Accueil » Films » Année 2018 » » Description générale

Ma vie avec John F. Donovan TP

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 16,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : The Death and Life of John F. Donovan
Fiche mise à jour le 31/03/2019
Classification : Tous publics
Année de production : 2018
Réalisé par : Xavier Dolan
Date de sortie : 13 mars 2019
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Mars Films 
Distributeur international : Séville International 
Durée : 123 minutes
Origine(s) : Canada Royaume-Uni 
Genre(s) : Drame 
Pellicule : couleur
Format de projection : Scope
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : 150510
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
Dix ans après la mort d’une vedette de la télévision américaine, un jeune acteur se remémore la correspondance jadis entretenue avec cet homme, de même que l’impact que ces lettres ont eu sur leurs vies respectives.

Vos commentaires et critiques :

Ma_vie_avec_John_F._Donovan

Ma vie avec John F. Donovan, nouveau petit bijou du prodige Xavier Dolan, est son premier film anglophone. En deux parties séparées d'une dizaine d'années, Dolan nous raconte l'histoire qui aurait pu être autobiographique du jeune Rupert Turner, 11 ans et vivant à Londres au début de l'intrigue, qui entretient pendant plusieurs années une correspondance amicale avec l'acteur de séries américain John F. Donovan, jusqu'à sa mort mystérieuse. Dans le présent du film, dix ans plus tard donc, Rupert, devenu à son tour acteur, répond à une journaliste à l'occasion de la publication de sa correspondance avec John F.Donovan. Et nous découvrons son histoire au cours de flash-back successifs…
Rupert, alors enfant acteur, est déjà venu à New York avec sa mère. Dans l'hôtel où ils sont descendus, il attend avec une impatience insoutenable une lettre, un signe de son ami et idole John F Donovan, qu'il va peut-être enfin rencontrer. C'est alors qu'il apprend à la télévision la découverte du corps sans vie de l'acteur et cette nouvelle lui brise le cœur. La suite du film, à travers le récit de Rupert adulte, revient sur ces deux vies parallèles séparées par l'Atlantique. Si le film est aussi bouleversant, c'est que la personnalité du jeune réalisateur québécois se retrouve tout autant dans le personnage de Rupert que dans celui de John F. Donovan. Dolan fut comme Rupert un enfant acteur (il joua dans des publicités puis dans des séries), probablement incompris de ses camarades, déjà moqué pour son univers imaginaire et son attirance naissante pour les garçons. Parallèlement le destin de John.F.Donovan, héros de série adulé des jeunes fans et du petit milieu de Hollywood, obligé de simuler sa vie au point d'épouser pour de faux sa meilleure amie pour dissimuler ses passions homosexuelles, mentant à ses fans, à sa propre famille et à lui même, est celui qu'aurait pu connaître Dolan s'il n'avait pas choisi d'assumer son statut si particulier et sa singularité.
Pour construire et incarner ce récit fascinant, d'un romantisme échevelé, à l'émotion contagieuse, Dolan a réuni un casting hors normes, en premier lieu Kit Harington, le John Snow adoré des fans de la série Game of Thrones, parfait collage en acteur de séries tourmenté, miné par l'obligation qui lui est faite de correspondre à son image publique. À ses côtés, Natalie Portman est magnifique dans le rôle de la mère de Rupert, actrice frustrée qui reporte sur son fils ses aspirations : Dolan, roi du mélo, lui offre une grandiose scène grandiose sur la chanson Stand by Me ; et puis Kathy Bates, géniale en agent de stars à la fois cynique et attachante, Susan Sarandon en mère mûre colérique et alcoolique, personnage typiquement dolanien, et enfin le jeune Jacob Tremblay, étonnamment sobre et pourtant expressif.
Plus « classique », plus économe que les précédents films de Dolan en prouesses de mises en scène pour mieux se concentrer sur le récit, Ma vie avec John F. Donovan ajoute une pierre, plus polie, aux arêtes moins vives, à une œuvre en construction, profondément personnelle et touchante.


Retour Haut de page