Accueil » Films » Année 2018 » » Description générale

J'veux du soleil

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 15,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : J'veux du soleil
Fiche mise à jour le 12/04/2019
Année de production : 2018
Réalisé par : Gilles Perret, François Ruffin
Date de sortie : 03 avril 2019
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Jour2Fête 
Distributeur international : non renseigné
Durée : 76 minutes
Origine(s) : France 
Genre(s) : Documentaire 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.78
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : 150410
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
'J'ai changé les plaquettes de frein et le liquide de refroidissement. 350 € chez Norauto...' C'est parti pour un road-movie dans la France d'aujourd'hui! Avec leur humour et leur caméra, Gilles Perret et François Ruffin traversent le pays: à chaque rond-point en jaune, c'est comme un paquet-surprise qu'on ouvrirait. Qu'est-ce qui va en sortir ? Des rires ou des larmes ? De la tendresse ou de la colère ? De l'art ou du désespoir ? Les deux compères nous offrent des tranches d'humanité, saisissent cet instant magique où des femmes et des hommes, d'habitude résignés, se dressent et se redressent, avec fierté, avec beauté, pour réclamer leur part de bonheur.

Vos commentaires et critiques :

Jveux_du_soleil

J'veux du soleil ! Comme d’autres, jadis, réclamaient du pain certes, mais aussi des roses. Tout un symbole : non seulement de quoi survivre, mais aussi la beauté. Ce petit supplément d’âme qui permet de se faire une belle vie. D'emblée, le film adopte un ton sobre, d’une justesse remarquable, avançant à tâtons, ne matraquant pas son propos, n’assénant pas de certitudes. Il balaie d’un revers les clivages stériles dans lesquels les médias officiels cherchent à enliser le débat. Le film déconstruit de façon imparable le discours dominant qui paraît subitement tellement plus violent qu'un jet de pavé !
Le « gilet jaune » est devenu en quelques mois un symbole dont certains abusent tel le toréador qui agite un chiffon rouge devant le nez d’un gros benêt de taureau. Mais qui sont ceux qui l’endossent pour protester au grand jour et parfois même jusque dans l’intimité de leur appartement « au cas où » l’on sonnerait à leur porte ? Histoire d’assumer jusqu’au bout leurs choix et de les défendre fièrement. Des gros molosses ? Oui pour certains. Mais il y a aussi des mères de famille bien incapables de tordre le cou à un canard ou de molester de pauvres CRS en tenue de Dark Vador. Des pères qui n’en peuvent plus de ne pas pouvoir offrir à leurs mômes du pain, et des jeux aussi. Des jeunes qui savent déjà leur avenir tout bouché avant même d’avoir appris à vivre. Des handicapés en fauteuil qui ne sauraient rivaliser avec un fourgon blindé. On voit bien que tous ceux-là se battent à forces inégales et que s’ils ont un seul ennemi, « c’est la finance », pas les humains, pas le pauvre gars planqué derrière un uniforme. D’ici à ce que les uns et les autres pactisent, s’aperçoivent qu’on est tous embarqués sur la même galère ! Mais c’est une autre histoire…
Le film raconte tout haut ce que l’on sait ici-bas : derrière chaque gilet jaune, il y a un cœur qui bat. François Ruffin et Gilles Perret partent à la rencontre de ces histoires particulières, de ces gens normaux aux parcours différents, désormais unis par le même ras-le-bol, sous la même bannière. Avec eux, on rend visite à cette France défigurée par les zones commerciales, ses habitants qui non seulement se lèvent tôt, mais se font humilier par l’hypocrisie arrogante d’un pouvoir qui leur vomit qu’ils n’ont qu’à traverser la rue pour trouver un boulot. On part en quelque sorte à la rencontre de nous-même. Et c’est absolument réjouissant !
Les ronds-points deviennent des lieux d’échange, de dignité retrouvée, des espaces publics qu’on se réapproprie. On y recrée les agoras que les gouvernements successifs ont essayé de réduire au silence, mutilant systématiquement les lieux de convivialité, les laissant dériver en espaces marchands. C’est comme une traînée de poudre jaune au fond des cœurs, comme une lueur d’espoir. Désormais c’est l'humain avant tout, l’humain la vraie richesse. C’est la fraternité retrouvée… et c’est super émouvant.
Alors n’hésitez pas : offrez une place à vos voisins pas convaincus, à ceux qui n’osent pas s’arrêter aux ronds-points, à ceux qui croient qu’on ne peut rien y changer…


Retour Haut de page