Accueil » Films » Année 1968 » » Description générale

Goto, l'île d'amour -12

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 14,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Goto, l'île d'amour
Fiche mise à jour le 12/03/2017
Classification : Interdit aux moins de 12 ans
Année de production : 1968
Réalisé par : Walerian Borowczyk
Date de sortie : 29 janvier 1969
Date de reprise : 08 mars 2017
Distributeur France : Tamasa Distribution 
Distributeur international : non renseigné
Durée : 94 minutes
Origine(s) : France 
Genre(s) : Drame Politique 
Pellicule : noir et blanc & couleur
Format de projection : 1.66 (version restaurée)
Format son : Mono
Visa d'exploitation : 34428
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
76%
Synopsis :
Grozo, misérable serviteur, fait son chemin au travers de l’absurde hiérarchie de Goto, une île coupée du monde par un terrible tremblement de terre. Ses principales tâches sont celles de cirer les chaussures du gouverneur, attraper des mouches et nourrir les chiens. Mais il ne rêve que de posséder la belle Glossia, l’épouse du gouverneur-dictateur de l’île, Goto III…

Vos commentaires et critiques :

Goto_lle_damour

L’île de Goto est la dernière île d’un archipel englouti par un tremblement de terre. Son gouverneur y fait régner sur les lieux un climat concentrationnaire tandis que son épouse, Glossia, veut s’enfuir avec Gono, un bel officier. Mais Grozo, serviteur transi d’amour pour Glossia, bouleverse tous leurs projets. Borowczyk nous immerge dans un univers inventé de toutes pièces à nul autre pareil à l’esthétique tour à tour glacée, lyrique (le visage en larmes inoubliable de Ligia Branice, femme et muse de Boro) et surréaliste. Le film a obtenu le prix Georges Sadoul en 1968.

Bric-à-brac

Goto, machinerie pénitentiaire, objet à tiroirs, pièce à fonctionnement, outil de remise, manuscrit d’enfer, écrou perdu, membre autonome, orage magnétique, caillou, nous est livré sans mode d’emploi comme une page détachée du catalogue d’armes et cycles. On peut en retrouver l’usage historique, immémorial, le tenir dans sa paume comme une pomme qu’on se contentera de regarder, se perdre à l’intérieur comme un Ulysse sidéral, ou le démonter pendant quatre cents ans avec un tournevis. C’est un film qui vous laisse entièrement libre de votre choix, et aussi de votre emploi du temps, un film qui a repris sa liberté, et donne à la notion de spectacle quelque chose de vétuste et de puéril, avec ce que ces mots peuvent contenir de marge inappréciable. » Robert Benayoun, « Les Volets de fer de Boro-Boro ».

 


Retour Haut de page