Accueil » Films » Année 2015 » » Description générale

Taklub

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 15,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Taklub
Fiche mise à jour le 30/03/2016
Année de production : 2015
Réalisé par : Brillante Ma. Mendoza
Acteurs principaux : Nora Aunor, Julio Diaz, Aaron Rivera
Date de sortie : 30 mars 2016
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : New Story 
Distributeur international : Films Distribution 
Durée : 93 minutes
Origine(s) : Philippines 
Genre(s) : Drame 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.85
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : non renseigné
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
76%

5,7/10
(142 votes)
Imdb
2.5
3,3/5
(11 votes)
Allociné
3
Synopsis :
Après le passage du typhon Haiyan, le plus gros connu à ce jour qui a dévasté la ville de Tacloban aux Philippines, les vies de Bebeth, Larry et Erwin vont se croiser. Bebeth est à la recherche de trois de ses enfants, et tente de les identifier en examinant les fichiers ADN des personnes enterrées dans les fosses communes. Larry, qui a perdu son épouse, trouve du réconfort en rejoignant un groupe de catholiques fervents qui portent la croix à travers la ville. Erwin, avec son frère aîné, tente de cacher à sa petite sœur la mort de leurs parents. Comme si la perte de leurs proches n'était pas suffisante, une série d'événements va continuer à mettre leur résistance à l'épreuve, comme c'est aussi le cas pour les autres personnes, ils attendent le moment où ils pourront sécher ces larmes répugnantes qui coulent, lentement.

Vos commentaires et critiques :

Taklub

Brillante Mendoza est l'un de ces réalisateurs qui semble faire du cinéma par nécessité absolue tant ses films témoignent de la situation d'un pays, au-delà des récits personnels, petits ou grands. Toujours surgissent, derrière l'histoire qu'il raconte, des moments, des réalités parfois difficiles, la situation d'une ville, la débrouille de ses habitants. La solidarité aussi.Taklub s'inscrit tout à fait dans cette démarche mais de manière plus frontale encore, puisque le film s'attache à raconter un épisode particulièrement tragique : l'après typhon Haiyan, qui a dévasté la ville de Tacloban aux Philippines en 2013. 
Le film commence par un incident dramatique, avant même qu'on ait pris conscience de l'ampleur du désastre lié au typhon : un incendie. Nous n'avons pas pu apprécier la situation que nous sommes déjà dépassés par l'urgence du moment. Peu à peu, on comprend que c'est une tente d'un camp de fortune qui est en feu. Panique, entraide… tout va très vite… rien à faire… drame sur drame, cette famille qui avait été épargnée par le typhon est aujourd'hui touchée par les flammes…
Mais point de pathos : dès le lendemain, la communauté s'organise et des initiatives de soutien surgissent d'elles-même. Le film suit les déambulations de plusieurs personnages. Bebeth tient une cantine de fortune avec sa fille. Elle recherche ses enfants qui probablement n'ont pas survécu à la catastrophe. Mais elle organise également une collecte pour aider la famille touchée par l'incendie, elle fait la cuisine pour la communauté, s'enquiert en permanence de ses voisins et proches. Larry, veuf, s'investit dans un groupe religieux qui récolte des fonts pour aider les survivants. Il participe à porter une croix au milieu des tentes, le tout sans réussir vraiment à se défaire de la culpabilité de n'avoir pas réussi à protéger sa femme. Erwin et son frère prennent en charge leur petite sœur et apprennent à vivre sans leurs parents…
Tout ça est montré de manière quasi documentaire : l'image est très réaliste, les acteurs se fondent dans le décor, dans la foule, les couleurs sont sourdes pour correspondre à l'atmosphère des lieux, et le film raconte ainsi, au plus près du quotidien, l'histoire de ces personnages et la manière dont ils parviennent à faire leur deuil. Le décor est là, post-apocalyptique, mais sans surenchère spectaculaire. Ce sont des bateaux énormes échoués au milieu des ruines, des débris surplombés par des habitats de fortune… Cette réalité à laquelle le réalisateur ne semble pas prêter attention (c'est simplement là) nous saute aux yeux et rend compte d'une situation qui ne nous est jamais rapportée par les médias. La force du film est là : nous montrer la vie qui reprend après la catastrophe alors que le traitement médiatique fait que, une fois l'émotion de la catastrophe passée, nous ne revenons jamais sur les lieux.
C'est probablement (et paradoxalement) l'une des œuvres les plus optimiste de la filmographie de Mendoza : là où des films comme Kinatey et Lola mettaient en avant une violence sociale protégée par un régime corrompu, Taklub raconte une forme de « lâcher prise » face à la fatalité de la situation. La population, malgré les difficultés terribles qui l'accablent, a le réflexe de se rassembler pour affronter ensemble le quotidien et amorcer la reconstruction.
Travailler sur un drame comme celui-ci sans jamais mettre le spectateur en position de voyeur, toujours garder une distance respectueuse vis à vis de ses personnages… C'était probablement le meilleur moyen de rendre hommage aux victimes et c'est d'ailleurs l'une des raisons qui ont poussé Brillante Mendoza a réaliser ce film. Cette distance crée une émotion toute particulière et rend les personnages extrêmement attachants. Car ce qui ressort du film, c'est important de le souligner, c'est la vie qui suit son cours, qui s'adapte, se réajuste et trouve des solutions jour après jour.


Retour Haut de page