Accueil » Films » Année 1995 » » Description générale

Les Anges déchus

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 16,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Fallen Angels
Fiche mise à jour le 04/11/2017
Année de production : 1995
Réalisé par : Wong Kar-wai
Date de sortie : 05 Mars 1997
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : ARP Sélection 
Distributeur international : Kino International 
Durée : 99 minutes
Origine(s) : Chine 
Genre(s) : Drame 
Pellicule : noir et blanc & couleur
Format de projection : 1.85
Format son : Mono
Visa d'exploitation : 91340
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
76%

Synopsis :
Un tueur à gages en a assez de tuer. Une jeune femme lui sert d'agent et rêve qu'il tombe amoureux d'elle. Une jeune fille veut se venger d'un amour déçu. Une jeune femme guette le grand amour. Un garçon muet déambule dans les rues. Les anges déchus qui errent dans Hong-Kong la nuit sont romantiques, insomniaques et survoltés.

Vos commentaires et critiques :

Les_Anges_dechus

À l’origine, Chungking Express devait raconter trois histoires : celle de la femme à la perruque blonde, celle de la femme brune et celle du tueur. Wong Kar-wai choisit, afin de réduire la durée du film, de retirer l’histoire du tueur qui devient ici le point de départ des Anges déchus.
À l’image du précédent film, Les Anges déchus a une structure narrative éclatée, où les histoires parallèles finissent par s’entrecroiser. Le cinéaste filme des êtres désenchantés, isolés chacun dans sa bulle au milieu d’une ville grouillante et saisit la désintégration des liens humains. Plus qu’il ne conte une histoire, il capte des moments, des instants, le baroud d’honneur de personnages inadaptés.
Wong Kar-wai pousse plus loin encore sa recherche visuelle et graphique et joue avec le temps : mouvements décomposés, accélérés ou ralentis, objectif grand angle, déformation, montage cut… Avec des images qui semblent issues de caméra de surveillance et des espaces confinés, l’ambiance est claustrophobique et l’atmosphère oppressante. La mise en scène de Wong Kar-wai semble être son seul vocabulaire.
Les Anges déchus est un film mystérieux, excitant, poignant, particulièrement ambitieux et d’une extrême modernité. Une fantasmagorie macabre à la beauté mélancolique.
« Le ralenti ou l’extrême accélération, la décomposition des mouvements, le recours aux forts contrastes lumineux participent ici d’une chorégraphie très concertée sous les apparences d’une grande liberté, porteuse d’une impressionnante énergie. Ces procédés ne visent pas à une sorte de hold-up sensoriels immédiats sur lesquels fonctionnent tous les petits artificiers de l’imagerie à l’esbroufe. Ils relèvent d’une conception d’ensemble où ils entrent en résonance avec une richesse subtile et sensorielle. » (Jean-Michel Frodon, Le Monde, 6 mars 1997)


Retour Haut de page