Accueil » Films » Année 2018 » » Description générale

La Flor, partie 1 TP

Vous aimez ce film, notez le !
Personne n'a encore voté pour ce film !
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : La Flor
Fiche mise à jour le 04/04/2019
Classification : Tous publics
Année de production : 2018
Réalisé par : Mariano Llinás
Date de sortie : 06 mars 2019
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : ARP Sélection 
Distributeur international : El Pampero Cine 
Durée : 210 minutes
Origine(s) : Argentine 
Genre(s) : Drame Romance Expérimental 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.85
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : 150371
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%

Synopsis :
1ère partie.
'La Flor' cambriole le cinéma en six épisodes.
Chaque épisode correspond à un genre cinématographique.
Le premier est une série B, comme les Américains avaient l'habitude d'en faire.
Le second est un mélodrame musical avec une pointe de mystère.
Le troisième est un film d'espionnage.
Le quatrième est une mise en abîme du cinéma.
Le cinquième revisite un vieux film français.
Le sixième parle de femmes captives au 19e siècle.
Mon tout forme 'La Flor'.
Ces six épisodes, ces six genres ont un seul point commun : leurs quatre comédiennes.
D'un épisode à l'autre, 'La Flor' change radicalement d'univers, et chaque actrice passe d'un monde à l'autre, d'une fiction à un autre, d'un emploi à un autre, comme dans un bal masqué.
Ce sont les actrices qui font avancer le récit, ce sont elles aussi qu'au fur et à mesure, le film révèle. Au bout de l'histoire, à la fin du film, toutes ces images finiront par dresser leurs quatre portraits.

Durée totale du film (4 parties): 13h43

Vos commentaires et critiques :

Laz_Flor

Ce film est ainsi : ce sont six histoires. Quatre qui commencent, et qui ne se terminent pas. Elles s’arrêtent à mi-parcours, ce sont quatre commencements. Puis une cinquième histoire commence, s’achève, et laisse place à la sixième qui commence au milieu, et met un point final au film. Le film s’intitule La Flor, et les six histoires ont pour seul point commun quatre actrices, jouant à chaque fois un rôle différent. Le film se fait avec elles et, en quelque sorte, est un film sur elles.
Le premier épisode nous plonge en pleine pampa, dans un centre d’archéologie où deux laborantines reçoivent, au seuil des vacances, le colis d’une momie quechua qui les oblige à rester seules sur place. Or, l’entité, dotée d’étranges pouvoirs, prend bientôt possession d’une employée, lui insufflant une puissance surnaturelle. Adoptant les codes d’une petite série B horrifique, l’épisode, quelque peu ingrat (tourné en 2009 en vidéo basse définition), fait peu à peu sourdre l’inquiétude de l’isolement et de la réclusion de ses personnages, suggérant l’irrationnel à partir de trois fois rien.
Le deuxième épisode, drame musical visuellement plus ambitieux, constitue l’un des sommets de l’ensemble. L’histoire est celle d’une chanson qui ne parvient pas à se faire, parce qu’un duo de stars de la variété, couple en voie de séparation, refuse de se trouver en présence dans le même studio d’enregistrement. Chacun de son côté revient obsessionnellement sur le moment fatidique où leur relation amoureuse et artistique s’est nouée, au long de merveilleux flash-back en noir et blanc. Tandis qu’en filigrane – Llinas pratiquant magistralement l’art du coq-à-l’âne – une société secrète cherche à mettre la main sur un élixir de jouvence tiré du venin d’un scorpion. À la fin, les deux chanteurs se lanceront au visage les mots violents et définitifs de leur propre chanson, lors d’une scène sublime et déchirante, venue couronner le lyrisme échevelé de l’épisode.
D’entrée de jeu, La Flor fonctionne sur un paradoxe captivant : le film a besoin d’en passer par un dispositif narratif très complexe, pour générer des moments simples (un homme et une femme se quittent en chantant), des scènes filmées sans fioritures (souvent en plans-séquences), entièrement au service de ses quatre actrices. Ce sont elles qui occupent le centre de la mise en scène, et plus précisément encore leurs visages, auxquels se rapportent sans cesse la plupart des cadres comme la sensation du monde alentour.
Véritable symphonie de visages, le film scrute à leur surface le mystère de l’incarnation, ce don de l’acteur qui emporte la conviction, donne corps à la fiction et nous fait croire aux histoires les plus extravagantes. Mais le visage est aussi le lieu de la parole, autre point fondamental du film qui joue sur tous les registres de celle-ci (dialogues, voix off, chansons, messages) et parle en plusieurs langues (espagnol, mais aussi français, italien, catalan, allemand, russe, etc.). La Flor s’invente ainsi une énonciation littéraire aux accents parfois sublimes. Fabulatrice ou performative, portée vers le récit ou la confession, la parole suscite la fiction et fait surgir autour d’elle tout un monde fantasmatique.

À suivre...


Retour Haut de page