Accueil » Films » Année 2019 » » Description générale

La Femme de mon frère

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 16,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : La Femme de mon frère
Fiche mise à jour le 30/06/2019
Année de production : 2019
Réalisé par : Monia Chokri
Date de sortie : 26 juin 2019
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Memento Films 
Distributeur international : Séville International 
Durée : 117 minutes
Origine(s) : Canada-Québec 
Genre(s) : Comédie 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.66
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : 151054
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
76%

Synopsis :
Montréal. Sophia, jeune et brillante diplômée sans emploi, vit chez son frère Karim. Leur relation fusionnelle est mise à l’épreuve lorsque Karim, dragueur invétéré, tombe éperdument amoureux d’Eloïse, la gynécologue de Sophia…

Vos commentaires et critiques :

FESTIVAL DE CANNES 201: UN CERTAIN REGARD – FILM D’OUVERTURE

Passion exclusive

Le premier long métrage de Monia Chokri a été produit par Nancy Grant et Sylvain Corbeil de Metafilms et a pour interprètes principaux Anne-Élisabeth Bossé, Patrick Hivon, Évelyne Brochu, Micheline Bernard, Magalie Lépine-Blondeau et Mani Soleymanlou. Remarquée dans Les amours  imaginaires (2010) et Laurence Anyways (2012) de Xavier Dolan, la comédienne Monia Chokri, vue récemment dans On ment toujours à ceux qu’on aime de Sandrine Dumas et bientôt dans Pauvre Georges ! de Claire Devers (sortie française le 14 juin), s’est fait remarquer comme réalisatrice avec le court métrage Quelqu’un d’extraordinaire (2013), qui lui a notamment valu un Jutra. Évoquant La femme de mon frère dans une interview accordée à l’édition québécoise du Huffington Post, elle a déclaré que “le plus difficile dans un tel projet, c’est le côté  émotif, pas le côté technique”, en précisant qu’il “faut être capable d’assumer ses choix de réalisation et de scénario. Quand on écrit, on se met à nu, ce sont toutes nos fragilités qu’on met de l’avant”. Son sujet en témoigne : écartée de l’université suite à la controverse créée par sa thèse de doctorat, Sophia doit se résoudre à demander l’hospitalité à son frère Karim. Jusqu’au moment où celui-ci tombe amoureux et où leur relation fusionnelle s’en trouve affectée.

La_Femme_de_mon_frere

Avec un peu de chance, vous allez comme moi être à la fois irrésistiblement séduit et exaspéré par Sophia, l'héroïne hors normes – et présente dans tous les plans ou presque – de cette délicieuse comédie de mœurs urbaine et très canadienne, qui n'est pourtant pas sans rappeler la verve des films de Justine Triet(Victoria et Sibyl avec Virginie Efira). Cette pétillante trentenaire québécoise, universitaire au visage aquilin et à la logorrhée inextinguible, est ce qu'on pourrait appeler une « attachiante », tant on ne sait jamais si on a envie de lui mettre des baffes ou de sourire de l'incorrigible et permanente verve acide avec laquelle elle aborde tout ce qu'elle approche.
Sophia, sur-diplômée, probablement trop intelligente et lucide pour un monde qui n'en demande pas tant, est juste une géniale inadaptée sociale, à une époque où la pensée est devenue une activité finalement handicapante à bien des égards. Dans une scène hilarante, on assiste au pugilat des membres de son jury universitaire qui règlent leurs comptes au dessus de sa tête alors qu'elle tente de soumettre sa thèse dont le thème (les continuateurs de Gramsci, philosophe marxiste italien incontournable mais oublié de l'immense majorité de la population) a peu de chances de l'aider à s'intégrer à notre monde ultralibéral. Dans l'attente d'une hypothétique chaire d'université qu'elle se fera chiper par la fille de son directeur de thèse, Sophia vivote d'un petit job dans une galerie, qu'elle accomplit avec la plus mauvaise volonté, et squatte chez son frère Karim, un garçon séduisant et sociable, son total opposé mais dont elle est inséparable, jusqu'à ce que, dixit Karim, « elle trouve un sens à sa vie ».
La vie sentimentale de la fratrie n'est par ailleurs pas franchement marquée par la stabilité, jusqu'au jour où Karim tombe sous le charme de la gynécologue venant d'avorter sa sœur (comme le dit Sophia : « quel homme a le culot de draguer le médecin qui a avorté sa sœur ? »). Un bouleversement qui va obliger Sophia à se prendre en main.
On se laisse embarquer par l'ironie et le cynisme intarissable de Sophia, qui fournit l'occasion de dialogues hilarants et d'un regard finalement tendre et amusé sur les déboires de la jolie trentenaire, notamment dans une formidable scène de famille qui tourne au cauchemar, avec des parents bien plus barrés et atypiques que ne sont les enfants, ou encore dans celle où Sophia va rencontrer contre toute attente, elle qui est persuadée qu'il faut surtout ne pas enfanter dans ce monde insupportable, UN sage femme, un de ces rares hommes qui a choisi de vouer sa vie à la maternité.
On comprend assez vite que le cynisme et le nihilisme de Sophia sont des armures, qui la protègent d'une hypersensibilité à la vie, et le film s'avère un splendide regard sur la famille et l'amour fraternel. Le récit est mené tambour battant, emballé par le jeu irrésistible de l'hilarante autant que touchante Anne-Elisabeth Bossé, découverte chez Xavier Dolan, tout comme Mona Chokri d'ailleurs, comédienne qui signe ici un premier film bourré d'envie et d'énergie.


Retour Haut de page