera par une projection de Mean Streets, révélé à la Quinzaine en 1974, et sera suivie d’une conversation avec le réalisateur. Puis Martin Scorsese recevra le Carrosse d'or au cours de la cérémonie d’ouverture de la 50e Quinzaine des réalisateurs

Martin_Scorsese  

Martin Scorsese n’a pas ouvert seulement la compétition du 71e Festival de Cannes avec Cate Blanchett, mais aussi la Quinzaine des Réalisateurs, récompensé à cette occasion d’un Carrosse d’or. C’était l’ultime étape d’une journée d’hommages, avec la projection de son Mean Streets de 1974 et la rencontre avec les festivaliers dans le cadre d’une "Conversation", leçon de cinéma intense et sincère.

 000_14p9iu

 

La Quinzaine dévoile son palmarès

En_LibertecClaire_Nicol

Les partenaires de cette section non compétitive du Festival de Cannes ont remis des prix à des films lors de la cérémonie de clôture.

Le prix SACD a été attribué à En liberté de Pierre Salvadori, écrit par Pierre Salvadori, Benoît Graffin et Benjamin Charbit. La commission cinéma de la SACD est composée de Gérard Krawczyk, président, Christine Laurent, Dominique Sampiero et Laurent Tirard. À l’occasion de la remise du prix SACD ce soir, Gérard Krawczyk s’est exprimé au nom de la commission : "Un récit jubilatoire qui ne cesse de surprendre, l’humour comme une arme, l’amour de tous les cinémas, quel bonheur de plonger dans une comédie où l’on se révolte, où l’on proteste, où l’on rit de toute son âme. La SACD est heureuse et fière d’attribuer son prix à En liberté de Pierre Salvadori coécrit avec Benoît Graffin et Benjamin Charbit."
Le label Europa a été remis à Troppa grazia de Gianni Zanasi tandis que Climax de Gaspar Noé a remporté le Cicae Art Cinema Award.
Enfin, le prix Illy du court métrage a récompensé Skip Day de Patrick Bresnan et Ivete Lucas.

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 22/04/2018 à 08:38

Cannes 2018 - L’Œil d’or lève le voile sur son jury

OO

Depuis sa création en 2015, l’Œil d’or - le Prix documentaire est décerné à l’un des documentaires présentés dans les différentes sections cannoises.
La 4e édition de l’Œil d’or - le Prix du documentaire sera présidée par Emmanuel Finkiel. Le réalisateur sera entouré de la comédienne Lolita Chammah, la réalisatrice anglaise Kim Longinotto, la critique cinéma, présidente du Syndicat Français de la Critique de Cinéma et vice-présidente de la FIPRESCI Isabelle Danel, et le co-créateur et directeur du True/False Film Fest Paul Sturtz.

