Accueil » Personnalités » Jacques Becker » Biographie

Jacques Becker

Vous connaissez Jacques Becker ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Voir les photos de Jacques Becker sur bdfci.info
Date de naissance : 15 septembre 1906
Décédé(e) le : 21 février 1960
Réalisateur, scénariste, assistant réalisateur, acteur Jacques Becker est le père du réalisateur Jean Becker, de la scripte Sophie Becker, et enfin d'Etienne Becker, qui lui, est directeur de la photographie. Profil : Jacques Becker doit son entrée dans le monde du cinéma au réalisateur Jean Renoir. Il sera son assistant de Boudu sauvé des eaux (1932) à La Marseillaise (1937). Il est d'ailleurs toujours à ce poste lorsque Renoir réalise La Grande Illusion (1937), dans lequel Becker tient un petit rôle en sus de son travail d'assistant.Il s'exerce à la réalisation avec deux moyens métrages adaptés de Courteline, dont Le Commissaire est bon enfant avec Pierre Prévert et Jean Castanier. Après avoir été rapatrié en 1942, il sort enfin son premier long métrage, Dernier atout. Grâce à son style simple et efficace, il devient rapidement un cinéaste classique. En témoigne Goupi Mains-Rouges (1943), Casque d'or (1951) et Touchez pas au Grisbi (1953). Ce dernier connaît un énorme succès populaire. Son deuxième grand film, Le Trou (1960), aura tout juste eu le temps d'être achevé que son réalisateur disparaît à seulement 53 ans.FILMOGRAPHIE SELECTIVE : Le premier long métrage : Dernier atout (1942) Consécration : Touchez pas au Grisbi (1953)Incontournables :- Dernier atout (1942) - Goupi Mains-Rouges (1943).- Casque d'or (1951).- Touchez pas au Grisbi (1953).- Les Aventures d'Arsène Lupin (1956).- Le Trou (1960).Insolite :Ali Baba et les quarante voleurs (1954) est un des rares films français à entrer dans l'univers des Mille et une nuits. Son premier long métrage aurait du être L'or du Cristobal mais il ne le finira pas faute d'argent. Jean Stelli se serait alors permis de le finir et enfin de le signer sans son accord.
Retour Haut de page