Accueil » Films » Année 1960 » » Description générale

Samedi soir, dimanche matin

Vous aimez ce film, notez le !
Personne n'a encore voté pour ce film !
Vous connaissez ce film ? Vous l'avez vu ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Titre original : Saturday Night and Sunday Morning
Fiche mise à jour le 08/10/2017
Année de production : 1960
Réalisé par : Karel Reisz
Date de sortie : 02 juin 1961
Date de reprise : 04 octobre 2017
Distributeur France : Solaris Distribution 
Distributeur international : non renseigné
Durée : 89 minutes
Origine(s) : Grande-Bretagne 
Genre(s) : Drame 
Pellicule : noir et blanc
Format de projection : 1.66
Format son : Mono
Visa d'exploitation : 24865
Budget : non renseigné
Site officiel : non renseigné
Indice Bdfci :
74%
Synopsis :
Ouvrier tourneur dans une usine de Notthingham, Arthur Seaton oublie son travail abrutissant quand arrive le week-end. Là, il partage son temps entre le pub où la bière coule à flots, le lit de son amante Brenda, une femme mariée à l'un de ses collègues et les parties de pêche. Alors qu'il vient de rencontrer une belle jeune fille, Brenda lui annonce qu'elle est enceinte de lui. Cette nouvelle bouleverse le jeune homme qui va devoir ce sortir de ce mauvais pas.

Vos commentaires et critiques :

Samedi_soir_dimanche_matin

Film-manifeste du Free Cinema britannique, Samedi soir, dimanche matin est une œuvre totalement révolutionnaire dans l'Angleterre des années 60. Car le spectateur découvre alors, stupéfait, une vision inédite du monde ouvrier. Il n'est plus ici question d'une classe sociale victime du capitalisme et inspirant la compassion : Arthur, personnage emblématique de son milieu, boit copieusement avec ses copains, sort avec une femme mariée, drague une jeune fille et, surtout, affiche une forme de détermination et d'assurance qui n'incite guère à le contrarier. Comme il le dit lui-même, "Moi, ce que je cherche, c'est à me payer du bon temps, tout le reste n'est que de la propagande !" La grande réussite de Karel Reisz, c'est d'éviter soigneusement toute psychologisation des rapports entre les personnages et de s'inscrire résolument dans un cinéma de l'action : même si ses décisions sont parfois inconséquentes, Arthur prend sa vie en main et va de l'avant. Autant dire qu'en abordant l'adultère et l'avortement sans point de vue moralisateur, le cinéaste bousculait les conventions sociales de l'époque.
Si Samedi soir, dimanche matin a autant marqué les esprits, c'est aussi parce qu'il exalte l'individualisme de la jeunesse dans une société encore profondément corsetée. Arthur apparaît ainsi comme un électron libre, désireux d'échapper au conformisme et, surtout, à l'intégration, voire à la disparition, dans le collectif. Il se démarque très nettement de la génération de son père, symbolisée par sa passivité devant l'écran de télévision, et se rebelle même contre la société dépositaire d'un ordre moral et de valeurs petite-bourgeoises qu'il a en horreur : il faut le voir tirer une balle – à blanc – sur une voisine fouineuse ou prendre la défense d'un pauvre homme contre lequel une foule haineuse s'est liguée. Partisan d'un hédonisme sans limite, Arthur se méfie de la consommation de masse et du développement rapide des logements HLM : alors que sa petite amie y voit l'espoir de meilleures conditions de vie, le protagoniste constate, avec tristesse, que c'est surtout le signe d'une urbanisation sauvage.
Formidablement moderne, Reisz distille les ingrédients du mélodrame – le poids du destin et du hasard à travers la grossesse non désirée et la rencontre fortuite à la fête foraine –, mais il en évite tous les poncifs grâce à un réalisme sans concession. C'est ainsi qu'il est constamment dans la retenue : pas d'effusion émotionnelle, ni de musique symphonique venant souligner les rebondissements de l'intrigue, ni de lyrisme dans la mise en scène. L'interprétation d'Albert Finney contribue également à ce sentiment de crudité : massif et charismatique, avec ce visage carré si particulier, il impose une présence magnétique indissociable du personnage d'Arthur. Une œuvre visionnaire et fascinante.

 


Retour Haut de page