Accueil » Films » Année 1957 » » Description générale

Le Septième Sceau TP

Vous aimez ce film, notez le !
Personne n'a encore voté pour ce film !
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Det sjunde inseglet
Fiche mise à jour le 09/10/2018
Classification : Tous publics
Année de production : 1957
Réalisé par : Ingmar Bergman
Date de sortie : 11 décembre 1957
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Carlotta Films 
Distributeur international : non renseigné
Durée : 97 minutes
Origine(s) : Suède 
Genre(s) : Drame 
Pellicule : noir et blanc
Format de projection : 1.37
Format son : Mono
Visa d'exploitation : 20642
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
76%
Synopsis :
De retour des croisades, un chevalier rencontre la Mort en chemin. Il lui propose une partie d’échecs afin de retarder l’échéance fatidique et trouver des réponses à ses questionnements sur la foi. Entre-temps, le chevalier et son écuyer vont faire la rencontre de plusieurs personnages intrigants, entre une famille de troubadours et une horde de dévots fanatiques…

Vos commentaires et critiques :

Le_Septieme_sceau

De son éducation religieuse très stricte, Ingmar Bergman garde l’image de son père, pasteur luthérien, prêchant avec ferveur parmi ses fidèles dans son église de province. En effet, la foi est depuis toujours un thème qui intrigue le jeune Ingmar. Avec Le Septième Sceau, il décide d’approfondir son questionnement en contant la quête mystique d’un chevalier au temps des croisades. Ce film est, selon le cinéaste, « une allégorie dont le thème est fort simple : l’homme, sa recherche éternelle de Dieu, avec la mort pour seule certitude. » Le point de départ du Septième Sceau est à la fois spirituel et esthétique ; Bergman part d’un psaume tiré de l’Apocalypse selon saint Jean – qui donne notamment son nom au film – et d’une peinture du Suédois Albertus Pictor intitulée La Mort jouant aux échecs. La quête métaphysique du héros se pare alors d’une esthétique très médiévale, aux confins du fantastique, à travers une succession de tableaux de genre. Le Septième Sceau met en scène toute une galerie de personnages qui font part au héros de leur point de vue sur la mort et l’existence. Pour incarner les personnages, le cinéaste fait appel à sa troupe d’acteurs fidèles – Gunnar Björnstrand, Bibi Andersson – et le grand Max von Sydow, alors seulement âgé de 28 ans, dont ce sera la première collaboration avec Bergman – ils tournèrent au total 12 films ensemble. Prix spécial du Jury au Festival de Cannes en 1957, ce dix-septième film de Bergman, alors au sommet de sa gloire, figure parmi les plus grands chefs-d’œuvre du cinéma mondial.


Retour Haut de page