Accueil » Films » Année 2018 » » Description générale

Jean Vanier, le sacrement de la tendresse TP

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 15,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Jean Vanier, le sacrement de la tendresse
Fiche mise à jour le 21/12/2018
Classification : Tous publics
Année de production : 2018
Réalisé par : Frédérique Bedos
Date de sortie : 09 janvier 2019
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Jupiter Films 
Distributeur international : non renseigné
Durée : 93 minutes
Origine(s) : France 
Genre(s) : Documentaire 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.78
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : 144536
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
74%

Synopsis :
Aux côtés de mère Teresa, de l'abbé Pierre, de sœur Emmanuelle, Jean Vanier fait aujourd'hui figure de prophète dans un monde dominé par la compétition, le pouvoir et l'argent. Il a fondé les communautés de l'Arche autour de la pire des exclusions, celle dont sont victimes les personnes qui souffrent d'un handicap mental.

Vos commentaires et critiques :

Jean_Vanier_le_sacrement_de_la_tendresse

Il y a eu l’Abbé Pierre, Sœur Emmanuelle ou encore Mère Teresa, et il y a eu Jean Vanier, que la réalisatrice Frédérique Bedos compare à Gandhi, lui reconnaissant même une sorte de « Sainteté ». À l’écran, on suit, en quelques photos, Jean naissant dans une famille appartenant à l’aristocratie canadienne, faisant son entrée, à 13 ans dans la marine britannique puis canadienne. Un avenir tout tracé pourrait-on croire, sauf qu’il en sort au bout de huit ans, pour entrer dans une période de recherche intellectuelle et spirituelle, sur le sens de sa vocation. C’est là qu’il écrit une thèse de doctorat en philosophie sur le bonheur d’après Aristote, c’est là aussi qu’il fait la rencontre, dans un hôpital psychiatrique aux conditions de vie lamentables, de Raphaël Simi et Philippe Seux, tous deux atteint d’un hanicap mental. Profondément touché par la détresse des deux hommes, il décide d’acheter une petite maison à Trosly-Breuil dans l’Oise et de se consacrer à aider les handicapées mentaux et les plus faibles, « humiliés, opprimés et mis de côté ». C’est le commencement, dans une incroyable précarité, de la première communauté de l’Arche.
Le film en rend compte de façon bouleversante ; la communauté va grandir et recevoir l’aide d’assistants bénévoles, jusqu'à entraîner la création de très nombreuses autres communautés dans le monde. De Bethléem en Palestine, au cœur du conflit proche-oriental, à Calcuta en Inde, la parole est donnée aux assistants dont le dévouement impressionne.
Frédérique Bedos tend le micro aux personnes handicapées pour de savoureux moments pleins de tendresse. Elle passe aussi de longs moments en compagnie de Jean Vanier, chez lui, nous faisant goûter sa parole aussi vive que captivante, nous invitant à reconnaître les dons et les enseignements précieux qu’apportent à la société les personnes ayant une déficience intellectuelle lorsqu’elles sont accueillies et aimées. Son expérience témoigne du pouvoir de l’amour, de la vulnérabilité et réoriente notre attention sur l’« être avec » et « pour » les autres. Une expérience qui n’est pas sans rappeler une phrase de Jean-Claude Carrière dans son livre Fragilité : « Nous devons préserver notre fragilité comme nous devons sauver l’inutile. L’inutile, parce qu’il nous sauve du simple calcul productif, maître du monde. Il nous permet de nous en évader, il est notre issue de secours. La fragilité, parce qu’elle nous rapproche les uns des autres, alors que la force nous éloigne. »

Jean Vanier décède le 7 mai 2019 quelques jours après la sortie du film


Retour Haut de page