Accueil » Films » Année 2017 » » Description générale

Le Retour de Mary Poppins TP

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 14,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Mary Poppins Returns
Fiche mise à jour le 02/01/2019
Classification : Tous publics
Année de production : 2017
Réalisé par : Rob Marshall
Date de sortie : 19 décembre 2018
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : The Walt Disney Company France 
Distributeur international : Walt Disney Pictures 
Durée : 130 minutes
Origine(s) : Etats-Unis 
Genre(s) : Aventure Famille 
Pellicule : couleur
Format de projection : 2.39 Scope
Format son : Dolby Atmos
Visa d'exploitation : 149760
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
À Londres, au temps de la Grande Dépression. Michael Banks (Ben Whishaw), aujourd’hui veuf et père de 3 enfants - Annabel (Pixie Davies), John (Nathanael Saleh) et Georgie (Joel Dawson) - occupe un emploi temporaire au sein de la banque qui employait jadis son père et son grand-père. Quand le directeur de la banque M. Wilkins (Colin Firth) entame une procédure de saisie de la maison des Banks, le vent tourne enfin et Mary Poppins (Emily Blunt), la gouvernante qui transforme par magie n’importe quelle tâche ordinaire en une épopée fantastique et inoubliable, réapparaît dans leur vie… Avec l’aide de son ami Jack (Lin-Manuel Miranda), l’allumeur de réverbères, elle va entraîner les enfants dans des aventures extraordinaires et leur faire découvrir des personnages hauts en couleurs - à l’image de sa cousine, l’excentrique Topsy (Meryl Streep) - afin de ramener vie, amour et rires au sein de leur foyer…

Vos commentaires et critiques :

Le_retour_de_Mary_Poppins

Plus de 50 ans après la sortie du classique «Mary Poppins» de Robert Stevenson, les créateurs du «Retour de Mary Poppins» («Mary Poppins Returns») avaient ce prétexte en or: le temps qui s’est écoulé. En respectant l’esprit de l’original, ils offrent une œuvre qui aide à retrouver son cœur d’enfant, même si elle souffre de son excès de «jovialisme» et risque fort d’indifférer les jeunes d'aujourd'hui.
Cette seconde mouture se déroule une vingtaine d’années après le premier, soit pendant la grande dépression de 1930. Michael et Jane Banks (Ben Winshaw et Emily Mortimer) sont adultes. Et sur le point de perdre la maison familiale pour un défaut de paiement. Michael, artiste rêveur et veuf depuis peu, est dépassé par la gestion quotidienne et ses trois enfants. C’est alors que surgit du ciel Mary Poppins.
La super nounou aux pouvoirs magiques n’a pas pris une ride — Emily Blunt reprend le rôle tenu par Julie Andrews à l’époque. Elle est toujours, «à peu de choses près, parfaite en tout point». Dès lors, le dénouement heureux s’avère extrêmement prévisible même si le scénariste David Magee aura recours à un deus ex machina pour conclure l’affaire. Evidemment, l’exercice est empreint de nostalgie — il vise plus ceux qui ont grandi avec le souvenir de Mary Poppins qu’une nouvelle cohorte. Rob Marshall a d’ailleurs choisi de l’animation vintage en 2D à la Roger Rabbit, sans recours aux images assistées par ordinateur, et multiplie les clins d’œil au premier film. Les enfants, et Mary Poppins, vivront de multiples péripéties fantaisistes où ils apprendront à se méfier des apparences — le banquier, plutôt qu’un bienfaiteur, est un vil capitaliste (caricatural) qui cherche à nuire à leur famille sans raison apparente autre que sa cupidité — et à croire au pouvoir de l’imaginaire. Le message s’adresse évidemment au spectateur, ce qui permet tous les tours de passe-passe scénaristique… Ces scènes sont évidemment prétextes à des chorégraphies élaborées, dont celles du carnaval des animaux et de la luminomagie fantastique avec les allumeurs de réverbères, dignes de Broadway. Celle de la fin, par contre, est totalement superflue et étire un long métrage dans lequel on aurait pu utiliser les ciseaux. Avec une réalisation attentive, mais convenue, Le retour de Mary Poppins doit beaucoup à son interprète principale. La suave Emily Blunt (Sicario de Denis Villeneuve), supercalifragilisticexpidélilicieuse, est à peu de choses près, parfaite en tout point.Bref, une comédie musicale bon enfant.


Retour Haut de page