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 20/04/2018 à 18:12

Disparition du cinéaste Miloš Forman

Milos_FormanLe réalisateur américain d'origine tchèque doublement oscarisé, pour Vol au-dessus d'un nid de coucou en 1976 et Amadeus en 1985, s'est éteint à l'âge de 86 ans
Né le 18 février 1932 en Tchécoslovaquie, Miloš Forman perd ses parents en déportation au cours de la Seconde Guerre mondiale. Accusé de faire partie d’un réseau de résistance local, son père meurt à Buchenwald, tandis que sa mère périt à Auschwitz. Élève de la Famu, la fameuse école de cinéma de Prague, après les courts métrages documentaires Laterna magika II (1960) L’audition (1963) et S’il n’y avait pas de guinguettes, il ne tarde pas à se faire remarquer dans son pays et à l’international grâce à L’as de pique (1963), lauréat du Léopard d’or à Locarno, Les amours d’une blonde (1965), sélectionné à la Mostra de Venise, et Au feu les pompiers ! (1967), nommé à l’Oscar du meilleur film étranger, trois comédies narquoises emblématiques de la nouvelle vague du cinéma tchèque qui vont lui permettre d’affirmer son style. Il quitte son pays au moment du Printemps de Prague et s’installe aux États-Unis où il reprend sa carrière à zéro avec Taking Off (1971), un film indépendant très atypique couronné du Grand Prix du jury au festival de Cannes qui ne sera cependant suivi que de 9 longs métrages, du court I Miss Sonia Henie (1971), d’un sketch du documentaire Visions of Eight (1973) et d’une contribution au film musical Semafor : Nejvetsí hity 2 (2007), en une quarantaine d’années.
Dans son pays d’adoption, Milos Forman attend patiemment son heure, laquelle ne tarde pas à arriver avec l’adaptation du best-seller de Ken Kesey Vol au-dessus d’un nid de coucou (1975), couronnée de 5 Oscars et de 6 Golden Globes dont ceux du meilleur réalisateur. Il prend une fois de plus son temps et signe l’adaptation de la comédie musicale Hair (1979), présentée hors compétition à Cannes, Ragtime (1981) d’après le roman d’E. L. Doctorow, Amadeus (1984) d’après la pièce de Peter Shaffer, 8 Oscars, 4 Baftas, 4 Golden Globes et le César du meilleur film étranger, Valmont (1989) d’après Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, Larry Flynt (1996), Ours d’or à Berlin, Man on the Moon (1999), Ours d’argent du meilleur réalisateur à Berlin, et Les fantômes de Goya (2006).
Milos Forman achève sa carrière avec Dobre placená procházka (2009), l’adaptation d’une comédie musicale tchèque de 1965 coréalisée avec l’un de ses fils, Petr, qu’il avait déjà filmée pour la télévision en 1966 avec Ján Rohác. À noter enfin que le réalisateur a également fait l’acteur, apparaissant notamment dans La brûlure (1986) de Mike Nichols, Au nom d’Anna (2000) d’Edward Norton et en couple avec Catherine Deneuve dans Les bien-aimés (2011) de Christophe Honoré. Il est mort le 13 avril 2018.

Article rédigé et proposé par B.G
le 14/04/2018 à 12:09

Cannes 2018 - La sélection officielle dévoilée et les films rajoutés

(Actualisé au fur et à mesure, avec producteurs français, distributeurs, vendeurs) - Au côté de Pierre Lescure, le président du Festival de Cannes, Thierry Frémaux, délégué général, a dévoilé la liste des films en sélection officielle (compétition, hors compétition, séances spéciales, séances de minuit, Un certain regard) de la 71e édition, qui se tiendra du 8 au 19 mai.

Retrouvez ici la liste complète :

 Enfin un certain nombre de cinéastes qui ne sont jamais venus à Cannes sont présents dans cette sélection alléchante. Un peu de fraîcheur n’est pas pour déplaire. Et même si notre grincheux Jean-Luc Godard revient avec un  "livre d’images" surement concocté à sa façon. Quand je dis revient c’est de son film qu’il s’agit, le cher Jean-Luc se réservant le droit de sa venue. Mais on se réjouit d’avance. 
Ceux qui reviennent: Hirokazu Kore-Eda (primé en 2004 avec Nobody knows et en 2013 pour Tel père, tel fils) avec Shoplifters, Jia Zhang Ke (prix du scénario pour A Touch of sin) avec Ash is purest white, Matteo Garrone (deux prix en Prix en 2008 et 2012) avec Dogman, Lee Shang-dong (prix d'interprétation pour Secret Sunshine en 2007 et Prix du scenario pour Poetry en 2010. Un revenant, Spike Lee 27 ans après Do the right thing et Jungle fever en 1991, avec BlacKkKlansman, Stéphane Brizé et Alice Rohrwacher, déjà sélectionnés 2 fois et un prix chacun, reviennent l’un avec En guerre, et l’autre avec Heureux comme Lazzaro. Christophe Honoré revient lui aussi pour la seconde fois avec Plaire, aimer et courir viteUnder the Silver Lake de de David Robert Mitchell.
Les petits nouveaux donc, en ce qui concerne leur venue à Cannes : Eva Husson, remarqué avec son premier film Gang-Bang, avec Les filles du soleil , L'été (Leto) de Kirill Serebrennikov, Yomeddine de A. B. Shawky, Netemo Sametemo (Asako 1 et 2) du japonais Ryusuke Hamaguchi dont le premier film Senses 1&2 (5h17) fut présenté à Locarno. Noublions pas Jafar Panahi toujours retenu dans son pays avec Three Faces. Il avait remporté l'Ours d'or à la Berlinale en 2015.
2 ou 3 films supplémentaires seront annoncés prochainement comme d’habitude, la sélection n’étant pas définitive.
On le voit cette année, enfin dirons-nous, des têtes nouvelles et une compétition rigoureuse qui s’annonce pleine de surprises, dont les nouvelles règles qui feront que les journalistes verront le film en même temps que le public de gala, accentueront plus de spontanéité et donc de suspens.
À surveiller de près la sélection Un certain regard et sa pléthore de surprises, dont un nombre de premiers films conséquents.
Attention aux selfies sur la Montée des Marches : les contrevenants seront reconduits "manu militari" à leur hôtel et ne verront pas le film (dixit Thierry Frémaux). On parla ensuite de la place de la femme à Cannes, les critères étant la qualité, peu importe d'un homme ou d'une femme, et Thierry Frémaux s'empressant de rappeler que cette année une femme était présidente du jury, Cate Blanchett, et Ursula Meier quant à elle présidente du jury de la Caméra d'or. Et bien sûr la question épineuse de l'"après Weinstein" fut abordée nous assurant effectivement qu'il y aurait bien un "après Weinstein" à Cannes. N'a-t-on pas vu DSK monter les marches à Cannes notamment après ces "exploits" au Sofitel de New York et le film d'Abel Ferrara relatant ces dits"exploits" refusé en compétition. Mais bon c'était l'"avant Weinstein". On n'ose trop y croire, le Monde étant ce qu'il est ma bonne dame.

