Accueil » Films » Année 2018 » » Description générale

The Spy Gone North TP

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 16,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Gongjak
Fiche mise à jour le 16/11/2018
Classification : Tous publics
Année de production : 2018
Réalisé par : Yoon Jong-bin
Date de sortie : 07 novembre 2018
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Metropolitan Filmexport 
Distributeur international : CJ Entertainment 
Durée : 137 minutes
Origine(s) : Corée du Sud 
Genre(s) : Action 
Pellicule : couleur
Format de projection : 2.35 Scope
Format son : Dolby Digital
Visa d'exploitation : 149726
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
Séoul, 1993. Un ancien officier est engagé par les services secrets sud-coréens sous le nom de code 'Black Venus'. Chargé de collecter des informations sur le programme nucléaire en Corée du Nord, il infiltre un groupe de dignitaires de Pyongyang installés en Chine et réussi progressivement à gagner la confiance du Parti. Opérant dorénavant en autonomie complète au cœur du pays le plus secret et le plus dangereux au monde, l’espion 'Black Venus' devient un pion dans les tractations politiques entre les gouvernements des deux Corées. Mais ce qu’il découvre risque de mettre en péril sa mission et ce pourquoi il a tout sacrifié.

Vos commentaires et critiques :

The_Spy_Gone_North

CANNES 2018: HORS COMPÉTITION

L’espion qui venait du Sud

Tourné début 2017, donc dans un contexte politique à très haute  tension  qui contraste avec l’atmosphère de décrispation actuelle, The Spy Gone North est le cinquième long métrage du réalisateur coréen Yoon Jong-bin qui a signé successivement The Unforgiven (2005), Beastie Boys (2008), Nameless Gangster (2012) et Kundo (2014). Cet adepte du cinéma de genre raconte dans son nouveau film la mission dans les années 1990 en Corée du Nord d’un espion envoyé du Sud afin de collecter des informations sur le programme nucléaire de son menaçant voisin. Le film a pour interprète principal le très populaire Hwang Jung-min, vu notamment à Cannes dans des films comme A Bittersweet Life (2005) de Kim Jee-woon et The Strangers (2016) de Na Hong-jin, mais aussi dans Battleship Island (2017) de Ryoo Seung-wan. À ses côtés : Lee Sung-min, acteur chez Park Chan-wook et Lee Chang-dong et couronné du prix de la Fipresci en tant que réalisateur pour Crying Fist, présenté à la Quinzaine des réalisateurs en 2005.

Prenant place au début des années 90, The Spy gone north débute de manière efficace en envoyant en mission l’agent sud-coréen See Young s’infiltrer en Corée du Nord afin de dénicher une information capitale au sujet de l’arme nucléaire. À cet instant, la Corée du Sud est dans le flou total : les voisins du Nord seraient-ils déjà en sa possession ? La première partie du film, très immersive, nous rappelle instantanément l’époque du thriller paranoïaque des années 70. See Young devra devenir un homme d’affaires et la moindre erreur pourrait lui coûter très cher. Dès son arrivée en Corée du Nord, il sait pertinemment qu’il va être surveillé, d’où les nombreux micros cachés un peu partout qu'il a trouvés dans sa chambre d’hôtel. Pour ferrer le gros poisson, il devra jouer double jeu afin de solidifier toujours plus une couverture très fragile, quitte à flirter avec la mort.
Cette histoire – vraie – dite de l’espion appelé « Black Venus », passionnante au demeurant, s’avère bien vite une sorte de prétexte pour mieux plonger au cœur des relations glaciales entre les deux Corées. Le Nord nous est montré en guerre, sous le joug de la dictature qui y règne encore aujourd’hui, tandis que le Sud tente de faire bouger les choses, de se développer et de prospérer. Alors que le stratagème commercial porte ses fruits et que l’agent See Young approche finalement le général Kim-Jong-Il (père de l’actuel Kim-Jong-Un), la mission va prendre une tout autre tournure lorsque les masques commencent à tomber. Ces échanges avec le général sont travaillés dans la mise en scène tout en tension, alors qu’un ou deux éléments penchent du côté du burlesque, mélange détonant dont est coutumier le cinéma coréen. La ressemblance du comédien interprétant le général est bluffante et la reconstitution impeccable.
Ample, de par sa longueur et le lyrisme de sa mise en scène, assez éloigné des polars retors et violents qui sont également la marque du cinéma coréen, ce Spy gone north se savoure en tant que leçon d’histoire traitée à la manière d’un pur film d’espionnage à l’ancienne, où les filatures et les champs/contre-champs serrés remplacent les courses-poursuites et les bastons. Le film s'impose ainsi comme l’un des rares et des meilleurs à traiter des relations complexes entre les deux Corées depuis le Joint Security Area de Park Chan-Wook, programmé chez nous l'été dernier.


Retour Haut de page