Accueil » Films » Année 2016 » » Description générale

Song to Song

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 16,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Song to Song
Fiche mise à jour le 28/07/2017
Année de production : 2016
Réalisé par : Terrence Malick
Date de sortie : 12 juillet 2017
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Metropolitan Filmexport 
Distributeur international : Filmnation Entertainment 
Durée : 129 minutes
Origine(s) : Etats-Unis 
Genre(s) : Drame 
Pellicule : couleur
Format de projection : 2.35 Scope
Format son : 5.1, 7.1
Visa d'exploitation : 146943
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
Une histoire d'amour moderne, sur la scène musicale d'Austin au Texas, deux couples - d'un côté Faye et le chanteur BV, et de l'autre un magnat de l'industrie musicale et une serveuse - voient leurs destins et leurs amours se mêler, alors que chacun cherche le succès dans cet univers rock'n'roll fait de séduction et de trahison.

Vos commentaires et critiques :

Song_to_song

N’en déplaise à la majorité de la presse le dernier film de Terrence Malick Sang to Song mérite largement le détour, ce que des critiques fatigués par une absorption massive, si massive d’ailleurs qu’on hésite à les inviter aux projections de presse, n’ont pas réussi à entrevoir dans ce chef-d’œuvre baroque et moderne qu’est Song to Song, car il n’y a pas qu’une prolifération de stars dans le film évoluant au milieu de festivals rock d’Austin dans des villas de hipsters milliardaires. Seul Télérama a compris ce que Song to Song dégage de positif dans ce merveilleux poème.
Voici quelques raisons de renouer avec Terrence Malick, pour ceux, nombreux, qui ont été déçus par un, ou deux, ou plus, de ses derniers films. Song to song, qui forme une sorte de trilogie avec À La merveille (2012) et Knight of cups (2015), est le meilleur des trois. Celui qui éclaire le mieux le travail contemporain du cinéaste. Comme un manifeste, le titre (« Chanson après chanson ») évoque, dans un style lyrique, la discontinuité des expériences humaines. Et la troupe réunie par le cinéaste frôle, cette fois, la perfection : Michael Fassbender, Ryan Gosling, Natalie Portman et Rooney Mara pour les rôles principaux, plus Cate Blanchett dans quelques scènes. Ces acteurs, à la fois sensuels et cérébraux, apportent, autrement que Ben Affleck et Christian Bale dans les deux films précédents, du trouble, de l'émotion, du vertige.
Au centre de Song to song, il y a donc un quatuor à Austin, Texas (la ville de Malick), un peu comme il y a, en littérature, Le Quatuor d'Alexandrie, de Lauwrence Durrell, sur les amours croisées de deux femmes et deux hommes. Tout un faisceau de sentiments et de désirs circule entre un ¬producteur de musique, prédateur tourmenté (Michael Fassender), des artistes inconstants, en quête d'une carrière (Rooney Mara et Ryan Gosling) et une enseignante déclassée ¬(Natalie Portman), serveuse de hasard. Un couple se forme, où l'attraction et l'ambition se mêlent inextricablement. Puis cette union devient trio, utopie érotique bientôt brisée. Des alliances se recréent ou naissent. Chacun persiste dans une quête, amoureuse et existentielle, qui lui reste en partie indéchiffrable.
La question qui taraude l'héroïne jouée par Rooney Mara est celle de son identité, de son âme, au-delà du morcellement de sa vie. Sur ce terrain de la dissolution de l'être, la mise en scène de Malick atteint des sommets, à la fois hyper fluide (par la mobilité de la caméra) et ultra fragmentée (par le découpage). Du monde particulier de la musique et de la scène à Austin, qu'il filme en documentariste (Iggy Pop et Patti Smith apparaissent dans leur propre rôle), il tire un flux d'instantanés sur les mêmes thèmes : évanescence des passions, relativité des vocations, fragilité des êtres.
Dans ce laboratoire de cinéma, où la fiction prolifère sans limites (un montage initial durait plusieurs heures), la fin a tout d'une concession (la seule) aux lois de la narration classique. De fait, elle paraît simpliste. Mais après le documentaire Voyage of time (sorti comme une météorite au printemps dernier), cosmogonie fumeuse, Song to song redonne sa place à Terrence Malick, entre inquiétude morale et exaltation des sens. — Louis Guichard


Retour Haut de page