Accueil » Films » Année 2015 » » Description générale

Une vie violente

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 15,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Une vie violente
Fiche mise à jour le 25/08/2017
Année de production : 2015
Réalisé par : Thierry de Peretti
Date de sortie : 09 août 2017
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Pyramide Distribution 
Distributeur international : Pyramide International 
Durée : 113 minutes
Origine(s) : France 
Genre(s) : Thriller 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.85
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : 140127
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
76%
Synopsis :
Malgré la menace de mort qui pèse sur sa tête, Stéphane décide de retourner en Corse pour assister à l'enterrement de son ami d'enfance, assassiné la veille. C’est l’occasion pour lui de se rappeler les évènements qui l’ont vu passer, petit bourgeois cultivé de Bastia, de la délinquance au radicalisme politique et à la clandestinité.

Vos commentaires et critiques :

Une_vie_violente 

SEMAINE DE LA CRITIQUE 2017 

Quand le passé hante le présent

Après avoir été sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs pour son premier film, Les Apaches, Thierry de Peretti se retrouve à la Semaine de la critique avec ce deuxième opus, à nouveau ancré dans sa Corse natale. "Le personnage central est librement inspiré du parcours atypique, météoritaire, tragique, de Nicolas Montigny, jeune militant nationaliste assassiné à Bastia en 2001. Nous avions le même âge. Je ne l’ai pas connu, même si nous avions des amis en commun", souligne le cinéaste. Sur un scénario écrit avec Guillaume Bréaud, Une vie violente mélange des souvenirs personnels, tout en étant le fruit d’une longue période de recherche. "À travers ce personnage, cette histoire me fait accéder à quelques cercles de la société insulaire. Il me permet surtout de me rappeler cette époque de grande confusion politique et de grande violence, dont les souvenirs sont toujours très douloureux." Fin 2013 Thierry de Peretti rencontre Frédéric Jouve (Les Films Velvet) pour lui parler de la genèse du projet. "Il a immédiatement perçu l’urgence qu’il y avait pour moi à filmer cette histoire et a senti, encore mieux que moi, jusqu'où le film pouvait aller. Son engagement de producteur tout au long du processus a été sans faille." Après deux ans d’écriture, et une préparation courant sur plusieurs mois, Une vie violente est tourné en huit semaines, en deux étapes successives, puis monté en neuf mois. "C’est la deuxième fois que je viens à Cannes avec un film et accompagné d’acteurs jeunes et neufs. C’est l’œuvre la plus personnelle que j’ai jamais faite. La Semaine de la critique montre chaque année les gestes de cinéma d'aujourd'hui. Être là, est très important pour moi."

Passionnant, tendu, acéré, complexe, Une vie violente impressionne par son ampleur romanesque et sa justesse de ton, son absence de lyrisme complaisant et sa profonde humanité. Dans cette magnifique évocation de l'ascension fulgurante et de la chute inéluctable d'un jeune indépendantiste corse, on ne trouvera pas l'once d'une concession à l'imagerie romantique de la lutte armée – et pas davantage de trace de cette fascination hollywoodienne qui ennoblit d'une chorégraphie aussi séduisante que vénéneuse la construction de la légende mafieuse au cinéma. 
Si l'on devait trouver des parrains à Thierry de Peretti, c'est probablement du côté de Flaubert, d'Hawks ou des italiens Pasolini et Sciascia (les seuls revendiqués) qu'il faudrait aller chercher. Tout en sobriété, en naturalisme et en efficacité, il s'attache, sur les traces de son héros, à raconter au plus près, de l'intérieur, la page la plus récente, la plus prégnante, de l'histoire politique de la Corse. Sans en faire l'apologie, ni pour autant la réduire à sa triste caricature. Sans en omettre non plus la dimension criminelle, qui double l'engagement idéologique, ni faire l'impasse sur la mécanique de radicalisation qui entraîne ses petits soldats trop vite montés en graine, qu'ils soient idéalistes ou opportunistes, du côté obscur du combat politique. Du service rendu au crime, de l'engagement à la vendetta, il n'y a finalement qu'une succession de petits pas, d'éveils à une conscience politique et de renoncements à des principes moraux, plus ou moins conscients, plus ou moins assumés.
Bastiais, fils de famille bourgeoise, plutôt beau gosse, gentiment hâbleur, malin et cultivé, Stéphane va faire cette série de petits pas. Jeune étudiant promis à un avenir sinon brillant, du moins suffisamment doré, d'un naturel plus fêtard que réellement studieux, il est enrôlé presqu'à son insu par un ami militant nationaliste (mais qui, semble-t-il nous dire, ne connaît pas un ami qui connaît un ami qui… ?) qui lui demande – trois fois rien – de faire passer sur le continent une bête valise. Laquelle, remplie d'armes, va bigrement intéresser la police française. Et c'est donc en prison, au contact de vrais activistes comme du véritable banditisme, au contact des livres aussi, qu'il commence son éducation politique, militante, sa construction idéologique. De fait, l'historique du nationalisme corse est alors largement expliqué, contextualisé, resitué, sous les auspices de Frantz Fanon, dans la continuité des luttes de décolonisation – ce qui le conduit, une fois libéré, à affirmer son engagement dans un mouvement décolonialiste de tendance gauchiste. 
Thierry de Peretti s'est « inspiré du parcours atypique, météorique, tragique, de Nicolas Montigny, jeune militant nationaliste assassiné à Bastia en 2001 ». Son précédent et premier film, Les Apaches, scrutait de façon très fine et très précise la micro-société des laissées-pour-compte de Porto-Vecchio, à travers le portrait d'une petite bande de gamins entraînés malgré eux, déjà, dans une spirale incontrôlable. On se faisait la réflexion que, pour ce qui est de la vision idyllique, touristique, de la Corse, il faudrait repasser, tant on ressentait l'urgence de nettoyer le décor du fatras folklorique qui en masquait la dure réalité. Une vie violente creuse ce sillon, faisant preuve du même sens de la tragédie mais élargit le champ et, de la petite anecdote, se collette donc avec l'histoire contemporaine – celle qui est toujours à l'œuvre sur l'île. Et rien, jamais, de racoleur ni d'exemplaire dans les destins racontés, ni ceux de ces petits apaches désœuvrés, ni celui du jeune militant nationaliste pris dans une mécanique qu'il feint de maîtriser et qui finira par le broyer.
Tout entier centré sur la Corse, le récit articule de façon tantôt méticuleuse, tantôt elliptique, les processus de création des différents groupes politiques, les scissions, les luttes fratricides en même temps que le cheminement solitaire de Stéphane. Mais comment ne pas, aussi, faire un pas de côté à partir de ce parcours chaotique mais inéluctable sur le chemin de la violence ? Comment ne pas extrapoler, à partir du prisme de cette histoire insulaire, vers quelque chose de plus universel ? Parlant de « radicalisation », il est aujourd'hui tellement plus facile, plus confortable de fantasmer un hypothétique « fanatisme islamiste » plutôt que d'essayer de comprendre (mais « essayer de comprendre, c'est déjà excuser » disait à peu près un ex-premier ministre qui a malheureusement échappé à la récente vague de dégagisme) l'embrigadement, l'engrenage qui mène à la lutte armée, au sacrifice de soi. Avec une simplicité et une efficacité sans artifices, avec ses faux airs de western, de thriller et de drame historique, Une vie violente raconte aussi cette histoire-là, terre à terre, terriblement humaine. Elle nous la rend palpable. Et ce n'est pas la moindre de ses qualités.


Retour Haut de page