Accueil » Films » Année 1947 » » Description générale

La Dame de Shanghai -12

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 18,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : The Lady from Shanghai
Fiche mise à jour le 04/07/2015
Classification : Interdit aux moins de 12 ans
Année de production : 1947
Réalisé par : Orson Welles
D'après l'oeuvre originale de : - Raymond Sherwood (d'après le roman 'If I die before I wake')Date de sortie : 24 décembre 1947
Date de reprise : 17 juin 2015
Distributeur France : Park Circus Films France 
Distributeur international : Columbia Pictures 
Durée : 87 minutes
Origine(s) : Etats-Unis 
Genre(s) : Noir 
Pellicule : noir et blanc
Format de projection : 1.37 version restaurée 4K
Format son : Mono (Western Electric Recording)
Visa d'exploitation : 6818
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%

Synopsis :
Michael, un marin irlandais, sauve d'une agression une jeune femme, Elsa. Le mari d'Elsa lui offre d'embarquer sur son yacht pour une croisière vers San Francisco. Michael et Elsa tombent amoureux et Grisby, l'associé de Bannister, découvre cet amour. Il veut disparaître et propose à Michael cinq mille dollars pour signer un papier dans lequel il confesse l'avoir tué....

Vos commentaires et critiques :

P.[20]

Si vous n'êtes pas déjà convaincu, sachez que La Dame de Shanghai est une merveille, un diamant noir qui vous hypnotise à volonté, une toile d'araignée qui vous prend implacablement dans ses fils, tissés de la matière même de vos rêves les plus profonds, de vos sentiments les plus enfouis… La Dame de Shanghai est ce que l'on appelle un film noir – c'est même un chef d'œuvre du genre –, avec crimes, femme fatale, règlements de compte et tutti quanti. Le scénario est embrouillé et met en scène un marin, O'Hara, qui rencontre une femme sublime, Elsa, épouse d'un avocat célèbre et boiteux. L'avocat engage le marin pour le piloter lors d'une croisière sur les côtes mexicaines. C'est au cours de ce périple dans le Pacifique que se concrétise l'amour entre O'Hara et Elsa. Puis O'Hara est embarqué dans une affaire d'escroquerie à l'assurance-vie par un associé de l'avocat boiteux et célèbre. Il accepte cette sale affaire parce qu'il espère ainsi pouvoir fuir avec Elsa. Fou qu'il est… Il vient de mettre le doigt dans l'engrenage de la tromperie et du mensonge. La comédie des masques peut commencer… Un film noir réalisé par Orson Welles, c'est grandiose. C'est une plongée vertigineuse dans l'âme humaine (souvenez-vous de La Soif du mal), c'est une réflexion hallucinante sur la vérité et les apparences, c'est une tragédie morale aux implications insoupçonnables. La Dame de Shangaï, c'est aussi les cheveux courts, teints en blond platine, de Rita Hayworth (qui était alors l'épouse de Welles ; le couple se sépara peu après : voyez la fin du film, elle est forcément prophétique…). Une figure de femme immédiatement haïssable, immensément désirable : le trouble à l'état pur.

La Dame de Shanghai, c'est quelques scènes d'anthologie : le baiser devant un aquarium peuplé de poissons monstrueux, la fuite dans le quartier chinois et la dégringolade, par un toboggan, dans le palais des glaces, théâtre d'un dénouement fulgurant que vous n'oublierez jamais.


Retour Haut de page