Accueil » Films » Année 1960 » » Description générale

L'Année dernière à Marienbad TP

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 15,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : L'Année dernière à Marienbad
Fiche mise à jour le 04/10/2018
Classification : Tous publics
Année de production : 1960
Réalisé par : Alain Resnais
Date de sortie : 25 juin 1961
Date de reprise : 19 septembre 2018
Distributeur France : Tamasa Distribution 
Distributeur international : non renseigné
Durée : 94 minutes
Origine(s) : France Italie 
Genre(s) : Drame psychologique 
Pellicule : noir et blanc
Format de projection : DialyScope (version restaurée 4K)
Format son : Mono
Visa d'exploitation : 23862
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%

Synopsis :
Une soirée théâtrale dans un somptueux palace d’une ville d’eau allemande. Un homme très élégant rencontre une femme et s’efforce de la persuader que, l’année précédente, à Marienbad, elle avait promis de tout quitter pour vivre avec lui. La femme ne se souvient absolument pas d’avoir eu une telle conversation avec lui. L’homme la poursuit pourtant et la harcèle, parfois doucereux, quelquefois inquiétant. Décontenancée, elle ne sait si elle le désire, s’il la répugne, si elle lui obéira, tandis que des images tragiques d’un viol ne cessent de la hanter. Les jardins et les décors de l’hôtel sont intimement liés à sa longue quête intérieure..

Vos commentaires et critiques :

LAnne_dernire__Marienbad

Dans un palace de ville d’eau allemande, au cours d’une soirée théâtrale, un homme rencontre une femme et s’efforce de la faire se souvenir, ou de la persuader qu’un an auparavant, à Marienbad, elle lui a promis de partir avec lui.
Dans les salons de l’hôtel, dans le parc, dans la chambre de la jeune femme, il sera là, toujours insistant, persuasif, inquiétant. Et le film se déroule tantôt au présent, tantôt au passé, tantôt au futur, reprenant sans cesse le débat de l’héroïne qui lutte contre un souvenir dont elle n’est pas sûre, ou dont elle ne veut pas, ou qu’elle souhaite; tantôt l’acceptant, le repoussant, le désirant.
Un autre homme, mari ou amant, essaie de la retenir un instant… Et le labyrinthe du grand parc à la française qui l’attire, qui l’appelle…
« Il n’y a pas de solution au film. Evidemment, parmi les hypothèses qu’on peut faire, il y en a qui nous plaisent plus que d’autres. Mais l’essentiel c’est que cette possibilité de divergence d’interprétation demeure. On peut dire que c’est un film sur l’incertitude de l’amour (qu’est-ce qu’une passion, si on peut se poser tant de problèmes un an après ?) ou un film sur les univers parallèles (ces deux personnages sont peut-être parfaitement sincères et, par une sorte de détour, l’un des univers a peut-être croisé l’autre). On peut dire que c’est un film sur l’imaginaire, ou sur la persuasion, ou sur la communication.
On peut penser que c’est une vieille légende bretonne et que la mort vient chercher sa proie après un an de sursis. On peut croire que nous sommes dans un asile, ou dans une clinique, et que la femme est une véritable amnésique.
Toutes ces interprétations, toutes ces hypothèses sont également valables. Au spectateur de trouver sa propre vérité » Alain Resnais
Mais d’abord le spectateur doit se laisser aller à la beauté fascinante du film, se perdre dans les yeux de Delphine Seyrig, céder à l’envoûtement de sa voix sans pareille…


Retour Haut de page