Accueil » Films » Année 2016 » » Description générale

Pas comme des loups

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 13,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Pas comme des loups
Fiche mise à jour le 27/04/2017
Année de production : 2016
Réalisé par : Vincent Pouplard
Date de sortie : 12 avril 2017
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Vendredi Distribution 
Distributeur international : non renseigné
Durée : 60 minutes
Origine(s) : France 
Genre(s) : Documentaire 
Pellicule : couleur
Format de projection : 16/9
Format son : 5.1
Visa d'exploitation : non renseigné
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
Roman et Sifredi ont à peine 20 ans. Ils sont en mouvement, comme leur identité, entre exclusion et marginalité. Dans des lieux secrets, souterrains, squats, lisières de bois, sous des ciels nuageux ou des néons à faible tension, ils inventent leur vie, leur langage et leurs codes.

Vos commentaires et critiques :

Pas_comme_des_loups

Roman et Sifredi, les jumeaux, eux ce sont le noyau. Et autour, quelques potes. Marginaux, sauvages, vivant aux abords des villes, presque dans la forêt. Aujourd’hui, avec cette volonté de tout catégoriser, on dirait que ce sont des « jeunes en rupture ». Mais ce serait faire l’économie de leurs belles personnes que le film rend manifestes. Leur corps musclé, leur visage d’indomptés qui n’oublient pas la douceur crèvent l’écran. Et plus que des corps, ce sont aussi des mots – à travers le rap ou de simples conversations où chaque parole compte – puisqu’ils ont fait de la langue française leur rapport au monde et à cette société lointaine à laquelle ils n’appartiennent pas. Et cherchant absolument à se définir par les mots, ils en concluent que s’ils ne seront jamais « quelqu’un », ils seront toujours « libres ». Et on y croit


Retour Haut de page