SÉLECTION OFFICIELLE - COMPÉTITION

Film d'ouverture
Everybody Knows (Todos lo saben) d’Asghar Farhadi (ouverture), produit par Memento Films Production, distribué par Memento Films Distribution, sortie le 9 mai 2018 

Ash Is Purest White de Jia Zhang-ke, distribué par Ad Vitam, ventes MK2
BlacKkKlansman de Spike Lee, distribué par Universal Pictures Intl France, sortie le 22 août 2018
Dogman de Matteo Garrone, distribué par Le Pacte
L'été (Leto) de Kirill Serebrennikov, ventes Charades
Netemo Sametemo (Asako 1 et 2) de Ryusuke Hamaguchi, distribué par Art House, ventes MK2
Shoplifters de Hirokazu Kore-eda, distribué par Le Pacte
Under the Silver Lake de David Robert Mitchell, distribué par Le Pacte, sortie le 8 août 2018
Three Faces de Jafar Panahi, distribué par Memento, ventes Celluloïd Dreams
Yomeddine de A. B. Shawky (premier film), distribué par Le Pacte
Zimna wojna de Pawel Pawlikowski, distribué par Diaphana, ventes MK2
Lazzaro felice (Heureux comme Lazzaro) d’Alice Rohrwacher, distribué par Ad Vitam, ventes The Match Factory
Le livre d’image de Jean-Luc Godard, produit et distribué par Wild Bunch
Buh-Ning (Burning) de Lee Chang-Dong, distribué par Diaphana
Capharnaüm (Capernaum) de Nadine Labaki
En guerre de Stéphane Brizé, produit par Nord-Ouest Films, distribué par Diaphana, ventes MK2, sortie en mai 2018
Les filles du soleil d’Eva Husson, produit par Maneki Films, distribué par Wild Bunch, ventes Elle Driver
Plaire, aimer et courir vite de Christophe Honoré, produit par Les Films Pelléas, distribué par Ad Vitam, ventes MK2, sortie le 11 juillet 2018

Films rajoutés

Un couteau dans le cœur du Français Yann Gonzalez avec Vanessa Paradis, produit par CG Cinéma, distribué par Memento Films Distribution, sortie le 27 juin 2018
Ayka du Kazakh Sergeï Dvortsevoy, réalisateur de Tulpan, vainqueur du prix Un certain regard en 2008
Le poirier sauvage (Ahlat Agaci) duTurc Nuri Bilge Ceylan, Palme d’or 2014 avec Winter Sleep, produit par Memento Films Production, distribué par Memento Films Distribution, sortie le 15 août 2018

Film de clôture
The Man Who Killed Don Quixote (L'homme qui tua don Quichotte) du Britannique Terry Gilliam, avec Adam Driver, Jonathan Pryce et Olga Kurylenko, distribué par Océan Films Distribution Int., sortie le 19 mai, jour de sa présentation à Cannes

