Accueil » Films » Année 1999 » » Description générale

History is Made at Night

Vous aimez ce film, notez le !
Personne n'a encore voté pour ce film !
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : non renseigné
Fiche mise à jour le 15/05/2017
Année de production : 1999
Réalisé par : Ilka Jarvilaturi
Acteurs principaux : Bill Pullman, Irène Jacob, Bruno Kirby
Date de sortie : non renseignée
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : non renseigné
Distributeur international : non renseigné
Durée : 95 minutes
Origine(s) : Etats-Unis France Allemagne Finlande Grande-Bretagne 
Genre(s) : Action Romance 
Pellicule : couleur
Format de projection : non renseigné
Format son : non renseigné
Visa d'exploitation : non renseigné
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
63%
Synopsis :
Harry Hove (Bill Pullman ; Le coupable), un agent aguerri de la CIA âgé d'une quarantaine d'années, tente d'oublier ses années de service et souhaite devenir le propriétaire d'une boîte de jazz à Helsinki. Natasha Scriobina (Irène Jacob ; L'affaire Marcorelle), une jeune et ambitieuse recrue du KGB, cherche quant à elle à s'imposer dans cette organisation tombée en désuétude en Russie.Cependant, sa mission qui consistait à espionner Harry s'est transformée en une passion amoureuse. Une relation intense et interdite est née entre eux, mais elle est de courte durée, car Dave (Glenn Plummer ; Speed), un nouvel agent de la CIA avide de promotion, vient de débarquer à Helsinki.Le but de sa mission est d'intercepter une bande encodée contenant des secrets d'Etat. Chaque personne ayant été en sa possession a été tuée. Pour Natasha, cette bande pourrait bien être son billet de sortie du KGB et son droit d'accès au rêve américain.

Retour Haut de page