Accueil » Films » Année 2016 » » Description générale

Isola

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 14,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Isola
Fiche mise à jour le 12/11/2017
Année de production : 2016
Réalisé par : Fabianny Deschamps
Date de sortie : 06 décembre 2017
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : La Huit Distribution 
Distributeur international : Pascale Ramonda 
Durée : 90 minutes
Origine(s) : France 
Genre(s) : Conte fantastique 
Pellicule : couleur
Format de projection : Scope
Format son : Stéréo
Visa d'exploitation : 144759
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
74%
Synopsis :
Sur une île perdue entre Afrique et Europe, Dai, une jeune chinoise enceinte, s’est échouée comme par magie. Chaque jour, elle scrute les visages des migrants qui débarquent par milliers, espérant parmi eux retrouver le père de son enfant. Tandis que le paradis insulaire se meut peu à peu en un cimetière balnéaire, Dai doit se réinventer pour survivre. Elle trouve alors refuge dans une grotte, une enclave où l’imaginaire est roi, où elle et son enfant à venir pourront peut-être résister à la violence du monde qui gronde au dehors.

Vos commentaires et critiques :

Isola

Qui est Dai, cette jeune chinoise arpentant avec ses ombrelles fleuries les rives d’Isola ? C’est sur cette île imaginaire que Fabianny Deschamps donne chair et corps à cette femme qui attend l’homme qu’elle aime et l’enfant qui naîtra de leur union ; qui se fabrique un antre, une grotte, un espace à soi. Mais sur Isola la fiction rencontre le réel. Sur ce territoire de cinéma, imaginé par la réalisatrice, accostent les bateaux de la marine italienne remplis de ceux qui risquent leurs vies pour rejoindre nos rives. Et la puissance du film permet par la fiction, de voir ces images - réelles - comme on ne les a jamais vues. La trajectoire de Dai se déploie alors avec fulgurance dans cet espace insulaire, miroir de l’enfermement de notre société. Dai s’y invente un monde à elle, avec douceur et rêverie, pour survivre. Elle prend vie, arpente les lieux où sont accueillis les réfugiés. Jamais ni ce personnage de fiction, ni la cinéaste ne s’adressent à eux et c’est là, la grande force du film, ne pas « recueillir » leurs témoignages. Ne pas archiver comme le font les autorités de façon implacable les noms, les liens, les récits. Isola nous pose la question du réel, de notre rapport à l’image, aux images de ces gens qui affluent par milliers, fuyant les guerres et la misère. Ces lieux de passage et d’accueil, une fois désertés, gardent-ils la trace de ceux qui sont venus s’y échouer ? Ont-ils même existé ? Le flux continu des images de réfugiés dans les médias, aussi dures soient-elles, ne nous les rendent pas plus réels. Et c’est la force d’Isola, de les faire exister par le cinéma, sans obscénité, et dans les yeux de Dai qui cherche dans cette foule l’homme qu’elle a perdu. L’enfant qu’elle porte est celui de nos guerres, de nos violences, l’enfant de la folie qu’il faudra aimer.


Retour Haut de page