Accueil » Films » Année 2018 » » Description générale

Still Recording TP

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 14,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Still Recording
Fiche mise à jour le 16/03/2019
Classification : Tous publics
Année de production : 2018
Réalisé par : Saeed Al Batal, Ghiath Ayoub
Date de sortie : 27 mars 2019
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Arizona Films 
Distributeur international : non renseigné
Durée : 128 minutes
Origine(s) : Liban France Allemagne 
Genre(s) : Documentaire 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.85
Format son : 5.1, VOSTFR arabe
Visa d'exploitation : 149989
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
74%
Synopsis :
En 2011, Saeed la vingtaine, étudiant ingénieur, quitte Damas pour Douma (Ghouta orientale) et participer à la révolution syrienne. Il sera rejoint plus tard par son ami Milad, peintre et sculpteur, alors étudiant aux beaux-arts de Damas. Dans Douma libérée par les rebelles, l’enthousiasme révolutionnaire gagne la jeunesse, puis c’est la guerre et le siège. Pendant plus de quatre ans, Saeed et Milad filment un quotidien rythmé par les bombardements, les enfants qui poussent dans les ruines qu’on graffe, les rires, un sniper qui pense à sa maman, la musique, la mort, la folie, la jeunesse, la débrouille, la vie. Radiographie d’un territoire insoumis, un regard d’une densité exceptionnelle sur la guerre dans un mouvement de cinéma et d’humanité saisissant.

Vos commentaires et critiques :

Still_Recording

On ne sait jamais vraiment qui tient la caméra, dans Still recording. Au cours de combats de l'Armée syrienne libre pour prendre Douma au régime de Bachar-el-Assad en 2012, ou dans les appartements de Damas, tout proches, les images sont saisies à la volée, souvent en marchant, quand l'appareil n'est pas simplement posé par terre ou, comme dans la première et la dernière séquences, lâché à cause d'un tir qui tue – c'est le hors-champ, non révélé, des images d'ouverture – ou qui blesse le cameraman. Le générique donne la liste des huit opérateurs qui ont, des débuts de la révolution syrienne en mars 2011 et jusqu'en 2015, pris les images composant la mosaïque chaotique du documentaire.
Still recording n'est pas pour autant un collage de scènes trouvées, comme l'était Eau argentée d'Oussama Mohamed en 2014. Les plans sont liés entre eux par une autre force que celle du montage. Dès la deuxième séquence, le film fait de la transmission son motif profond : on y voit Saeed Al Batal, co-réalisateur et personnage récurrent, initier un groupe aux fondamentaux du cadrage en analysant un extrait de blockbuster hollywoodien : « Avec le budget de ce film, on pourrait construire plusieurs hôpitaux en Syrie. Ce n'est pas grave, apprenons de ce qu'ils font. » Mais surtout la caméra passe de mains en mains, que ce soit au milieu des ruines, dans une soirée entre amis ou à la toute fin de l'émouvant dernier plan, qui donne son titre au film, lorsqu'un homme dont on ne verra pas le visage ramasse l'appareil abandonné par l'opérateur blessé pour constater qu'il « enregistre toujours ».
Le passage de relais, aussi fait d'interpellations – tel combattant, telle femme passant par là demandent à être filmés – d'amitiés et de brèves rencontres, suffit à cimenter cette chronique dispersée de la guerre civile, amalgamant des situations en apparence éloignées par des raccords qui ne font que respecter des voisinages réels… Un plan stupéfiant éclaire brusquement, au milieu du film, l'invraisemblable proximité entre la vie ordinaire de Damas et les tirs qui font rage dans son immédiate banlieue, Jobar : depuis un immeuble dévasté par les bombes, on voit, au téléobjectif, le trafic tranquille de la ville. On bascule pareillement du quotidien de quelques étudiants en art de la capitale à un enterrement de dizaines de cadavres dans une fosse commune, ou d'une soirée passée par un sniper de l'Armée syrienne libre à danser chez lui sur du rap au même se mettant en embuscade, quelque part dans Douma.
Comment vivre et lutter dans la schizophrénie guerrière ?… Enserrant Damas et Douma dans un même labyrinthe tremblant, Still recording dresse ainsi, en creux, l'image sensible d'un pays qui cherche d'abord à se réconcilier avec lui-même.


Retour Haut de page