Accueil » Films » Année 2016 » » Description générale

L'École buissonnière

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 12,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : L'École buissonnière
Fiche mise à jour le 22/11/2017
Année de production : 2016
Réalisé par : Nicolas Vanier
Date de sortie : 11 octobre 2017
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : StudioCanal 
Distributeur international : StudioCanal 
Durée : 115 minutes
Origine(s) : France 
Genre(s) : Aventure Famille 
Pellicule : couleur
Format de projection : Scope
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : 142606
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
Paris 1930. Paul n’a toujours eu qu’un seul et même horizon : les hauts murs de l’orphelinat, sévère bâtisse de la banlieue ouvrière parisienne. Mais voilà qu’il est confié à une joyeuse dame de la campagne, Célestine et à son mari, Borel, le garde-chasse un peu raide d’un vaste domaine en Sologne. L’enfant des villes, récalcitrant et buté, arrive dans ce monde mystérieux, celui d’une région souveraine et sauvage. L’immense forêt, les étangs, les cultures, tout ici appartient au Comte de la Fresnaye, un veuf taciturne qui vit solitaire en son manoir. Le Comte tolère les braconniers sur le domaine mais Borel traque sans relâche le plus rusé d’entre eux, un dénommé Totoche. Sans jamais parvenir à le prendre en flagrant-délit. Au cœur de la Sologne, aux côtés du fameux Totoche, Paul va faire l’apprentissage de la vie, de la nature, de ses secrets et apprendre à glaner poissons, gibiers, champignons et plantes… Mais Paul n’est pas venu par hasard dans cet univers inconnu…

Vos commentaires et critiques :

LEcole_buissonniere

Paris 1930. Paul n'a toujours eu qu'un seul et même horizon : les hauts murs de l'orphelinat, sévère bâtisse de la banlieue ouvrière parisienne. Mais voilà qu'il est confié à une joyeuse dame de la campagne, Célestine, et à son mari, Borel, le garde-chasse un peu raide d'un vaste domaine en Sologne. L'enfant des villes, récalcitrant et buté, arrive dans ce monde mystérieux, celui d'une région souveraine et sauvage. L'immense forêt, les étangs, les cultures, tout ici appartient au Comte de La Fresnaye, un veuf taciturne qui vit solitaire en son manoir. Le Comte tolère les braconniers sur le domaine mais Borel traque sans relâche le plus rusé d'entre eux, un dénommé Totoche. Sans jamais parvenir à le prendre en flagrant délit. Au cœur de la Sologne, aux côtés du fameux Totoche, Paul va faire l'apprentissage de la vie, de la nature, de ses secrets et apprendre à glaner poissons, gibiers, champignons et plantes… Mais Paul n'est pas venu par hasard dans cet univers inconnu… 
Allez, on va pas vous raconter des cracs, L’école buissonnière ne restera pas dans le livre d’Or des 10 meilleurs films de l’année ; on a là un cinéma codifié et classique qui ne joue pas sur l’effet de surprise mais plutôt sur l’ambiance bucolique et les rapports tendres entre les personnages. Amoureux de la nature, Nicolas Vanier filme superbement la Sologne de son enfance comme il avait pu filmer les montagnes alpines dans le premier opus de Belle et Sébastien. Les animaux, les saisons, les ruisseaux, la beauté simple de la vie à la campagne, tout est vu à hauteur d’enfant et c’est ainsi qu’il faut prendre ce film qui n’est pas sans rappeler Le grand chemin. François Cluzet campe un Totoche bougon mais avec un cœur gros comme ça et la complicité entre lui et le gamin fonctionne avec tendresse. Un film comme une balade en forêt qui peut, comme une balade en forêt, se voir en famille.


Retour Haut de page