Accueil » Films » Année 2018 » » Description générale

Nuestro tiempo TP

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 14,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Nuestro tiempo
Fiche mise à jour le 25/02/2019
Classification : Tous publics
Année de production : 2018
Réalisé par : Carlos Reygadas
Date de sortie : 06 février 2019
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Les Films du Losange 
Distributeur international : The Match Factory 
Durée : 178 minutes
Origine(s) : Mexique France Allemagne Danemark Suède Suisse Norvège 
Genre(s) : Drame 
Pellicule : couleur
Format de projection : 2.35 Scope
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : 149972
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
La campagne mexicaine. Une famille élève des taureaux de combat. Esther est en charge de la gestion du ranch, tandis que son mari Juan, poète de renommée mondiale, s’occupe des bêtes. Lorsqu’Esther s’éprend du dresseur de chevaux, Juan se révèle alors incapable de rester fidèle à ses convictions.

Vos commentaires et critiques :

Nuestro_tiempo

Captant initialement l'innocence de l'enfance face aux arrières pensées adolescentes, au travers d'une longue scène de baignade et de jeux dans une eau boueuse, Carlos Reygadas ouvre son film avec des plans de toute beauté. Il bascule ensuite du côté des adultes pour suivre le lent délitement du couple formé par Juan (Carlos Reygadas lui-même) et Esther (Natalia Lopez, écrivaine, monteuse émérite des films d'Amas Escalante et de Reygadas, par ailleurs son époux à la ville !), qui habitent et exploitent un ranch d'élevage de taureaux de combat (!!) près de Tlaxcala, dans la campagne mexicaine.
La quiétude des lieux tranche avec le feu intérieur qui consume les personnages. Esther brûle d’amour pour un autre homme, Phil, un vaquero nouvellement embauché avec qui elle entretient une liaison depuis quelques semaines. Juan, lui, est dévoré par la jalousie. Il essaie pourtant de se montrer compréhensif (ou de faire semblant), ouvert aux désirs de son épouse. Il accepte qu’Esther puisse entretenir une liaison avec cet homme, tant qu’elle ne menace pas leur couple. En échange, il lui demande de ne rien lui cacher et de l’informer régulièrement de l’évolution de cet adultère. Ainsi il peut garder le contrôle de la situation, régenter son petit monde à sa manière, en parfait macho il faut bien le dire. Or c’est justement ce qu’Esther ne supporte plus. Elle veut pouvoir vivre sa vie sereinement, en toute indépendance. Et plus Juan s’accroche à elle, plus elle a envie de le fuir. La situation ne fait naître que frustration et incompréhension.
Carlos Reygadas traite des affres de la passion amoureuse, qui s’estompe avec le temps, s’use au contact du quotidien et ne repose que sur un équilibre fragile. On sent que Juan et Esther s’aiment toujours, mais que leur amour a évolué. Il y a toujours de la complicité entre eux, mais ils ne sont plus tout à fait en phase l’un avec l’autre, plus aussi compatibles qu’avant. Cela complique les choses, car aucun des deux ne parvient à mettre un terme à la relation. Ils essaient de sauver ce qui peut l’être, et leurs tentatives n’ont pour conséquence que de les séparer un peu plus. Cette complexité, cette perversité même des rapports amoureux entre adultes tranche avec les jeux des enfants qui s’amusent dans les étangs voisins, s’adonnant à des batailles « pour de rire » entre garçons et filles, mais aussi avec le comportement des taureaux qui règlent à coups de cornes les conflits amoureux ! Entre Juan, Phil et Esther, l’affrontement est plus feutré. Mais les échanges civilisés et compréhensifs, hypocrites, débouchent sur beaucoup d’amour… « vache ».
Nuestro tiempo séduit par son ambiance singulière, par sa mise en scène souvent impressionnante, son sens du cadre, son audace contemplative, mais aussi par son habileté à disséquer les relations humaines, qui curieusement rappelle un peu celle d’Ingmar Bergman dans, par exemple, Scènes de la vie conjugale. C'est incontestablement le film le plus personnel de Carlos Reygadas (Japon, Batalla en el cielo, Lumière silencieuse, Post tenebras lux). C'est sans doute aussi le plus accessible… mais tout est relatif ! 


Retour Haut de page