Accueil » Films » Année 2018 » » Description générale

Les Quatre sœurs -12

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 18,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Les Quatre sœurs
Fiche mise à jour le 02/08/2018
Classification : Interdit aux moins de 12 ans
Année de production : 2018
Réalisé par : Claude Lanzmann
Date de sortie : 04 juillet 2018
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Paname Distribution 
Distributeur international : Arte 
Durée : 275 minutes
Origine(s) : France 
Genre(s) : Documentaire 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.37 dans cadre 1.85 (tourné en 16 mm)
Format son : 2.0
Visa d'exploitation : 148632
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%

Synopsis :
Paula Biren, Ruth Elias, Ada Lichtman, Hanna Marton, quatre noms et prénoms de femmes juives; témoins et survivantes de la plus folle et de la plus impitoyable barbarie, et qui, pour cette seule raison, mais beaucoup d'autres encore, méritent d'être inscrites à tout jamais, dans la mémoire des hommes.

1re partie : Le serment d’Hippocrate (90 min), La puce joyeuse (52 min) 2e partie : Baluty (64 min), L’arche de Noé (68 min).

Vos commentaires et critiques :

Les_Quatre_soeurs

Disparu ce jeudi 5 juillet à l'âge de 92 ans, Claude Lanzmann a consacré près de la moitié de sa vie au chef d'œuvre "Shoah" ainsi qu'à son travail de mémoire. Jusqu'à la veille de sa mort, il a continué à utiliser la matière monumentale collectée pour ce documentaire de plus neuf heures trente sorti en 1985.
Aujourd’hui 32 ans après "Shoah", "Les Quatre sœurs" est sorti en salle. Dans ce documentaire de 4h30, le défenseur de la cause d'Israël réunit les témoignages de quatre femmes juives: Ruth Elias, Paula Biren, Ada Lichtman et Hanna Marton. Elles ne sont pas sœurs. Tchèque, Polonaises et Hongroise, elles ont pour point commun le fait d'avoir survécu à l'extermination systématique des Juifs pendant la Seconde guerre mondiale.
Les images de ce dernier Lanzmann (déjà diffusé sur Arte en janvier), sont essentiellement des entretiens en face à face tournés il y a plus de quarante ans. Ces séquences sont tirées des 220 heures de film qui restaient au réalisateur après "Shoah". Après douze ans de travail sur son œuvre majeure (12 ans de recherches documentaire, de recherche de témoins, survivants et bourreaux à l'international et des années de montage), Claude Lanzmann disposait de 350 heures de film tournées entre 1974 et 1981. "Shoah" fait plus de neuf heures mais la matière restante a donné cinq autres films.

1ère partie (2h22)
Le Serment d’Hippocrate (90 min)
Ruth Elias a 17 ans en mars 1939, quand les nazis occupent la Tchécoslovaquie. Sa famille se cache durant trois ans dans une ferme, avant d'être dénoncée et déportée au camp de Theresienstadt en avril 1942.
Pendant l’hiver 1943, Ruth découvre qu’elle est enceinte. Elle est envoyée à Auschwitz. En juin 1944, enceinte de 8 mois, elle réussit à entrer dans un groupe de 1000 femmes envoyées à Hambourg pour dégager les gravats d’une raffinerie bombardée.
La Puce joyeuse (52 min)
Le jour de l’invasion allemande de la Pologne, tous les hommes de Wieliczka, près de Cracovie, sont rassemblés par les Allemands dans une forêt voisine, et exécutés. Les corps couverts de sang sont disposés par leurs bourreaux en demi-cercle, pieds joints et têtes vers l’extérieur, comme une représentation artistique.
Dès lors, Ada n’a plus qu’une question en tête : non pas "vais-je survivre ?" mais "quelle sera ma mort ?". Envoyée à Sobibor, où plus de 250 000 Juifs furent exterminés dans les chambres à gaz, elle joue un rôle décisif dans la révolte du 14 octobre 1943. Elle fait partie des 50 survivants.

2ème partie (2h13)
Baluty (64min)
Il existe encore nombre d’archives, de journaux intimes et même quelques photos du ghetto de Lodz, mais très peu de témoignages de survivants. Celui de Paula Biren est d’autant plus exceptionnel qu’elle fit partie de la force de police féminine du ghetto. Des centaines de ghettos qui parsèment la campagne polonaise, celui de Lodz fut le plus pérenne. Il était dirigé d’une main de fer par le président du conseil des anciens, Chaim Mordechai Rumkowski, appelé le "Roi Chaim", un homme convaincu qu’il pouvait sauver une partie de la communauté en les transformant en main d’œuvre au service des Allemands.
L’Arche de Noé (68 min)
En 1944, quand les nazis commencèrent à déporter les Juifs de Hongrie, Rudolf Kastner, qui présidait le comité de sauvetage, tenta de négocier avec Eichmann. Il proposa deux mille dollars par Juif, montant les prix jusqu’à ce que Eichmann préfère l’argent à la mort. Il fut conclu qu’un transport spécial quitterait Budapest pour Bergen-Belsen, puis continuerait vers la Suisse. Hanna Marton en fit partie.
1684 Juifs échappèrent ainsi à la mort. Au même moment, 450 000 Juifs hongrois mouraient dans les chambres à gaz de Birkenau.

Il y a fort à parier que d’autres témoignages suivront, tant le matériau de Shoah, soit plus de 300 heures de rushes, reste encore dans les tiroirs


Retour Haut de page