Accueil » Films » Année 2017 » » Description générale

Carré 35

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 14,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Carré 35
Fiche mise à jour le 06/11/2017
Année de production : 2017
Réalisé par : Éric Caravaca
Date de sortie : 01 novembre 2017
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Pyramide Distribution 
Distributeur international : Pyramide International 
Durée : 67 minutes
Origine(s) : France 
Genre(s) : Documentaire 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.85
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : 144666
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
“Carré 35 est un lieu qui n’a jamais été nommé dans ma famille ; c’est là qu’est enterrée ma sœur aînée, morte à l’âge de trois ans. Cette sœur dont on ne m’a rien dit ou presque, et dont mes parents n’avaient curieusement gardé aucune photographie. C’est pour combler cette absence d’image que j’ai entrepris ce film.”

Vos commentaires et critiques :

Carre_35

CANNES 2017: HORS COMPÉTITION

Intime conviction

Éric Caravaca signe avec Carré 35 son deuxième long métrage en tant que réalisateur, mais son premier documentaire. Il a bénéficié pour cela du soutien des Films du Poisson, dont l’expertise est notamment associée à l’intégralité des films de Julie Bertuccelli parmi lesquels ses documentaires La cour de Babel (2013) et Dernières nouvelles du Cosmos (2016), mais aussi récemment à La douleur d’Emmanuel Finkiel, d’après le roman de Marguerite Duras. Ce projet très intime s’efforce d’élucider l’épais mystère familial qui entoure la mort subite à l’âge de trois ans de la sœur aînée du réalisateur, Christine, rayée des vivants par ses parents et réduite à une sépulture dérisoire qui donne son titre à ce film introspectif sur fond de résilience. Caravaca a conçu la trame de Carré 35 avec l’écrivain Arnaud Cathrine, dont le roman La route de Midland lui avait déjà inspiré son premier long métrage, Le passager (2005).

Carré 35, c’est sans aucun doute un film documentaire mais aussi un polar familial qui tient en haleine, une plongée dans la grande Histoire universelle dans laquelle on pénètre par une petite fenêtre intimiste. Carré 35, c’est une image manquante, des souvenirs confisqués… 
Tout commence en Suisse sur le tournage d’un film qui n’a rien avoir avec celui-ci. Le décor du jour est un cimetière et alors qu’il n’a aucune racine là-bas, ni de raison de pleurer, l’acteur Éric Caravaca est envahi par une étrange tristesse en cheminant dans les allées du « carré des enfants ». Les sanglots qui lui montent à la gorge resteront longtemps un mystère inexpliqué qu’il n’aura de cesse d’élucider. Cet instant-là s’impose comme un pressentiment, celui d’être le dépositaire d’une douleur qui n’est pas la sienne, qui vient de plus loin que lui-même, sur laquelle il s’est inconsciemment construit. Le pourquoi, le comment ? On le comprendra au fur et à mesure de cette passionnante enquête qu’il nous fait revivre en direct. C’est presque une intuition de détective qui va le pousser à braver courageusement les non dits familiaux qui ont muselé son enfance. On a beau être grand et adulte, certains tabous ont la peau plus coriace qu’une pierre tombale.
Le film débute par l’interview de sa mère. Une femme étrangement détachée qui louvoie constamment. On ne sait quoi en penser. Est-elle un monstre d’insensibilité ? A-t-elle vécu une souffrance si bien enterrée qu’elle ne la laisse plus effleurer à la surface ? Est-elle complètement folle, dans le déni ? Elle a une personnalité à peine croyable dont les reflets se font et se défont dans la fresque familiale. Toujours changeante, s’imaginant des prénoms, réinventant son passé sans trêve, fuyant les souvenirs, jusqu'à éradiquer tout un pan de sa mémoire, comme ces armées qui brulaient tout sur leur passage, ne laissant aucun indice. De séquence en séquence son fils la traque avec pudeur, tendresse rentrée, agacement retenu, pressentant quelque drame. Au fil des mots, le secret se libère. Se dresse la silhouette d’un petit fantôme d’abord vaporeux mais dont l’existence ne peut plus être niée, incontournable. Cette petite ombre depuis trop longtemps absente crie justice, réclame que son prénom soit enfin prononcé à nouveau, son existence reconnue. Elle s’appelait Christine… Née bien avant Éric et son frère, une sœur rendue invisible…
Avec elle tout s’éclaire : la chronique d’une famille, les écorchures, les joies d’une vie, les déceptions, les drames. Ainsi que les émanations nauséabondes d’un passé colonial douteux, dans une Algérie et un Maroc encore français où les jeunes colons semblaient vivre dans une insouciance coupable, en tournant résolument le dos à la souffrance de tout un peuple, aux injustices qui lui étaient infligées, à un crime contre notre humanité qui taisait déjà son nom. Alors qu’on penserait la fin de cette épopée proche, elle ne s’arrêtera pas là, réhabilitant d’autres petits êtres asphyxiés dans l’indifférence de l’oubli. 
Le mystère se fera plus dense, plein de rebondissements, nous entraînant bien au-delà des apparences, de la normalité, dans les tréfonds des âmes humaines. Dans les racines du bien et du mal. Carré 35 restera dans nos mémoires comme un film sans concession, sans jugement non plus, d’une beauté fulgurante. Une grande œuvre d’une générosité inouïe qui ouvre la porte sur l’intimité d’une rédemption véritable.


Retour Haut de page