Accueil » Films » Année 2017 » » Description générale

Another Day of Life TP

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 15,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Jeszcze dzień życia
Fiche mise à jour le 11/01/2019
Classification : Tous publics
Année de production : 2017
Réalisé par : Raúl de la Fuente, Damian Nenow
D'après l'oeuvre originale de : - Ryszard Kapuściński
Date de sortie : 23 janvier 2019
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Gebeka Films 
Distributeur international : Indie Sales 
Durée : 85 minutes
Origine(s) : Pologne Espagne 
Genre(s) : Documentaire Animation 
Pellicule : couleur
Format de projection : 2.35 Scope
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : non renseigné
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
Âgé de 43 ans, Kapuściński est un brillant journaliste. Idéaliste, l’homme défend avec ferveur les causes perdues et les révolutions. À l’agence de presse polonaise, il finit par convaincre ses supérieurs de l’envoyer en Angola. À l’aube de son indépendance dans les années 1975, le pays est alors secoué par une guerre civile sanglante. En s’embarquant dans ce voyage suicidaire au cœur de l’Angola, les convictions de Kapuściński ainsi que son rapport à son travail changent à tout jamais : parti journaliste de Pologne, il en revient écrivain.

Vos commentaires et critiques :

Another_Day_of_Life

CANNES 2018: HORS COMPÉTITION

État de siège

D’un  budget  de  6,1  M€,  Another Day of Life est composé de 75% d’animation et pour le reste d’images en prises de vues réelles. Il  s’inspire de l’expérience traumatisante vécue par le correspondant polonais Ryszard Kapuściński au cours de trois mois de la guerre civile qui a déchiré l’Angola et qu’il a relatée dans son livre D’une guerre l’autre (Éditions Flammarion, 1988) où il relate le siège de Luanda à la fin de l’été 1975, en soulignant l’absurdité de la situation. Entrepris en août 2014, ce projet ambitieux a valu à ses six artisans le prix du producteur de l’année qui leur a été décerné en mars dans le cadre de Cartoon Movie. Il associe le réalisateur polonais Damian Nenow, lauréat d’une distinction  spéciale à Annecy en 2011 pour son court métrage Paths of Hate, et le documentariste espagnol Raúl de la Fuente, couronné, quant à lui, d’un Goya en 2014 pour son court métrage  Minerita.

Passionnant, Another day of life est une immersion totale dans un pan d’histoire, un pays, un conflit, au plus près d’un reporter tellement humain qu’on le suit comme une part de nous-mêmes. Il aura fallu dix ans de travail en coproduction entre cinq pays pour parvenir à ce résultat. Entre images réelles, d'actualité, motion capture, animation, dessin… le duo de réalisateurs hispano-polonais fait feu de toutes techniques pour parvenir à ce résultat percutant.
1975… La Guerre du Vietnam finie, la guerre froide prend le relais. « Guerre froide », mais pas pour tout le monde. Tandis que l’empire colonial portugais s’effondre, les USA et l’URSS se partagent le gâteau pour mieux étendre leur influence. L’Angola, qui s’apprêtait à (re)devenir un pays indépendant après cinq cents ans de domination coloniale portugaise, n’est plus qu’un épicentre des enjeux entre les deux super-puissances. 
« Confusão ! Confusão ! » est le mot qui court sur les lèvres de tous les habitants de Luanda quand Ricardo y débarque. La vie y grouille, peu arrivent, beaucoup fuient, notamment les descendants des colons. Immédiatement on comprend combien Ryszard Kapuściński (surnommé par tous ici « Ricardo ») est dans son élément, combien l’agitation ambiante le galvanise. Avec lui on va plonger au cœur des événements, ne pas se contenter de les effleurer en surface. Nous sommes dans une capitale, dans un pays à plusieurs vitesses, dans lequel chaque parti politique est susceptible de générer des factions armées. Qui instrumentalise qui ? C’est la première question à se poser et elle donne libre cours à toutes les suppositions, des plus raisonnables aux plus délirantes : « Confusão ! ». Ici l’ambiance est épaisse et agitée, parfois torride toujours un peu glauque. Ici il y a des vilains garçons, des mauvaises filles, des anges déchus qui se réconfortent dans l’alcool. Des princesses du peuple, qui se trémoussent sur des airs endiablés, dans les musseques de la ville (équivalent des favelas brésiliennes). Ici il y a de vrais salauds, de faux amis, ou l'inverse. Entre ceux qui subissent et ceux qui jouent double(s) jeu(x), le dessous des cartes est plus que jamais douteux. Le soir venu toute cette faune métissée se retrouve un verre à la main et s’observe au travers des volutes de fumées qui s’envolent sur des airs de vieux jazz dans les boîtes fréquentées par quelques rares expatriés souvent peu recommandables. Le temps semble s’être suspendu dans une attente insupportable. Si les rares observateurs présents s’en contentent… Ricardo, lui, à l’instar de la capitale, est au bord de l’implosion. Malgré les avertissements dissuasifs, il veut aller plus loin sur le terrain, à la frontière, là où l’action se déroule vraiment, sur la piste de l’insaisissable Farrusco et de ses troupes armées qui résistent encore aux envahisseurs… Et c’est là qu’il ira !
On ressort ébouriffés de cette aventure hyperréaliste, très bien écrite, très bien décrite, captivante.


Retour Haut de page