Accueil » Films » Année 1982 » » Description générale

Le Secret de Veronika Voss

Vous aimez ce film, notez le !
Personne n'a encore voté pour ce film !
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Die Sehnsucht der Veronika Voss
Fiche mise à jour le 26/06/2018
Année de production : 1982
Réalisé par : Rainer Werner Fassbinder
Date de sortie : 30 juin 1982
Date de reprise : non renseignée
Distributeur France : Carlotta Films 
Distributeur international : non renseigné
Durée : 104 minutes
Origine(s) : Allemagne de l'Ouest 
Genre(s) : Drame 
Pellicule : noir et blanc
Format de projection : 1.78
Format son : Mono
Visa d'exploitation : 55706
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
75%
Synopsis :
À Munich, en 1955, la rencontre entre Robert Krohn, chroniqueur sportif, et Veronika Voss, grande star de cinéma d’avant-guerre. Un rapport de fascination et de compassion s’instaure entre Robert et l’actrice déchue. Il découvre peu à peu que Veronika vit sous l’influence du Dr Katz, femme affable qui l’approvisionne en morphine dans sa clinique privée. Robert et sa femme Henriette conçoivent un plan pour faire tomber la doctoresse…

Vos commentaires et critiques :

Le_Secret_de_Veronika_Voss

Si Maria Braun était une femme de tête qui, même prise dans la tempête de l’Histoire, savait rester maîtresse de son destin, Veronika Voss est, comme Lola la femme allemande, une victime cachée sous le masque de la femme fatale. Victime des hommes, de la bonne moralité et de l’hypocrisie de la société, de l’avidité de son entourage. Cette ancienne star de la UFA, icône du cinéma nazi, incarne un passé gênant pour l’Allemagne d’après-guerre, pleine de mauvaise conscience, mais préférant oublier ses vieux démons. Tournée en noir et blanc, cette œuvre crépusculaire est sûrement la plus mélancolique de son auteur.


Retour Haut de page