Accueil » Films » Année 2017 » » Description générale

Blade Runner 2049 3D

Vous aimez ce film, notez le !
La note moyenne actuelle est de 18,00 pour 1 vote(s)
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : BLADE RUNNER 2049
Fiche mise à jour le 08/10/2017
Année de production : 2017
Réalisé par : Denis Villeneuve
D'après l'oeuvre originale de : - Philip K. Dick (Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?)
Acteurs principaux : Ryan Gosling, Ana de Armas, Dave Bautista
Date de sortie : 04 octobre 2017
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Sony Pictures Releasing France 
Distributeur international : Columbia Pictures Warner Bros. Pictures 
Durée : 163 minutes
Origine(s) : Etats-Unis 
Genre(s) : Science-fiction 
Pellicule : couleur
Format de projection : 2.35 Scope (3D dans certaines salles)
Format son : Dolby Atmos,Auro 11.1,DTS
Visa d'exploitation : 146469
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
76%
Synopsis :
Trente ans après les événements du premier film, l’officier K, un jeune Blade Runner de la police de Los Angeles, découvre un secret enfoui depuis longtemps qui pourrait plonger ce qui reste de la société dans le chaos. Cette révélation l’amène à rechercher Rick Deckard, un ancien Blade Runner porté disparu…

Vos commentaires et critiques :

Blade_Runner_2049

Trente-cinq ans après Ridley Scott, Denis Villeneuve prend les commandes du film futuriste culte Blade Runner. Ryan Gosling rejoint Harrison Ford et déclare une guerre féroce aux humanoïdes « replicants ». Le film se déroule à Los Angeles en 2049, trente ans après les événements du premier volet. La situation écologique s’est dramatiquement dégradée, les eaux de la mer menacent de submerger Los Angeles et les habitants qui n’ont pas eu la chance de partir pour les colonies installées dans l’espace sont condamnés à survivre grâce aux aliments génétiquement modifiés générés par la compagnie Wallace. Le propriétaire de ladite compagnie, Niander Wallace (Jared Leto), est un riche scientifique idéaliste et visionnaire qui a profité de sa fortune pour créer un nouveau modèle de replicant – le Nexus-9, plus obéissant et plus facile à contrôler – qu’il a réintroduit dans la société. C’est dans ce contexte apocalyptique que nous rencontrons l’officier K (Ryan Gosling), un jeune Blade Runner (policier d’une unité spéciale) en possession d’un secret « capable de plonger le restant de la société dans le chaos », qui recherche avec véhémence Rick Deckard (Harrison Ford), ancien Blade Runner porté disparu depuis sa fuite avec la réplicante Rachel... Le fait que Deckard soit toujours en vie si longtemps après les événements de Blade Runner relance quant à lui le débat sur la nature du personnage : s’il est vraiment un replicant – un doute que laissait clairement planer la fin du premier volet dans la version « director’s cut » de 1992 – comment peut-il être encore en vie bien au-delà de la date d’expiration de quatre ans habituellement fixée aux androïdes ? Que Denis Villeneuve ait choisi ou non de lever ce mystère, nous attendons avec impatience la première de ce bulldozer cinématographique déjà plein de folles promesses !
Le premier Blade Runner était librement inspiré du roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques? de Philip K. Dick.
Avec la suite, on pousse encore plus loin la complexité des personnages imaginés au départ. Ces réplicants, humanoïdes plus humains que les humains, nous font rêver d'un monde sombre. Ce nouveau cauchemar est encore plus réel que l'original. Dès les premières secondes, ce Blade Runner 2049 nous plonge lentement mais sûrement dans un monde intense, puissant et souvent violent. Denis Villeneuve s'est fait une fierté de veiller aux ambiances sonores dès le début du tournage, et non à la fin comme on le fait si souvent au cinéma. Les planchers craquent, les murs éclatent et on éventre avec délicatesse. Chaque image a été visiblement filmée avec passion par l'un des meilleurs directeurs de la photographie, Roger Deakins, qui, une fois de plus, se surpasse. Plusieurs scènes ont été imaginées en tableaux, peints avec des tons d'orange et d'ocre. Puis il y a ce noir urbain enrobé de néons, un poème en soi.Le long métrage a bénéficié d'un budget de 200 millions de dollars américains et de près de 120 jours de tournage en Hongrie. Il faut saluer le courage de Denis Villeneuve, qui s'est fié à sa caméra plutôt qu'à des ordinateurs pour créer ce monde de rêves. Les décors sont réels et le jeu des acteurs en sort gagnant. Si Harrison Ford est à la hauteur, c'est Ryan Gosling qui vole la vedette. e rythme est lent, parfois trop, dans ce film de deux heures et quarante minutes. Un souhait du réalisateur qui, visiblement, s'est éloigné du simple divertissement pour nous faire vivre une véritable expérience cinématographique.
On ne va pas voir ce film pour s'amuser, mais pour le vivre.
BLADE RUNNER 2049 est un chef-d'œuvre.


Retour Haut de page