UN CERTAIN REGARD

Donbass de l’Ukrainien Sergeï Loznitsa (Ouverture)

El angel de Luis Ortega, distribué par UGC, durée : 2h06
The Gentle Indifference of the World d'Adilkhan Yerzhanov, durée : 1h39
Girl de Lukas Dhont (1er film), distribué par Diaphana, durée : 1h40
Gräns d'Ali Abbasi, produit par Meta Spark & Kärnfilm AB, durée : 1h 41
In my Room de Ulrich Kohler, produit par Pandora Film Produktion, ventes The Match Factory, durée : 2h
Long Day’s Journey into Night de Gan Bi, corprosuit par CG Cinéma, distribué par Bac Films, durée : 2h13
Mon tissu préféré de Gaya Jiji (1er film), produit par Gloria Films, distribué par Sophie Dulac Distribution, durée : 1h36
Rafiki de Wanuri Kahiu, distribué par Météore Films, durée : 1h22
Sofia de Meyem Benm’Barek (premier film), produit par Curiosa, distribué par Memento Films, durée : 1h30
Les moissonneurs (Die Stroppers) d’Étienne Kallos (1er film), coproduit par Cinéma Defacto, distribué et vendu par Pyramide, durée : 1h42
À genoux les gars (Sextape) d'Antoine Desrosières, produit par Les Films de l'Autre Cougar, distribué Rezo Films, ventes Films Boutique, sortie le 20 juin 2018, durée :1h38
Gueule d’ange (Angel Face) de Vanessa Filho (1er film), coproduit par Windy Production et Moana Films, distribué par Mars Films, sortie le 23 mai 2018, durée : 2h
Les chatouilles (Little Tickles) d'Andréa Bescond et Éric Métayer (1er film), produit Les Films du Kiosque, distribué par UGC Distribution pour Orange Studio Distribution, ventes Orange Studio), sortie le 26 septembre 2018, durée : 1h43
Manto de Nandita Das, durée : 1h50
Euphoria de Valeria Golino, produit par HT Film and Indigo Film, ventes True Colors, durée : 2h

Films rajoutés

Meurs, monstre, meurs (Muere, Monstruo, Muere () de l’Argentin Alejandro Fadel, distribué par UFO Distribution
Les morts et les autres (Chuva e cantoria na aldeia dos mortos) du Portugais João Salaviza et de la Brésilienne Renée Nader Messora
Donbass de l’Ukrainien Sergeï Loznitsa

HORS COMPÉTITION

Solo: A Star Wars Story de Ron Howard, distribué par Disney, sortie le 23 mai 2018, durée : 2h15
Le grand bain de Gilles Lellouche, coproduit par Chi-Fou-Mi Productions et Trésor Films, distribué et vendu par Studiocanal, sortie le 24 octobre 2018

Rajouté

The House that Jack Built de Lars von Trier, avec Matt Dillon et Uma Thurman, distribué par Les Films du Losange

SÉANCES DE MINUIT

Arctic de Joe Penna, distribué par Les Bookmakers/The Jokers, ventes XYZ Films, durée : 1h50
Gongjak (The Spy Gone North) de Yoon Jong-Bing, durée : 2h27

Films rajoutés

Whitney, un documentaire de l’Écossais Kevin Macdonald
Fahrenheit 451 de l’Américain Ramin Bahrani, avec Sofia Boutella, Michael B. Jordan et Michael Shannon

SÉANCES SPÉCIALES

Les âmes mortes (Dead Souls) de Wang Bing, durée : 8h15
Le grand cirque mystique (O grande circo místico) de Carlo Diegues, distribué par Bodega, sortie le 18 juillet 2018, durée : 1h34
Pope Francis - A Man of his Word (Le pape François - Un homme de parole) de Wim Wenders, distribué par Universal Pictures Intl France, sortie le 12 septembre 2018, durée : 1h36
10 Years in Thailand d'Aditya Assarat, Wisit Sasanatieng, Chulayarnon Sriphol, Apichatpong Weerasethakul , durée : 1h32
The State against Mandela and the Others de Nicolas Champeaux et Gilles Porte, coproduit par UFO et Rouge International, distribué par UFO Distribution, durée : 1h45
À tous vents  de Michel Toesca, distribué par Jour2Fête, durée : 1h40
La traversée de Romain Goupil, produit par Siècle Production, durée : 2h21

 

 

 

 

 

 

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 12/04/2018 à 14:52

Cannes 2018 - Édouard Baer, maître des cérémonies

Le comédien et réalisateur Édouard Baer sera le maître des cérémonies du 71e Festival de Cannes, a annoncé jeudi Canal+, producteur et diffuseur exclusif des cérémonies d'ouverture et de clôture.

