Accueil » Personnalités » Romane Bohringer » Biographie

Romane Bohringer

Vous connaissez Romane Bohringer ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Voir les photos de Romane Bohringer sur bdfci.infoVoir les photos de Romane Bohringer sur bdfci.infoVoir les photos de Romane Bohringer sur bdfci.infoVoir les photos de Romane Bohringer sur bdfci.infoVoir les photos de Romane Bohringer sur bdfci.infoVoir les photos de Romane Bohringer sur bdfci.info
Date de naissance : 14 août 1970
Fille de l'acteur français Richard Bohringer, Romane Bohringer débute adolescente dans le septième art aux côtés de son père dans le film Kamikaze en 1986. L'année de son bac, elle est engagée au théâtre par Peter Brook pour interpréter le rôle de Miranda dans La Tempête de Shakespeare, une expérience qui la détermine à devenir comédienne. Elle décroche alors le rôle douloureux de Laura en 1992 dans Les Nuits fauves de Cyril Collard. Succès-surprise, ce film lui apporte la célébrité et un César du Meilleur Espoir Féminin. Elle se fait une spécialité des personnages tourmentés, jeune fille effacée vivant par procuration dans L' Accompagnatrice de Claude Miller (1992), peintre introvertie dans Mina Tannenbaum de Martine Dugowson (1993) ou encore déséquilibrée et manipulatrice dans L' Appartement de Gilles Mimouni (1995).Forte de sa popularité, Romane Bohringer est engagée dans une grosse production européenne : Rimbaud Verlaine d' Agnieszka Holland (1995). Mais elle tourne à un rythme moins soutenu à la fin des années 1990 tout en maintenant une activité théâtrale assez dense. Elle ne quitte pas le registre du tragique dans ses films suivants de La Femme de chambre du Titanic de José Juan Bigas Luna (1997) au Petit Poucet d'Olivier Dahan et Nos enfants chéris de Benoît Cohen (2003), en passant par Rembrandt de Charles Matton (1999).
Retour Haut de page