Accueil » Films » Année 2011 » » Description générale

Les Lyonnais -12

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 12,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Les Lyonnais
Classification : Interdit aux moins de 12 ans
Année de production : 2011
Réalisé par : Olivier Marchal
Date de sortie : 30 Novembre 2011
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : non renseigné
Distributeur international : Gaumont Distribution 
Durée : 102 minutes
Origine(s) : France 
Genre(s) : Drame Policier 
Pellicule : couleur
Format de projection : non renseigné
Format son : non renseigné
Visa d'exploitation : 126313
Budget : 15 000 000 euros
Site officiel : les-lyonnais.gaumont.fr
Indice Bdfci :
79%

3,9/5
(4 444 votes)
Allociné
3
Synopsis :
De sa jeunesse passée dans la misère d'un camp de gitans, Edmond Vidal, dit Momon, a retenu le sens de la famille, une loyauté sans faille, et la fierté de ses origines. Il a surtout conservé l'amitié de Serge Suttel. L'ami d'enfance avec qui il a découvert la prison à cause d'un stupide vol de cerises. Avec lui, inexorablement il a plongé dans le grand banditisme, et connu l'apogée du gang des Lyonnais, l'équipe qu'ils ont formée ensemble et qui a fait d'eux les plus célèbres braqueurs du début des années soixante dix. Leur irrésistible ascension prend fin en 1974, lors d'une arrestation spectaculaire. A l'approche de la soixantaine, Momon tente d'oublier cette période de sa vie. Sa rédemption, il l'a trouvée en se retirant des affaires. En prenant soin de Janou, son épouse, qui a tant souffert à l'époque et de ses enfants et petits enfants, tous respectueux, devant cet homme aux valeurs simples et universelles, lucide et pétri d'humanité. A l'inverse de Serge Suttel, qui malgré le temps n'a rien renié de son itinéraire.

Retour Haut de page