Accueil » Films » Année 2018 » » Description générale

Je vois rouge

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 8,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Je vois rouge
Fiche mise à jour le 07/05/2019
Année de production : 2018
Réalisé par : Bojina Panayotova
Date de sortie : 24 avril 2019
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : JHR Films 
Distributeur international : Stank 
Durée : 84 minutes
Origine(s) : France Bulgarie 
Genre(s) : Documentaire 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.77
Format son : VOSTFR Bulgare, français
Visa d'exploitation : 144020
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
Après 25 ans passés en France, Bojina retourne en Bulgarie avec un soupçon vertigineux : et si sa famille avait collaboré aux services
secrets du régime communiste ?
Caméra au poing, elle embarque ses parents dans une quête effrénée qui menace de tourner à la catastrophe. Dans son obstination à trouver la vérité, elle se voit dépassée par ses propres méthodes qui ressemblent étrangement à celles du passé.
Une odyssée tragico-comique qui mélange le film d’espionnage et le film de famille.
C’est vrai comme le dit le père à sa fille la génération d’aujourd’hui aime bien fouiner dans le passé, mais la réalisatrice ne se rend pas très bien compte de l’époque bulgare communiste et ne doit en rien rougir de ses parents, ce n’étaient quand même pas des SS. Cette catharsis générationnelle, même si des exactions ont été commises sous le régime communiste, se présente en fait comme “totalitaire” et finit par ressembler aux méthodes qu’elle dénonce.

Vos commentaires et critiques :

Je_vois_rouge

Après 25 ans passés en France, Bojina retourne en Bulgarie avec un soupçon vertigineux : et si sa famille avait collaboré aux services
secrets du régime communiste ?
Caméra au poing, elle embarque ses parents dans une quête effrénée qui menace de tourner à la catastrophe. Dans son obstination à trouver la vérité, elle se voit dépassée par ses propres méthodes qui ressemblent étrangement à celles du passé.
Une odyssée tragico-comique qui mélange le film d’espionnage et le film de famille.
C’est vrai comme le dit le père à sa fille la génération d’aujourd’hui aime bien fouiner dans le passé, mais la réalisatrice ne se rend pas très bien compte de l’époque bulgare communiste et ne doit en rien rougir de ses parents, ce n’étaient quand même pas des SS. Cette catharsis générationnelle, même si des exactions ont été commises sous le régime communiste, se présente en fait comme “totalitaire” et finit par ressembler aux méthodes qu’elle dénonce.


Retour Haut de page