Accueil » Films » Année 2016 » » Description générale

Le Fidèle

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 13,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Le Fidèle
Fiche mise à jour le 12/04/2019
Année de production : 2016
Réalisé par : Michaël R. Roskam
Date de sortie : 01 novembre 2017
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Pathé Distribution 
Distributeur international : Wild Bunch 
Durée : 130 minutes
Origine(s) : France Belgique 
Genre(s) : Drame Noir 
Pellicule : couleur
Format de projection : Scope
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : 142720
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
74%

Synopsis :
Lorsque Gino rencontre Bénédicte, c’est la passion. Totale. Incandescente. Mais Gino a un secret. De ceux qui mettent votre vie et votre entourage en danger. Alors Gino et Bénédicte vont devoir se battre envers et contre tous, contre la raison et contre leurs propres failles, pour pouvoir rester fidèles à leur amour.

Vos commentaires et critiques :

Le_Fidele

Bénedicte est pilote de course, Gino, lui, vendeur de voitures. Lorsqu'ils se rencontrent, le coup de foudre est immédiat. Mais Gino a un secret inavouable, il n’est pas celui qu’il prétend être. Hybridation entre le film de gangsters et le mélodrame, « Le fidèle » s’entame sur une première partie tout en maîtrise et en élégance, construite autour de son couple de cinéma aussi convaincant que séduisant (Adèle Exarchopoulos et Matthias Schoenhaerts) et d’un secret qui finira peu à peu par les éloigner.
Le film bascule dans sa deuxième partie, négociant assez mal son virage dans le mélodrame. La faute à une escalade de retournements et d’invraisemblances notamment liés à une phobie des chiens dont souffre Gino et qui, d’abord anodine, finira par devenir déterminante pour le jeune couple. Le film s’emballe, laissant sur le bas-côté son spectateur qui ne voit plus que les successives surenchères du scénario à un moment où la tension émotionnelle est pourtant censée être à son maximum. Étrangement, ce romantisme échevelé et ce goût de l’excès, assumés par le réalisateur de Bullhead, confèrent au Fidèle une forme d’innocence et de charme paradoxal.


Retour Haut de page