Accueil » Films » Année 2017 » » Description générale

Les Femmes de la rivière qui pleure

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 14,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Women of the Weeping River
Fiche mise à jour le 05/01/2018
Année de production : 2017
Réalisé par : Sheron Dayoc
Date de sortie : 27 décembre 2017
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Dissidenz Films 
Distributeur international : Dissidenz Films 
Durée : 95 minutes
Origine(s) : Philippines 
Genre(s) : Drame 
Pellicule : couleur
Format de projection : Scope
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : 147959
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
Dans les montagnes de Mindanao, aux Philippines, où les luttes territoriales, les querelles ethniques et la culture des clans déchirent les familles de génération en génération, dans un contexte de conflit armé généralisé, l’insécurité prédomine et chaque sortie devient un danger imminent. Jeune veuve, Satra est partagée entre le désir de venger la mort de son mari et celle de protéger les siens, la rivière séparant le terrain de sa famille de celle des Ismaels constituant le théâtre de toutes les rancœurs, mais aussi de toutes les douleurs.

Vos commentaires et critiques :

Les_Femmes_de_la_riviere_qui_pleure
 
Une rivière sépare deux clans qui se détestent viscéralement. Le conflit s’envenime, et un sentiment d’insécurité prédomine. Chaque sortie devient un danger imminent. Pour son quatrième film, le prometteur réalisateur philippin met en scène, avec assurance, les luttes territoriales de deux clans familiaux dont la rancœur et la haine se transmettent de génération en génération. Hommage à ces femmes qui tentent, malgré la perte d’êtres chers, de maintenir l’unité familiale, cette fiction renversante met en lumière un de ces nombreux conflits oubliés à travers le monde.
La région de Mindanao, au sud des Philippines, où se côtoient plusieurs communautés et confessions, est le théâtre de nombreux conflits depuis la fin des années 60. Il faut remonter à la période coloniale pour saisir la complexité des enjeux qui sont en premier lieu d’ordre territorial, le sous-sol de la région étant particulièrement fertile et riche en minerais. C’est dans ce contexte que les affrontements se sont multipliés, entre indépendantistes musulmans et forces armées nationales, populations indigènes et migrants de première ou seconde génération, aggravés par une culture de clans et l’apparition de groupuscules islamistes, les grands propriétaires philippins et les multinationales agroalimentaires, forestières et minières n’hésitant pas à jouer des tensions entre les communautés pour prendre le contrôle des richesses naturelles. En près de cinquante ans, on compte ainsi dans cette région, marquée par les vendettas et représailles à l’issue fatale, plus de 140 000 morts et des millions de déplacés. Les femmes de la rivière qui pleure est un hommage à ces femmes qui tentent, malgré la perte d’êtres chers, de maintenir l’unité familiale, et in fine une réflexion engagée sur la responsabilité coloniale.

Retour Haut de page