Accueil » Films » Année 2016 » » Description générale

Les Garçons sauvages

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 13,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Les Garçons sauvages
Fiche mise à jour le 09/04/2018
Année de production : 2016
Réalisé par : Bertrand Mandico
Date de sortie : 28 février 2018
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : UFO Distribution 
Distributeur international : Ecce Films 
Durée : 110 minutes
Origine(s) : France 
Genre(s) : Fantastique 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.66
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : 143313
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
79%
Synopsis :
Début du XXe siècle sur l’île de la Réunion, cinq adolescents de bonne famille, épris de liberté et d'occultisme, commettent un crime sauvage. Ils sont repris en main par un capitaine, le temps d'une croisière répressive sur un voilier. Les garçons se mutinent. Ils échouent sur une île sauvage où se mêlent plaisir et végétation luxuriante. La métamorphose peut commencer…

Vos commentaires et critiques :

Les_Garcons_sauvages

Début du XXe siècle. Cinq garçons de bonne famille se comportent comme des sauvages et commettent d’odieux crimes. Afin de les discipliner, un capitaine les reprend en main le temps d’une croisière à bord d’un voilier. Les garçons sauvages accostent alors sur une île mystérieuse qui semble leur avoir jeté un sort étrange...
Tourné à La Réunion, Les Garçons sauvages, premier long métrage de Bertrand Mandico, conjugue histoires fantastiques, histoires de genre et de sexualité à déconditionner. Un bijou queer en noir et blanc et en couleur à mi-chemin entre Orange mécanique de Kubrick et Goto, île d’amour de Walerian Borowczyk.


Retour Haut de page