Edouard_Baer

Édouard Baer, qui a déjà officié en 2008 et 2009 aux mêmes fonctions, succède à l'actrice Monica Bellucci, l'an dernier. 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 12/04/2018 à 10:29

Cannes 2018 - Une femme et un homme s'affichent

C'est bien comme ça qu'il faut dire et non l'inverse #MeTo oblige cette année

AI

Le Festival de Cannes a dévoilé l'affiche de sa 71e édition, ornée d'un visuel de Pierrot le fou de Jean-Luc Godard.

Article rédigé et proposé par B.G
le 12/04/2018 à 10:18

Cannes 2018 -

Le nouveau film d’Asghar Farhadi, Everybody Knows avec Penélope Cruz, Javier Bardem et Ricardo Darín, fera l’ouverture du 71e Festival de Cannes le 8 mai et concourra pour la compétition avant sa sortie dans les salles françaises le 9 mai. Comme l'année dernière c'est un film d'auteur qui ouvrira le Festival cette année.

I2

Le cinéaste iranien est de retour au Festival de Cannes pour la 3e fois consécutive après Le passé, qui avait valu à Bérénice Bejo le prix d’interprétation féminine en 2013, et Le client, distingué du prix du scénario et prix d’interprétation masculine pour Shahab Hosseini en 2016, puis par l’Oscar du meilleur film en langue étrangère en 2017.

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 10/04/2018 à 17:32

Le Festival de Cannes 2018 sera présidé par une actrice (LES JURYS)

Cate Blanchett présidera le jury de la prochaine édition du Festival de Cannes, qui se tiendra du mardi 8 au samedi 19 mai. La comédienne australienne succède à Pedro Almodóvar.

I

La star australienne a reçu l'Oscar de la meilleure actrice en 2014 pour Blue Jasmine de Woody Allen, après avoir décroché un premier Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour son incarnation de Katherine Hepburn dans Aviator de Martin Scorsese. Parmi les récompenses qui ont jalonné sa carrière, elle a aussi décroché le prix de la meilleure interprétation féminine à la Mostra en 2007 pour sa performance dans I'm Not There de Todd Haynes.

LE JURY

Sans_titre_2

Cinq femmes et quatre hommes, de sept nationalités et venus de cinq continents, composent le jury de cette 71e édition du Festival de Cannes.
L'actrice australienne Cate Blanchett, la présidente du jury, sera ainsi entourée de l'acteur chinois Chang Chen, la réalisatrice américaine Ava DuVernay, l'actrice américaine Kristen Stewart, le cinéaste français Robert Guédiguian, l'auteur, compositeur et interprète burundaise Khadja Nin, l'actrice française Léa Seydoux, le réalisateur canadien Denis Villeneuve, et le réalisateur russe Andreï Zviaguintsev.

 Benicio del Toro  président du jury d’Un certain regard

Benicio_del_Toro

Aux côtés de Tim Burton, il y a huit ans, Benicio del Toro et ses collègues jurés avaient offert la Palme d’or au Thaïlandais Apichatpong Weerasethakul pour Oncle Boonmee (celui qui se souvient de ses vies antérieures).

Ursula Meier, Présidente du Jury de la Caméra d'or

 Ursula_Meier 

La réalisatrice suisse Ursula Meier présidera le jury de la Caméra d’or de cette 71e édition du Festival de Cannes. Elle est la réalisatrice de cinq courts métrages, deux œuvres pour la télévision, deux documentaires et deux longs métrages pour le cinéma, Home (2008) et L’enfant d’en haut (2012), qui remporta l’Ours d’argent à Berlin. En 2014, elle a participé au film Les ponts de Sarajevo, œuvre collective portée par 13 cinéastes européens, présentée à Cannes en Sélection officielle.

 

 

 

Article rédigé et proposé par B.G
le 10/04/2018 à 10:55

Retour Haut de page