Accueil » Films » Année 2018 » » Description générale

Le Pape François - un homme de parole TP

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 16,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Pope Francis: A Man of His Word
Fiche mise à jour le 17/08/2018
Classification : Tous publics
Année de production : 2018
Réalisé par : Wim Wenders
Date de sortie : 12 septembre 2018
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Universal Pictures International France 
Distributeur international : Focus Features 
Durée : 96 minutes
Origine(s) : Suisse Vatican Italie Allemagne 
Genre(s) : Documentaire 
Pellicule : noir et blanc & couleur
Format de projection : Flat 1.85
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : 146937
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
76%
Synopsis :
Le 13 mars 2013, le Cardinal de Buenos Aires, Jorge Mario Bergoglio, devient le deux cent soixante sixième Souverain Pontife de l’Église Catholique. C’est le premier Pape originaire d’Amérique du Sud, le premier jésuite nommé Évêque à Rome, mais avant tout le premier chef de l’Église à avoir choisi le prénom de François d’Assise (1181-1226), un des saints catholiques les plus révérés, qui avait dédié sa vie à soulager les pauvres et éprouvait un profond amour pour la nature et toutes les créatures de la Terre qu’il considérait comme la mère suprême.

Vos commentaires et critiques :

Le_Pape_Francois_-_un_homme_de_parole

CANNES 2018: SÉANCE SPÉCIALE

Nom d’un père

C’est le Vatican qui a pris contact fin 2013 avec Wim Wenders pour lui proposer l’éventualité d’un projet autour du pape François, assorti d’une liberté de création totale et d’un libre accès à l’intégralité des archives pontificales. Le réalisateur a alors suggéré de sortir du cadre du biopic  pour établir un dialogue avec le Pape. Il explique ne s’être “pas du tout intéressé à ce qu’on pensait de lui, j’ai préféré le faire parler lui, des sujets qui lui importaient le plus, de son approche de la pauvreté à la crise actuelle des réfugiés, en passant par la détérioration de la planète et ses efforts pour promouvoir la paix entre les différentes  religions du monde”. Le tournage du Pape François - Un homme de parole s’est échelonné sur une période de deux ans. Cette coproduction entre l’Italie, la Suisse, la France et l’Allemagne, d’un budget de 1,5 M€, financée par Samanta Gandolfi Branca, Alessandro Lo Monaco et Andrea Gambetta, ainsi que David Rosier avec qui Wenders a déjà collaboré sur Le sel de la Terre, présenté à Cannes en 2014, sera distribuée dans l’Hexagone le 12  septembre par Universal Pictures International France.

Un film commandé par le Vatican lui-même à Wim Wenders... J'en connais plus d'un parmi vous chez qui la simple évocation de l'Église, ses pompes et ses œuvres, provoque une crise d'urticaire et qui s'étonnent déjà qu'on recommande et qu'on loue ce film. Certains cinéphiles, pourtant fans du cinéaste, sont prêts à renier Wenders pour avoir réalisé un documentaire où il ne cache pas être tombé sous le charme d'un pape qu'il apprécie pour son choix de rompre avec la prudence et la tiédeur habituelle de l'Église. Un pape qui choisit François d'Assise comme modèle, refuse les signes extérieurs de richesse, préfère habiter dans un endroit relativement modeste plutôt que sous les ors du Vatican, plaide la bienveillance pour tous (qui suis-je pour juger ?), prêche écologie et décroissance, fait inscrire dans le Catéchisme une condamnation claire de la peine de mort (jusqu'alors, l'Église l'admettait dans certains cas) et voit sa popularité baisser dans les sondages pour avoir rappelé sans relâche la nécessité d'accueillir les migrants, apportant dernièrement son soutien à l'Église italienne qui s'oppose de plus en plus à la politique anti-immigration de Matteo Salvini... Ce pape-là dérange l'ordre établi, certes, assurément !
Pas assez ! diront certains, mais on perçoit bien dans le film qu'au plus haut de la hiérarchie de l'institution, il énerve ferme, et les fidèles les plus conservateurs de l'église ont du mal à retenir leurs critiques, à deux doigts de remettre en cause la sacro-sainte infaillibilité papale. Quant aux chefs d'État qui défilent pour lui donner l'accolade, on voit bien qu'ils s'agacent, dans les coulisses, de ses discours sur l'immigration, l'écologie, la dictature de l'économie et les excès du libéralisme... 
Il serait néanmoins excessif de prétendre comme certains médias américains que ce pape-là est « marxiste »... Mais c'est égal, à une époque où un cynisme grinçant est devenu le style dominant, où l'individualisme et la vision à court terme sont partagés par le plus grand nombre, il est plutôt bienfaisant d'entendre le « souverain pontife » défendre comme une évidence « le bien commun », une gestion durable et économe des bienfaits de notre mère nature, suggérant aux cardinaux rassemblés de se mettre au diapason de son modèle François d'Assise en réduisant leur consommation à ce qui leur est nécessaire...
On le suit dans ses voyages, notamment en Amérique Latine, au contact direct des gens, qu'il aime toucher, qu'il aime embrasser... et il y a une chaleur sincère dans ces échanges chaleureux dont on voit bien qu'ils ne datent pas d'hier et qu'il est là comme un poisson dans l'eau.
Wenders avoue que dans ses rêves les plus fous, il n'aurait jamais imaginé faire un jour un film sur un pape... Il a fallu une conversation avec le responsable de la communication du Vatican, grand connaisseur du cinéma, pour qu'il se décide : « il ne m'a donné aucune consigne, ni sur le type de film, ni sur le concept, la production devait être indépendante, j'avais carte blanche. C'était très excitant ». Tout lui était ouvert. Plutôt qu'une biographie, il a choisi de faire le film « avec » le pape, où sa parole prend une place essentielle, directe, sans filtre, spontanée... François livre ses convictions, comme à bâtons rompus, avec un humour qu'on n'attendait pas ici, et un sens de la communication sans faille, loin du personnage imposant que la fonction évoque : n'est-il pas un des représentants de la plus grande religion du monde (on recense deux milliards et demi de chrétiens, dont la moitié de catholiques) ? Une parole qui compte même pour les mécréants qui reconnaîtront là le sceau même du bon sens paysan : « avec des films, on ne peut pas changer fondamentalement le monde, mais l'idée du monde, oui ».


Retour Haut de page