Accueil » Films » Année 2015 » » Description générale

Nahid

Vous aimez ce film, notez le !
Personne n'a encore voté pour ce film !
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Nahid
Fiche mise à jour le 13/02/2016
Année de production : 2015
Réalisé par : Ida Panahandeh
Date de sortie : 24 février 2016
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Memento Films 
Distributeur international : Noori Pictures 
Durée : 105 minutes
Origine(s) : Iran 
Genre(s) : Drame 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.85
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : non renseigné
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
74%

6,6/10
(369 votes)
Imdb
3
3,6/5
(213 votes)
Allociné
3
Synopsis :
Nahid, jeune divorcée, vit seule avec son fils de 10 ans dans une petite ville au bord de la mer Caspienne.
Selon la loi iranienne, la garde de l'enfant revient au père mais ce dernier a accepté de la céder à son ex femme à condition qu'elle ne se remarie pas.
La rencontre de Nahid avec un nouvel homme qui l'aime passionnément et veut l'épouser va bouleverser sa vie de femme et de mère.

Vos commentaires et critiques :

NahidPour faire référence à un film iranien qui a connu un succès retentissant, on peut sans tricher dire que Nahid s'inscrit dans la droite ligne de Une séparation, d'Ashgar Farhadi (disponible en Vidéo en Poche, ainsi que trois autres de ses films iraniens). Dans Une séparation, on suivait le divorce douloureux et contrarié de Nader et Simin, une rupture dans laquelle venait interférer le combat de Reza, une femme de ménage accusant Nader de l'avoir violemment bousculée au point de compromettre sa grossesse. Cette femme de ménage était incarnée par une actrice exceptionnelle, Sareh Bayat, qui tient justement le rôle principal de Nahid ! Mais contrairement au film de Farhadi, où les personnages principaux appartenaient à un milieu plutôt aisé, Nahid est une jeune mère divorcée qui vit dans un petit port de la mer Caspienne et se débat pour sa survie quotidienne grâce à un petit travail de secrétariat. Elle se démène aussi pour avoir la garde de son fils au comportement difficile. Il faut dire que le père de l'enfant est un homme paradoxal, joueur invétéré et toxicomane irresponsable mais toujours amoureux de son ex-épouse et père aimant envers et contre tout… C'est la complexité des situations, ainsi que les sentiments contradictoires des personnages qui font la richesse du film. Étrangeté de la loi iranienne : Nahid peut avoir la garde de l'enfant à condition de ne pas se remarier. Les choses se compliquent donc quand elle noue une relation durable avec Masoud, un élégant gérant d'hôtel qui accepte mal cette situation ubuesque et consent à se plier à une autre spécificité ubuesque de la loi : un mariage temporaire, qui permet aux intéressés de s'engager pour une heure ou quelques mois sans que cela soit inscrit dans les registres d’état civil ! Mais évidemment la chose va arriver jusqu'aux oreilles de l'ex-mari, d'autant que l'orgueil de Masoud supporte de plus en plus mal cette vie de secret. La jeune réalisatrice Ida Panahandeh décrit à merveille les déchirements de Nahid, qui sont probablement ceux de bien des femmes divorcées en Iran, dénonçant au passage l'hypocrisie et le piège du mariage temporaire : Nahid est avant tout une mère courage prête à tout pour son enfant qui ne lui en est pas forcément reconnaissant, mais c'est aussi une amante passionnée qui aimerait vivre pleinement son amour, et parfois enfin une ex-épouse compatissante, qui sait que son ex-mari n'est pas seulement un monstre irresponsable. Sans compter qu'elle n'est pas complètement insensible à la flamme qu'il a toujours pour elle… Dans ce rôle à multiples facettes, Sareh Bayat est magnifique. Ida Panahandeh, dont c'est la première fiction après plusieurs documentaires, a choisi de tourner son film en automne, dans l'atmosphère nuageuse et grise des bords de la mer Caspienne, au Nord de l'Iran. Elle a trouvé là le cadre parfait pour son très sensible et brillant théâtre des sentiments et des regrets. Une nouvelle grande réalisatrice iranienne est née…


Retour Haut de page