Accueil » Films » Année 1959 » » Description générale

Le Veuf

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 14,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Il Vedovo
Fiche mise à jour le 12/09/2017
Année de production : 1959
Réalisé par : Dino Risi
Date de sortie : 04 juin 2008
Date de reprise : 30 août 2017
Distributeur France : Les Acacias 
Distributeur international : non renseigné
Durée : 91 minutes
Origine(s) : Italie 
Genre(s) : Comédie 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.66
Format son : Mono
Visa d'exploitation : non renseigné
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
Alberto Nardi, homme d'affaires médiocre et dépensier, est marié à la riche et dominatrice Elvira.
Il apprend sa mort dans un accident de train. Mais comment cacher sa joie en ce temps de deuil ?

Vos commentaires et critiques :

Le_veuf

Comme Il MattatoreLe Veuf appartient à la première salve des comédies réalisées par Dino Risi qui méritent d’être redécouverts tant elles sont emblématiques d’un cinéma italien d’une extraordinaire vitalité en même temps que révélateurs lucides et caustiques d’une société italienne en plein boom économique mais en plein marasme moral.
Porté par un Alberto Sordi génial, le film brosse le portrait d’Alberto Nardi, hommes d’affaires raté, constructeur d’ascenseurs qui ont la fâcheuse manie de se décrocher, baratineur inlassable qui finit tout de même par lasser les plus patients de ses interlocuteurs… Et le plus rageant pour Alberto c’est que, s’il est lui-même fauché comme les blés, il a sous la main une épouse pleine aux as, Elvira, rejetonne d’une famille de la très grande bourgeoisie. Le malheur, c’est qu’Elvira est loin d’être une imbécile et qu’elle sait depuis longtemps à quoi s’en tenir quant aux capacités entrepreneuriales de son lamentable époux, qu’elle méprise ouvertement. Résultat pratique : il ne faut pas compter sur elle pour mettre une lire dans les ascenseurs Nardi en chute libre… 
Alors Alberto essaie de donner le change, plastronne, baratine, fait le vieux beau en entretenant une plate liaison avec une jeunette ravissante… Et quand il s’oublie, Alberto se laisse à espérer devenir veuf, donc riche héritier… Et c’est là que les circonstances vont lui jouer un sacré tour de cochon…


Retour Haut de page