Accueil » Films » Année 1949 » » Description générale

Le Duel silencieux

Vous aimez ce film, notez le !
Personne n'a encore voté pour ce film !
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Shizukanaru ketto
Fiche mise à jour le 29/08/2017
Année de production : 1949
Réalisé par : Akira Kurosawa
Date de sortie : 13 mars 1949
Date de reprise : 13 septembre 2017
Distributeur France : Films sans Frontières 
Distributeur international : non renseigné
Durée : 95 minutes
Origine(s) : Japon 
Genre(s) : Drame 
Pellicule : couleur
Format de projection : 1.37
Format son : Mono
Visa d'exploitation : 79441
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
74%
Synopsis :
Pendant la seconde guerre mondiale, Kyoji, un jeune chirurgien (Toshiro Mifune), se blesse au doigt lors d’une opération difficile où le soldat, Nakada, est sauvé. Mais ce dernier est syphilitique et Kyoji contracte la maladie qui est alors quasiment incurable… De retour à la vie civile, il ne veut pas révéler sa situation et décide de rompre avec sa fiancée qui l’a attendu pendant toute la guerre. Ni elle, ni le père de Kyoji n’arrivent pas à comprendre ses motivations. Mais quand Kyoji découvre que Nakada non seulement ne se soigne pas mais a contaminé sa femme, la lutte intérieure, le « duel silencieux » qu’il livre entre son désir et son devoir va prendre des proportions insoutenables….

Vos commentaires et critiques :

Le_duel_silencieux

C’est comme un bon cognac. Un inédit de Kurosawa ça se savoure. Surtout quand il s’agit d’un drame où le grand maître du cinéma japonais met en scène Mifune Toshiro (Les Sept Samouraïs, Yojimbo…) dans le rôle d’un médecin atteint d’une maladie presque incurable, avec tout le talent qu’on lui connaît. À déguster en connaisseur.


Retour Haut de page