Accueil » Films » Année 2004 » » Description générale

Memories of Murder TP

Vous aimez ce film, notez le !
Personne n'a encore voté pour ce film !
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Salinui chueok
Fiche mise à jour le 21/06/2017
Classification : Tous publics
Année de production : 2004
Réalisé par : Bong Joon-ho
Acteurs principaux : Song Kang-ho, Kim Sang-kyeong, Kim Loi-ha
Date de sortie : 23 juin 2004
Date de reprise : 05 juillet 2017
Distributeur France : Les Bookmakers/La Rabbia 
Distributeur international : CJ Entertainment 
Durée : 130 minutes
Origine(s) : Corée du Sud 
Genre(s) : Thriller 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.85
Format son : Dolby DTS
Visa d'exploitation : 109829
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
74%

Synopsis :
En 1986, dans la province de Gyunggi, le corps d'une jeune femme violée puis assassinée est retrouvé dans la campagne. Deux mois plus tard, d'autres crimes similaires ont lieu. Dans un pays qui n'a jamais connu de telles atrocités, la rumeur d'actes commis par un serial killer grandit de jour en jour.Une unité spéciale de la police est ainsi créée dans la région afin de trouver rapidement le coupable. Elle est placée sous les ordres d'un policier local et d'un détective spécialement envoyé de Séoul à sa demande. Devant l'absence de preuves concrètes, les deux hommes sombrent peu à peu dans le doute...

Vos commentaires et critiques :

Memories_of_Murder

Pas de doute, dans le domaine du cinéma de genre qui fut jadis la chasse gardée du cinéma américain, les Coréens sont devenus des maîtres et battent à plate-couture leurs concurrents yankees. Que tous ceux qui sont définitivement découragés par les énièmes avatars poussifs des serial killers et autres super flics hollywoodiens viennent jeter un œil à ce Memories of Murder : ils seront sidérés par l’énergie, par le souffle, par l’audace, par la liberté d’un film qui saisit, qui captive, qui surprend, qui fait confiance à l’intelligence, et même à l’intuition de ses spectateurs. Le film est évidemment noir, il peint avec une rage explosive, qui va parfois jusqu'à la farce grotesque, la violence et les côtés obscurs de l’âme humaine, il touche du doigt l’effroi et le désespoir, il explore les territoires de la douleur, de la haine et de l’impuissance, mais il en émane pourtant une clarté étrange, un sentiment de foi absolue en l’humanité, une croyance malgré tout en un possible apaisement, une sorte de poésie dévastée. Grand film, décidément…
Entre 1986 et 1991, dans une petite ville près de Séoul et dans un rayon de seulement deux kilomètres, un tueur en série viole et assassine dix femmes. La plus âgée est une grand-mère de 71 ans, la plus jeune une écolière de 13 ans. Seuls point communs : toutes les victimes portent du rouge et les crimes ont toujours lieu un jour de pluie.
C’est la police locale qui est chargé de l’enquête et, privée de moyens, inexpérimentée dans ce genre d’affaires, ignorante des techniques modernes de recherche et de profilage, elle est vite dépassée par les événements. Entre le détective Park, persuadé de pouvoir deviner la vérité rien qu’en scrutant les suspects au fond des yeux, et son collègue Cho, adepte du coup de talon comme méthode imparable d’interrogatoire, les recherches s’égarent sur de multiples fausses pistes…
Fabrication de preuves, bavures, aveux forcés, recours au chamanisme, tous les moyens sont bons pour arrêter un coupable. Le détective Park n’hésite d’ailleurs pas à changer son bureau de place afin de favoriser les ondes positives.
L’arrivée de Seo, jeune policier ambitieux de Séoul, rompu à des méthodes d’investigation plus scientifiques, devrait apporter une aide salutaire, mais elle est ressentie comme une intrusion par ses collègues, qui se méfient du flic de la grande ville, taciturne et hautain.
La police s’enfonce donc dans une logique absurde, et le sanglant parcours du meurtrier continue…
Le scénario du film est inspiré d’un fait divers réel, qui frappa durablement l’opinion coréenne (Memories of Murder a d’ailleurs remporté un énorme succès en Corée). Le réalisateur Bong Joon-ho en donne une vision à la fois hyper-réaliste et complètement décalée, jouant à fond sur l’opposition entre le poids du drame qui se joue et le comportement erratique des humains. Les policiers en particulier, accablés par l’horreur, épouvantés par l’importance de leur mission, s’agitent souvent en pure perte, pantins dérisoires d’une tragédie qui les dépasse. On peut penser à Shakespeare : « une histoire pleine de bruit et de fureur, contée par un idiot et qui ne veut rien dire ». Du fait divers, le film tire sa sécheresse, sa franchise brutale, son refus des rebondissements faciles et des dénouements trop bien ficelés. De la tradition Shakespearienne, il hérite la richesse du récit, la profondeur des enjeux, la complexité des passions humaines et les frayeurs qu’il fait résonner en nous.


Retour Haut de page