Accueil » Films » Année 2012 » » Description générale

Mai Morire - D'une vie à l'autre

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 16,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Mai morire
Fiche mise à jour le 07/04/2017
Année de production : 2012
Réalisé par : Enrique Rivero
Date de sortie : 29 mars 2017
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Zootrope Films 
Distributeur international : non renseigné
Durée : 82 minutes
Origine(s) : Mexique 
Genre(s) : Drame 
Pellicule : couleur
Format de projection : 2.35 Scope
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : non renseigné
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
Chayo est de retour dans sa ville natale pour s'occuper de sa mère âgée et malade. Malgré la beauté sublime de ce lieu, elle doit toutefois faire face aux anciens démons de son existence. Ce sera le prix de sa liberté.

Vos commentaires et critiques :

Mai_Morire

Chayo, une femme d'âge mur, revient dans son village natal à la campagne, dans la région de Xochimilco, où vit sa famille. Elle est venue prendre soin de sa mère, presque centenaire, dont elle redoute la mort prochaine. Malgré la beauté du lieu, Chayo appréhende le deuil à venir et tente d'exorciser ses angoisses.
Le titre Mai morire « fait référence au retour de Chayo auprès de sa mère malade qui, malgré ses efforts, va finalement mourir. » Chayo est une vieille dame qu’Enrique Rivero a rencontrée lorsqu’il faisait des repérages pour son film précédent. Son histoire l’a tellement marqué qu’il a décidé d’en faire un long-métrage. Le tournage a eu lieu à Xochimilco, près de Mexico, et ses magnifiques jardins suspendus au Mexique et le réalisateur a choisi le format CinemaScope pour mieux mettre en valeur les paysages naturels.
L’essentiel, ce sont des petits riens liés à l’au-delà, à l’invisible et à la magie. Ce beau film capte l’indicible en teintant son naturalisme d’onirisme avec quelques plans insolites, ou avec des signes mystérieux et récurrents, comme un trou de plafond semblable à une calligraphie – étrangement reproduite ensuite sur une médaille. Un rébus filmique d’une grâce insondable.


Retour Haut de page