Accueil » Films » Année 2017 » » Description générale

Prendre le large

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 14,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Prendre le large
Fiche mise à jour le 30/11/2017
Année de production : 2017
Réalisé par : Gaël Morel
Date de sortie : 08 novembre 2017
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Les Films du Losange 
Distributeur international : Les Films du Losange 
Durée : 103 minutes
Origine(s) : France 
Genre(s) : Drame 
Pellicule : couleur
Format de projection : 2.35 scope et 1.66
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : 139540
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
Edith, 45 ans, ouvrière dans une usine textile, voit sa vie bouleversée par un plan social. Loin de son fils et sans attache, plutôt que le chômage, elle est la seule à choisir de rejoindre son usine délocalisée au Maroc…

Vos commentaires et critiques :

Prendre_le_large

« Je ne suis pas certaine que vous ayez intérêt à à partir là-bas… » C'est une responsable des ressources humaines pour le moins perplexe et dissuasive qui accueille le choix d'Edith d'accepter un reclassement au Maroc au lieu de toucher ses avantageuses indemnités de licenciement. « Je préfère travailler à Tanger qu'être au chômage ici ! » insiste pourtant l'ouvrière de 45 ans dont l'atelier de textile va bientôt fermer ses portes, le groupe pour lequel elle travaille depuis bien longtemps poursuivant sa logique de délocalisation. Tel est le point de départ de Prendre le large et il rappellera à nos spectateurs assidus celui de Crash test Aglaé, allègre comédie sur fond de mondialisation sortie cet été : et il est étonnant de voir comment une situation similaire peut donner naissance à deux films à ce point différents ! Gaël Morel nous donne ici une chronique délicate sur les différences culturelles et l'humanité commune, en même temps qu'un émouvant portrait de femme auquel Sandrine Bonnaire apporte son talent et son intensité.
Edith est veuve, elle vit seule dans une maison perdue dans la campagne… elle n'a rien qui la retienne vraiment en France. Son fils unique, Jeremy ? Même pas : sa relation avec lui s'est distendue depuis qu'il s'est installé à Paris, il ne lui dit rien de sa vie, de son couple… Quant à la lutte collective pour s'opposer à la délocalisation, elle n'y pense même pas : « je ne crois plus à tes beaux discours, l'union fait la force, tes conneries de syndicaliste », aboie-t-elle au visage de la déléguée. Edith est persuadée que sans son travail, son existence se racornirait encore davantage et elle se dit qu'après tout, prendre le large, essayer une nouvelle vie, c'est le moment ! Alors pas question de se laisser influencer par l'inquiétude de Nadia (Lubna Azabal), sa seule véritable amie à l'usine et qui est justement d'origine marocaine : « Ce n'est certainement pas mieux qu'ici. Et l'Islam ? Tu es une femme. Et le travail est très dur ! »
Voilà donc Edith traversant le détroit de Gibraltar et s'installant à Tanger dans une petite pension conseillée par Nadia et tenue par Mina et Ali, une divorcée et son fils. Dans une ville transpercée de chantiers, voire dangereuse pour celle qui est vite surnommée « La Française », Edith va découvrir la réalité épuisante du travail et les coutumes locales, et aller de mésaventures désagréables en désillusions brutales, s'efforçant cependant de faire bonne figure alors que la situation s'assombrit de plus en plus en dépit de l'amitié naissante que lui témoignent Mina et Ali…
Ancré en permanence sur son personnage principal et explorant sur ses traits la moindre inflexion de ses émotions, Prendre le large est un film touchant, avançant avec sincérité et une grande simplicité narrative. Au fil de situations toujours très justes et précises, le film brosse un tableau crédible de la condition ouvrière et de la vie quotidienne (par exemple avec la réforme du code de la famille facilitant le divorce ou ces bus de transport affrétés gratuitement par des organisations islamistes…) au Maroc. Mais cette traversée du miroir de l'immigration économique est surtout le récit d'un itinéraire individuel, porté par une actrice visiblement très impliquée dans le projet.


Retour Haut de page