Accueil » Films » Année 1959 » » Description générale

I Magliari

Vous aimez ce film, notez le !
Personne n'a encore voté pour ce film !
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : I Magliari (Profession, Magliari)
Fiche mise à jour le 10/09/2017
Année de production : 1959
Réalisé par : Francesco Rosi
Date de sortie : 14 octobre 1979
Date de reprise : 23 août 2017
Distributeur France : Les Films du Camélia 
Distributeur international : non renseigné
Durée : 111 minutes
Origine(s) : Italie 
Genre(s) : Comédie dramatique 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.37
Format son : Mono
Visa d'exploitation : 24616
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
Mario, ouvrier italien, part pour l’Allemagne la tête pleine de rêves et d’espoirs. Ayant épuisé toutes ses économies, il rencontre Totonno, un compatriote qui le prend à son service. Mais le trafic auquel se livre Totonno se révèle plus que douteux…

Vos commentaires et critiques :

I_Magliari

Dans I magliari (1959), Francesco Rosi se confronte à plusieurs problèmes cruciaux et dramatiques de l’après guerre européen: l’immigration des italiens à l’étranger; les activités illégales entreprises par certains de ces immigrants (justement Ies«Magliari», c’est à dire des petits voyous tricheurs qui vendent des tissus bas de gamme au prix de tissus de très bonne qualité) et leur dépendance à des organisations criminelles comme la Camorra;la renaissance économique de l’Allemagne occidentale‰, et les prémisses de l’imminent triomphe de la société de consommation. Avec son remarquable second film, I Magliari, Francesco Rosi pose les prémices de son cinéma à venir. Cette manière de mêler le „lm d’enquête à la réalité historique sera la marque de fabrique du réalisateur qui restera durant toute sa carrière le grand inventeur et artisan du « film-dossier » italien. «Dans la grisaille de l’Allemagne des années cinquante, un trait de lumière et une boule de feu. Le trait, acéré, c’est le regard de Francesco Rosi, chroniqueur de ses compatriotes exilés et qui vivotent entre petits trafics et grandes palabres, au carrefour du néoréalisme et du thriller. La boule de feu, c’est Alberto Sordi, tonitruant, cynique, larmoyant, esbroufeur de génie et paumé…formidable.»

 


Retour Haut de page