Accueil » Films » Année 2017 » » Description générale

Les Oiseaux de passage TP

Vous aimez ce film, notez le !
Personne n'a encore voté pour ce film !
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Pájaros de verano
Fiche mise à jour le 20/03/2019
Classification : Tous publics
Année de production : 2017
Réalisé par : Cristina Gallego, Ciro Guerra
Date de sortie : 10 avril 2019
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Diaphana Distribution 
Distributeur international : Playtime 
Durée : 120 minutes
Origine(s) : Colombie Mexique Danemark France 
Genre(s) : Drame 
Pellicule : couleur
Format de projection : 2.35 Scope
Format son : Dolby Digital
Visa d'exploitation : non renseigné
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
76%
Synopsis :
Dans les années 1970, en Colombie, une famille d'indigènes Wayuu se retrouve au cœur de la vente florissante de marijuana à la jeunesse américaine.
Quand l'honneur des familles tente de résister à l'avidité des hommes, la guerre des clans devient inévitable et met en péril leurs vies, leur culture et leurs traditions ancestrales.
C'est la naissance des cartels de la drogue.

Vos commentaires et critiques :

Les_oiseaux_de_passage

QUINZAINE DES RÉALISATEURS 2018 (Film d'ouverture)

Aux origines du narcotrafic

Après y avoir présenté en 2015 El abrazo de la serpiente, Ciro Guerra revient à la Quinzaine des réalisateurs avec ce film réalisé cette fois avec  Cristina  Gallego qui avait produit ses précédents longs. Les oiseaux de  passage situe son action dans les années 1970, lors de la “bonanza marimbera”, période durant laquelle la Colombie commence à exporter de la marijuana cultivée en masse. Le film est centré sur une famille d’indigènes Wayuu, le plus grand peuple autochtone du pays, qui va se retrouver au cœur d’un trafic florissant. L’idée est venue lors du tournage d’un film précédent de Ciro Guerra, Los viajes del viento, dans le Nord de la Colombie. “Nous avons commencé à entendre beaucoup d’histoires sur cette période pleine de larmes qui a bouleversé à jamais des cultures et des traditions ancestrales, raconte Cristina Gallego. C’est assez peu connu mais plus incroyable que n’importe quelle fiction. Le scénario ne repose pas sur une histoire vraie mais sur des récits entrecroisés. Nous nous sommes intéressés à ce qui n’avait pas été raconté ou enregistré, ce qui se passait dans les arrière-salles, le point de vue des femmes, tout ce qui a disparu des archives officielles.” Le film a été tourné sur les lieux même de l’action, dans la péninsule désertique de la Guajira et la Sierra Nevada de Santa Marta, impliquant la communauté wayuu. “C’est la première fois qu’un film de fiction tourné en Colombie est parlé dans la langue wayuunaiki. C’est une communauté ancestrale, régie par des règles spécifiques et strictes, qui ne reconnait pas les lois et les frontières imposées par les États de Colombie et du Venezuela. Ils ont toujours affronté ceux qui tentaient d’envahir leur territoire. Sans leur participation active et leur soutien au film, il aurait été impossible de raconter cette histoire.”


Retour Haut de page