Accueil » Films » Année 2017 » » Description générale

68, mon père et les clous

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 14,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : 68, mon père et les clous
Fiche mise à jour le 13/04/2019
Année de production : 2017
Réalisé par : Samuel Bigiaoui
Date de sortie : 01 mai 2019
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Sophie Dulac Distribution 
Distributeur international : non renseigné
Durée : 84 minutes
Origine(s) : France 
Genre(s) : Documentaire 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.78
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : 149106
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
Ouverte il y a 30 ans, en plein Quartier latin, la quincaillerie de mon père est un haut lieu de sociabilité. C’est aussi l’ancien terrain de jeu de mon enfance. Bricomonge va fermer. À l’heure de l’inventaire et des comptes, j’accompagne mon père dans les derniers moments du magasin. Et je cherche à comprendre ce qui a amené le militant maoïste qu’il était dans les années 60-70, intellectuel diplômé, à vendre des clous.

Vos commentaires et critiques :

68_mon_pere_et_les_clous

Le monde est immense et toujours surprenant : pas une planète, pas une galaxie, pas un coin de notre terre qui, de l'infiniment grand à l'infiniment petit, ne déploie une diversité que les plus grands explorateurs, savants, docteurs en machin chose ne cessent de découvrir… Plus ils étudient ces espaces infinis, cherchent, fourrent leur nez dans tous les recoins les plus éloignés d'un univers qui ne cesse de se déployer et plus l'horizon se déplace. On le supputait déjà, depuis notre petit carré d'ignorance : plus on sait et plus on découvre que l'on ne sait rien.
Il en va de même pour le cinoche : les sources d'inspirations ne sont pas près de se tarir et plus on plonge dans l'intime et plus on flirte avec l'universel et plus le cinéma surprend par sa capacité de renouvellement. Tenez, par exemple, ce film-là, 68, mon père et les clous
C'est une petite quincaillerie qui ne paie pas de mine, en plein cœur du Quartier latin, rue Monge. On y trouve tout ce qui est nécessaire pour installer le quotidien basique d'une vie, depuis les pitons pour tableaux aux cartons pour collectionneur de papillons.
Cette boutique, où toutes sortes de destins se croisent, est d'abord un havre d'humanité : on vient s'y ressourcer, y papoter pour se changer les idées, faire le plein de chaleur humaine avec un patron qui lui non plus ne paie pas de mine, mais est une source inépuisable d'étonnement. Qu'est ce qui a pu pousser à choisir de vendre des clous, il y a 30 ans, ce sympathique Jean qui s'apprête à plier boutique ? Militant de la gauche prolétarienne, engagé jusqu'au trognon, intellectuel diplômé de partout… il aurait pu prétendre à un rôle de premier de cordée, comme dirait l'autre.
Depuis, il n'a cessé de faire de ce lieu ordinaire un point de ralliement pour une humanité de proximité aussi diverse et riche que banale, aussi anonyme qu'attachante : un boucher trotskiste, un tireur d'élite russe qui a fui son pays, une immigrée croate, une bourgeoise… De tous les milieux, de tous les pays, de tous les âges. C'est son fils qui le filme, le poursuit de questions dans les recoins de son magasin, capte les échanges sans en modifier le cours…
Dans cette boutique au bric-à-brac magique se croise l'incroyable diversité de la fourmilière humaine et les récits de vies des uns et des autres brassent avec humour quelques vérités fondamentales, racontent l'histoire d'une époque mouvante entrecoupée de drôleries et de moments d'émotion. Ici on parle cinéma, politique, bricolage, société. On y partage un café, les pâtisseries de fin de Ramadan. On y philosophe tout en brassant les petites contrariétés de base. Les meilleurs copains de Jean sont des vieux militants, intellectuels de haut vol ayant fait le choix d'une vie modeste, curieux de tout, toujours bienveillants, jamais amers. La poignée de salariés qui travaillent dans la boutique essuient une larme et racontent l'attachement au lieu, leur amitié pour Jean, le rôle qu'il a joué dans leur vie… Zora rigole : vous seriez un bon psychanalyste, revendique d'avoir le monopole du balai et son fils ironise sur son mauvais sens des affaires, le fric perdu. Les clients se désolent de voir disparaître cette caverne d'Ali Baba qui leur fournissait des clous et tant d'autres choses, escamotent leur émotion dans une pirouette.
Samuel, le réalisateur et fils de Jean, filme avec sa tête, son cœur et beaucoup de talent, le montage est vif et signifiant. Il y a de la tendresse et de la fierté quand la caméra regarde son père partir vers sa nouvelle vie, ne reniant rien de l'ancienne, une vie qui ne devait rien au hasard mais à des choix, faite de sens et nourrie de belles rencontres. Superbe !


Retour Haut de page