Accueil » Films » Année 1956 » » Description générale

Au gré du courant

Vous aimez ce film, notez le !
Personne n'a encore voté pour ce film !
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Nagareru
Fiche mise à jour le 17/08/2017
Année de production : 1956
Réalisé par : Mikio Naruse
D'après l'oeuvre originale de : - Aya Koda
Date de sortie : 20 novembre 1956
Date de reprise : 09 août 2017
Distributeur France : Les Acacias 
Distributeur international : non renseigné
Durée : 117 minutes
Origine(s) : Japon 
Genre(s) : Drame 
Pellicule : noir et blanc
Format de projection : 1.37
Format son : Mono
Visa d'exploitation : 147006
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
76%
Synopsis :
Dans le Tokyo des années 1950, Otsuta est la tenancière endettée d'un maison réputée de geishas. Sa fille Katsuyo ne voit aucun avenir dans ce commerce dont les pensionnaires affrontent comme elles le peuvent l'irrémédiable destitution qui les menace. Sous le regard de Rika Yamanaka, veuve dévouée et intègre, venant de trouver une place de bonne dans la maison, la vie s'écoule alors qu'Otsuta s'acharne à trouver une issue favorable à la pérennité de son activité et au maintien de la tradition qu'elle incarne.

Vos commentaires et critiques :

Au_gre_du_courant

Dans le Tokyo des années 1950, Otsuta est la tenancière endettée d’une maison réputée de geishas. Sa fille Katsuyo ne voit aucun avenir dans ce commerce dont les pensionnaires affrontent comme elles peuvent l’irrémédiable dégradation de leur sort.
Sous le regard de Rika, veuve dévouée et intègre qui vient de trouver une place de bonne dans la maison, la vie s’écoule tandis qu’Otsuya s’acharne à trouver les moyens de poursuivre son activité, de perpétuer la tradition qu’elle incarne.
« Cette année 1956, Kenji Mizoguchi réalisait La Rue de la honte, son ultime film, dont toute l’action se déroule dans un bordel de Tokyo, au moment où le gouvernement délibère sur un projet de loi visant à interdire la prostitution. Le principal décor de Au gré du courant est, lui, une maison traditionnelle de geishas au bord de la disparition. On imagine qu’elle pourrait se trouver dans un quartier voisin de la maison close mizoguchienne. Mais ce ne sont pas les seuls points communs entre ces deux grands films... Dans un cas comme dans l’autre, mais dans des gestes de cinéma qu’on distinguera plutôt que de les vouloir comparer, pèse sur la fratrie féminine une menace mettant à l’épreuve l’espoir de provisoires réconciliations ou complicités, et l’endurance de chacune à chercher une issue à une vie de peine. » 


Retour Haut de page