Accueil » Personnalités » Tsui Hark » Biographie

Tsui Hark

Vous connaissez Tsui Hark ?
Cette fiche est certainement incomplète !
Et vous pouvez l'enrichir de manière très simple !
Il suffit de vous inscrire, de vous connecter et d'ajouter des renseignements !
Ces renseignements seront validés puis disponibles, pour tous, et vous aurez contribué à la plus grosse base de données cinématographique française !
Voir les photos de Tsui Hark sur bdfci.info
Date de naissance : 15 février 1950
Débutant sa carrière à la télévision où il développe et assure la réalisation quelques séries, Tsui Hark (prononcez "Choy Hock") fait ses débuts sur grand écran en 1979 avec , film malsain qui revisite le Wu Xia Pian ou film de sabre (genre très populaire en Chine).Avec Histoires de cannibales (1980), il radicalise son style, saturant la mise en scène de violence et d'un humour noir dans un récit qui mêle parabole politique, kung-fu et anthropophagie. Avec le très violent L'Enfer des armes (1980), il s'attaque au polar. Irrévérencieux et corrosif, Tsui Hark s'impose comme le chef de file d'une nouvelle génération de cinéastes hong-kongais.Zu, les guerriers de la montagne magique marque un tournant dans sa carrière. Cette fable féerique rend hommage aux mythes chinois dans un style iconoclaste et virtuose qui devient rapidement la marque distinctive du cinéaste. Celui-ci excelle dans l'épopée, et les plus belles pièces de sa filmographie en témoignent.Producteur insatiable, il initie en 1987 la saga des Histoires de fantômes chinois, dont il confie la réalisation à des réalisateurs attachés à sa société de production Film Workshop, ce qui lui permet de garder la main sur tous ses projets. Il réalisera d'ailleurs lui-même le troisième volet de la série (qui en compte quatre, dont un film d'animation). Tsui Hark est également à l'origine de l'épopée romanesque en six parties Il était une fois en Chine (avec Jet Li), dont il signe les trois premiers films ainsi que le cinquième.Respecté de ses pairs, adulé de ses fans, Tsui Hark ne s'accorde pour autant aucun répit, multipliant les productions et les réalisations. Cette boulimie lui vaut d'ailleurs le surnom de "Steven Spielberg asiatique". Attaché aux récits traditionnels chinois, le cinéaste construit les récits de Green snake (1993) avec Maggie Cheung et du mélo flamboyant The Lovers (1994) autour des figures mythiques de l'opéra classique d'Extrême-Orient. En 1995, il revisite une autre mythologie du cinéma hong-kongais, celle du sabreur manchot créé par Chang Cheh avec The One-armed swordsman(1967), en réalisant The Blade avec Chiu Man-cheuk. Après Dans la nuit des temps et Le Festin chinois (1995), il s'expatrie aux Etats-Unis pour réaliser Double Team et Piège a Hong Kong avec Jean-Claude Van Damme.Il revient à Hong Kong à la fin des années 90 et réalise coup sur coup Time and tide (2000), Master Q (2001) et Legend of Zu (2001) qui continuent à explorer la culture chinoise sous toutes ses formes en utilisant les techniques les plus avancées. La même année Tsui Hark tourne la suite des aventures du héros incarné une première fois à l'écran par Jet Li en 1996 : Black Mask 2 : City of Masks (id.). En 2004 Tsui Hark fait partie du jury du 57e Festival de Cannes, présidé par Quentin Tarantino.
Retour Haut de page