Accueil » Personnalités » Bérénice Bejo » Biographie

Bérénice Bejo

Vous connaissez Bérénice Bejo ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Voir les photos de Bérénice Bejo sur bdfci.infoVoir les photos de Bérénice Bejo sur bdfci.infoVoir les photos de Bérénice Bejo sur bdfci.infoVoir les photos de Bérénice Bejo sur bdfci.infoVoir les photos de Bérénice Bejo sur bdfci.infoVoir les photos de Bérénice Bejo sur bdfci.info
Date de naissance : 07 juillet 1976
Bérénice Bejo est née en Argentine. Dès l'âge de trois ans, elle emménage en France avec ses parents. Miguel Bejo, son père réalisateur, l'immerge dans la culture cinématographique et lui fait prendre des cours de théâtre. Elle effectue ses premières apparitions à l'écran dans les courts métrages Pain perdu (1993) et Enceinte ou lesbienne (1996), puis interprète le personnage de Karine dans Les Soeurs Hamlet (1998) d'Abdelkrim Bahloul. Elle enchaîne alors les petits rôles dans La Captive (2000) et Passionnément (id.) avant de connaître la consécration grâce à Meilleur Espoir féminin (id.) de Gérard Jugnot. Sa prestation d'apprentie comédienne lui vaut d'être nommée au... César du Meilleur espoir féminin. Outre le cinéma, l'actrice apparaît au petit écran dans les séries françaises Alice Nevers, le juge est une femme et Sauvetage.

En 2001, la belle au charme métissé s'envole outre-Atlantique participer au tournage de Chevalier (2001) de Brian Helgeland, film moyen-âgeux pour lequel elle a décroché le rôle de Christiana, confidente de Shannyn Sossamon à l'écran. En France, on la voit jouer sous la direction de Marie-France Pisier (Comme un avion, 2002), Laurent Bouhnik (24 heures de la vie d'une femme, 2003) et Steve Suissa (Le Grand rôle, 2004 ; Cavalcade, 2005). Elle s'illustre également dans un cinéma plus intimiste, celui d'Anna da Palma (Sans elle..., 2005) et de Manuel Poirier (La Maison, 2007), avant de se tourner résolument vers la comédie comme en témoignent ses prestations aux côtés de Jean Dujardin dans OSS 117, Le Caire nid d'espions (2006), de Kad Merad dans Modern Love (2007) et de Didier Bourdon dans Bouquet final (2008). Elle s'incruste entre-temps dans le polar avec 13m² (2007) avant d'apparaître dans L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot (2009), film à mi-chemin entre documentaire et reconstitution.

L'année 2011 symbolise son goût pour les genres les plus divers : après La Traque, thriller fantastique avec Grégoire Colin et François Levantal, Bérénice Bejo crève l'écran dans The Artist, une romance muette en noir et blanc, sélectionnée au Festival de Cannes. De nouveau sous la direction de son compagnon Michel Hazanavicius, elle retrouve pour l'occasion Jean Dujardin, récompensé par le Prix d'interprétation.
Retour Haut de page